Les Rochers de Leschaux (1936m), en boucle par la grande vire et la crête nord-ouest

Difficulté :
Difficile
Dénivelé :
600m
Durée :
demi-journée
La carte

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

C'est l'autre manière de parcourir les Rochers de Leschaux en boucle, plus sauvage, plus aérien, et aussi plus aventureux et engagé. On s'offrira tout d'abord la traversée de la grande vire sous la falaise sommitale, réminiscente des sangles de Chartreuse, aux grandes pentes herbeuses fuyantes. Puis viendra l'ascension par la crête nord-ouest, parcours facile mais sauvage longeant le rebord de l'immense falaise, garantissant le panorama spectaculaire... Après un retour sur le joli sentier parcourant le lapiaz, le plateau de Cenise offrira douceur et réconfort, notamment pour ceux qui souhaitent prolonger le parcours sur les alpages merveilleusement éclairés par la lumière de la fin d'après-midi...

Accès

Bonneville - St-Pierre-en-Faucigny - le Petit Bornand - route de Cenise, s’arrêter au parking en bas de la première section non goudronnée de la route.

Précisions sur la difficulté

L’ascension s’effectue sur un terrain assez sauvage, le long de sentes parfois mal marquées, non balisées. Un peu de sens de l’itinéraire est requis, même si l’orientation n’est jamais difficile. Attention tout de même à ne pas perdre le sentier de retour en cas de brouillard.

La vire est essentiellement un large plan herbeux dont la pente fuyante peut impressionner. Terrain sec fortement souhaitable, absence de neige impérative. La sente est plutôt bien marquée, par endroits un peu étroite mais jamais difficile. Seule une courte section d’une cinquantaine de mètres, étroite et exposée dans de raides pentes au dessus d’un ressaut, demande une grande assurance et de progresser très précautionneusement, notamment à cause d’un terrain terreux et gravilloneux peu franc.

Mollets nus à proscrire, à cause de champs d’orties noyant la sente par endroits.

L’ascension des couloirs pour rejoindre la crête comporte de très courts passages de grimpe faciles et pas vraiment exposés. Aucune difficulté à part cela, si ce n’est la raideur de la pente qui fait chauffer les jambes.

Les infos essentielles

  • Altitude départ : 1455m.
  • Altitude sommet : 1936m.
  • Durée : 3h30.
  • Carte : IGN TOP25 3430ET La Clusaz - Le Grand Bornand.

Période

Praticable en conditions estivales, notamment lorsque la neige a entièrement libéré la vire par où traverse le sentier. Conditions sèches fortement souhaitables à cause des sentes terreuses exposées.

La vire est potentiellement exposée aux chutes de pierres provenant de la grande falaise au dessus. Il est donc préférable d’éviter son parcours au printemps, tant que le dégel des falaises n’est pas terminé.

Itinéraire

Ascension

Du parking, prendre le chemin montant à gauche vers le chalet des Gérats. Un peu avant d’y arriver, quitter le chemin pour monter droit dans la pente dans les alpages en direction d’un collet forestier. Poursuivre hors-sentier la montée de cette croupe forestière en direction de la falaise.

À environ mi-chemin entre le collet et la base de la falaise, repérer puis suivre vers le nord une sente à vaches à peu près horizontale. Le terrain se dégage et on se retrouve sur les vastes dévers inclinés herbeux sous la falaise des Rochers de Leschaux. Suivre longuement cette sente, qui descend un peu dans un vaste cirque pour ensuite remonter jusqu’à la base de la falaise. Se transformant en sente à moutons, elle se perd un peu. Rester proche de la falaise.

Contournant un pilier de falaise, elle se fait étroite et exposée dans une pente raide au dessus d’un ressaut. C’est la partie la plus délicate qui se prolonge sur une cinquantaine de mètres. Pas vraiment difficile, il faut tout de même faire attention à ses pas sur un terrain terreux et gravillonneux peu franc. Elle se fait ensuite plus commode, alors que la vire descend. Un dernier petit ressaut à désescalader, rendu un peu délicat par des gravillons, signe la fin des difficultés de la vire.

Alors que le sentier se poursuit en direction de Solaison, le quitter rapidement pour monter à droite vers un couloir évident permettant de franchir la falaise, raide mais sans difficultés. Derrière, on trouve un fouillis végétal que l’on traverse pour rapidement trouver une sente montant à droite en direction d’un deuxième couloir permettant de franchir la partie supérieure de la falaise. Après un pas d’escalade facile, le couloir devient herbeux, la raide montée étant facilitée par une bonne sente. Après avoir surmonté une petite zone de lapiaz, tirer un peu à droite pour rejoindre le rebord supérieur de la falaise.

Le terrain se dégage, la vue s’ouvre, et il n’y a plus qu’à poursuivre la longue crête débonnaire en direction du sommet des Rochers de Leschaux, le long du fil pour profiter de la vue, ou sur les petites sentes un peu en contrebas pour la facilité. Après être redescendu vers un petit collet de la crête, on rejoint le sentier officiel montant de Solaison, qui aboutit rapidement au sommet. La vue est magnifique dans toutes les directions, alors qu’on domine de haut la vallée du Petit Bornand.

Descente

Prendre vers le nord-est le tranquille sentier parcourant la large bosse de lapiaz des Rochers de Leschaux, louvoyant longuement entre clairières et petits bois, entre bosses et crevasses de lapiaz. On passera notamment à proximité d’une très belle forêt de cairns. Puis on amorce progressivement la descente vers l’immense plateau herbeux de Cenise, dominé par la magnifique chaîne du Bargy dont les pics acérés contrastent avec l’horizontalité de la plaine herbeuse, et sont particulièrement resplendissants dans la lumière de la fin de l’après-midi.

Sitôt cette plaine rejointe, ceux qui sont pressés de terminer la boucle descendront à droite vers le sud-ouest le vallon pour rejoindre le chalet de Cenise, puis la route ramenant vers le parking. Pour les autres, il serait dommage de ne pas profiter des merveilles du lieu en parcourant une belle boucle tranquille sur ce magnifique plateau, en se dirigeant par exemple vers le col de Cenise, puis la crête de Chevry... Et pourquoi pas, pousser vers le plateau et la Pointe de Sosay juste à proximité pour la vue...

Détail de la sortie du 11 juillet 2018

Cette grande vire, on y jette toujours un œil plongeant lorsqu’on se promène le long de la falaise sur le sommet des Rochers de Leschaux. Des sentes la parcourent, c’est effectivement un point de passage entre le plateau de Cenise et celui de Solaison, et du coup la possibilité de pouvoir passer par là pour parcourir les lieux en boucle.

Une option à découvrir durant cette belle journée estivale... Mais si le parcours de la vire est un peu documenté, l’ascension des Rochers de Leschaux par la crête nord-ouest ne l’est pas. Ça passe ou pas ? Rien sur la carte si ce n’est le dessin de deux petites barres rocheuses à franchir, et le lieu en pente de lapiaz recouvert de forêt ne laisse pas apparaître grand chose sur les photos aériennes... Bon, il va falloir explorer ! Avec au pire si ça ne passait pas, la descente sur Solaison suivie de l’ascension par le sentier habituel...

Un après-midi de grand beau, quelques discrets cumulus et une petite brise rafraîchissante... 16h30 au départ de la route de Cenise. Le départ de la sente sur la vire est vite trouvée, et c’est parti pour une rando qui, sur certains aspects, aurait pu se dérouler en Chartreuse...

Pas de problèmes particuliers pour parcourir la vire aux grandes pentes fuyantes, si ce n’est quelques précautions pour franchir la section exposée. Il semble qu’au pire, il soit également possible de prendre une autre sente plus bas, mais ça reste à confirmer. Une demi-heure plus tard, la vire est déjà terminée...

Mais la suite ? Tout d’abord le premier couloir. Soulagement, il est parfaitement praticable, ce qui n’était pas évident au vu des photos aériennes. On le grimpe vite fait. Mais derrière, une petite ambiance "forêt vierge" peu encourageante. Y chercher un passage à travers la barre rocheuse dominant encore risquait d’y être pénible... Heureusement voilà qu’on tombe rapidement sur une sente, se dirigeant vers un autre couloir providentiel permettant de la franchir... Un itinéraire finalement logique devant servir de chemin de retour à toutes les voies d’escalade présentes sur la belle falaise de la face ouest... La sente facilite la montée du raide couloir herbeux, qui fait tout de même bien chauffer les jambes... Et voilà enfin le rebord de la falaise, offrant un impressionnant "gaz" au dessus de la vallée du Petit Bornand. La vue est magnifique, le terrain dégagé est maintenant facile et connu, le sommet est en vue, il n’y a plus qu’à s’y diriger tranquillement... Pour plus de piquant, on tricotera un petit parcours au plus près du rebord de la falaise, en posant une question pour la prochaine fois : Ce petit sangle très aérien au dessus d’une immense verticale à une dizaine de mètres sous le sommet peut-il se parcourir ?

Sommet à 18h30, place maintenant à la contemplation... Grande pause, puis descente tranquille du sentier en direction de Cenise et ses multiples louvoiements dans le lapiaz végétalisé en verdoyant jardin alpin fleuri, avec pour panorama omniprésent la magnifique chaîne Bargy, Pointes du Midi, de Balafrasse, Blanche, Jallouvre, juste éclairés comme il le faut par le soleil de l’après-midi...

Nous voilà déjà sur le plateau, magnifique, ponctué de vaches, dont l’étendue plate contraste tellement avec la chaîne juste derrière... La lumière est si belle, profitons encore un peu du lieu... Direction le col de Cenise, puis la crête de Chevry... Lieu totalement déserté par l’humain durant cette soirée de demi-finale de coupe du monde, conformisme qu’on aura troqué pour ces instants privilégiés de tranquillité dans de paysages magnifiques... Pérégrinations photographiques au gré de l’inspiration...

20h30, les ombres s’allongent, et le soleil menace déjà de se cacher derrière les Rochers de Leschaux, alors que l’ombre croque doucement le plateau. Pour retarder cette échéance, direction le plateau de Sosay et la pointe homonyme pour profiter des derniers rayons, tribune VIP privilégiée pour voir le Jallouvre s’embraser dans les couleurs du crépuscule...

21h30, le soleil s’est couché, il faut maintenant descendre... Calme total juste coloré par les sonnailles des vaches et le bêlement des moutons... Fin de la balade vers 22h15.

Dernière modification : 15 juillet 2018
Circuit : ravine de la Dresse - Revenne de Leschaux, par Termine.

La carte du topo « Les Rochers de Leschaux (1936m), en boucle par la grande vire et la crête nord-ouest »

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours