Montagne de la Baume (1147m) par l’arête ouest et le Trou de l’Argent

Difficulté :
Alpinisme
Dénivelé :
690m
Durée :
1 jour

Une traversée d'arête avec un point de vue à couper le souffle ! Visite de la grotte pour la touche insolite. – Auteur :

Accès

Du centre de Sisteron prendre la direction du hameau de la Baume. Peu avant le hameau, traverser le pont de la Durance et prendre à droite direction Volonne. Au bout de quelques mètres se garer à droite.
Le départ se fait de l’autre côté de la route au pied de l’impressionnante falaise.

Précisions sur la difficulté

  • Randonnée de difficulté alpinisme (F).
  • Passages où il faut mettre les mains.
  • Passage avec la présence d’une chaîne à la montée.
  • Vire / gradin de calcaire végétalisé très étroit, très exposé pour rejoindre l’arête.
  • Parcours de montée essentiellement sur une arête de difficulté décroissante.
  • Descente au Trou de l’Argent par des petits barreaux et câbles.
  • Passages dans des cavités (grotte du Trou de l’Argent).

Les infos essentielles

  • Carte IGN : IGN TOP25 n°3340ET "Digne les Bains-Sisteron-Les Mées"
  • Altitude minimum : 482m.
  • Altitude maximum : 1147m.
  • Distance : environ 8km.
  • Horaires : 2 à 3h de montée et 1h45 à 2h30 de descente.
  • Balisage : jaune sur une partie du circuit.
  • Matériel : facultatif mais conseillé.
    • Casque
    • Corde 30m pour assurer une personne moins à l’aise où pour faire une réchappe.
    • Quelques sangles + 2 dégaines.
    • Lampe frontale pour la grotte.

Attention aux chutes de pierres, des voies d’escalade se situent sous l’itinéraire d’ascension.

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

L’ASCENSION

Le plus difficile est de rejoindre la partie "praticable" de l’arête. Il s’agit de terrain aventure donc il est difficile de décrire précisément cette section. Il y a certainement d’autres accès possibles.

Suivre le sentier du Trou de l’Argent (panneau en bois) sur quelques mètres puis monter (main gauche) le long de la falaise vers un lampadère. Il y a une sente et un discret panneau en bois indiquant le site d’escalade.

Au bout de 10 petites minutes de montée apparaît un nouveau panneau pour le site d’escalade. Prendre main gauche et longer le pied des voies vers l’amont sur 30m environ.

Repérer la voie "Caliméro" inscrite en blanc. Effectuer une courte traversée vers la gauche sur une minuscule vire. Ce passage est plus impressionnant que difficile. Remonter la dalle à l’aide d’une chaîne bien visible.

Prendre à droite à la sortie de la dalle et remonter la pente jusqu’à trouver dès que possible un ressaut facile à escalader main gauche.

Continuer sur la gauche tout en se rapprochant de l’arête puis vers la droite pour finir par gravir quelques gradins afin de rejoindre l’arête.

Celle-ci n’est pas encore praticable (trop effilée). Il suffit de rester versant sud et de prendre une sorte de vire où gradin étroit et incliné où se mélange calcaire et végétation. Cette traversée est très exposée, un faux pas est impardonnable.
Dès que possible (c’est évident), gravir 2 mètres de ressaut main gauche afin de rejoindre la partie praticable de l’arête.

Il est surement possible de rejoindre la dernière partie décrite sans la traversée de la vire. Il faudrait tirer à droite plus longuement avant de rejoindre la partie effilée de l’arête. Puis la montée devrait être plein nord en mettant les mains. Itinéraire à préciser....

Suivre l’arête sur son fil le plus possible, c’est ludique. Certains passages nécessitent une progression parfois sur le versant nord, parfois sur le versant sud. La difficulté est décroissante.

L’arête se recouvre petit à petit de végétation et une sente bien marquée apparaît. Suivre cette bonne sente, elle rejoint un sentier balisé jaune menant au nord au col de Mézien.

Continuer sur l’arête environ 300m. Laisser main droite les câbles menant à la grotte et poursuivre quelques minutes jusqu’au sommet de la Montagne de la Baume (1147m).

LA DESCENTE

Revenir sur vos pas afin de rejoindre les câbles. Descendre au sud (balisage jaune), une série de barreaux et de câbles sécurisent la descente.

Une longue inscription apparaît sur une dalle sur votre gauche. Xavier Déchaux y évoque les guerres de Religion.

Peu après entrer dans la grotte du Trou de l’Argent.

Le premier "trou" nécessite de se mettre à quatre pattes. Il s’agit du passage le plus difficile des 70m de caverne qui vous attende. La sortie de la grotte se fait dans une large ouverture ovale par une désescalade bien aidée par des barreaux et un câble.

Suivre la sente bien marquée et balisée jaune jusqu’à une piste de calcaire. Prendre à droite (sortie du balisage jaune). Au bout de la piste descendre main gauche sur un nouveau sentier balisé jaune.

La boucle est bouclée...

VIDEO

Dernière modification : 2 mai 2018
Montagne de la Baume (1147m) par la grotte du Trou de l’Argent

A propos

Auteur de ce topo :

Site web : https://www.youtube.com/channel/UCJ...

"La montagne nous offre le décor... à nous d'inventer l'histoire qui va avec."

Crédits : Livre : Alpes, randonnées insolites et spectaculaires : Du Léman à la Méditerranée. Pascal Sombardier

Randonnée réalisée le 12 novembre 2017

Topo publié le 14 novembre 2017

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Afficher les commentaires précédents (11).
  • par Le 14 novembre 2017 à 09h37

    Salut Mick ! À un jour près, on aurait pu se croiser, j’ai passé deux jours (le 10 et le 11) sur le site d’escalade !

  • par Le 14 novembre 2017 à 11h55

    Ah ! quelle surprise en découvrant le site ! As tu un livre (le nom ?) qui indique le topo des voies. Je grimpe en tête en 5C, à vue il y avait quelques voies à ma portée.

  • par Le 14 novembre 2017 à 19h17

    Salut Mickaël.
    L’alpi c’est pas mon truc mais merci pour ces photos à couper le souffle !
    Le logo est déjà superbe !
    Et les photos #1, #11, #12 et #15 aussi.
    J’ai l’impression que certaines photos penchent un peu trop à gauche mais j’avoue que si j’étais en train d’escalader une paroi, je ne suis pas sûr que j’arriverais à bien orienter l’appareil. Déjà qu’en conditions normales, je me rends souvent compte a posteriori (sur l’ordi) que j’ai penché à la prise. Alors en pleine grimpe, j’imagine volontiers ... ;oD
    @+.
    Thierry.

  • par Le 14 novembre 2017 à 19h45

    Merci ! On prend les photos "vite fait", donc on ne pense pas à redresser à l’horizon pile poil... (coucou Cyril)

  • par Le 14 novembre 2017 à 21h29

    C’est un ami qu’à le livre-topo, c’est celui Bléone - Durance.
    Il y a de belles voies effectivement en 5b/5c que j’ai fais en tête, pas toujours à l’aise (j’ai commencé il y a un mois et demi !). J’ai même passé une 6b en moulinette sur une dalle de grattons, épique !

  • par Le 14 novembre 2017 à 22h34

    m’enfin !!!

  • par ThierryLe 19 novembre 2017 à 08h01

    Très belle sortie, je me la note pour cette hiver.

  • par rolandLe 19 novembre 2017 à 12h21

    c’est fou : aucune patine, on dirait, sur le caillou ! Curieux pour un itinéraire aussi chouette. Une chance.

  • par Le 19 novembre 2017 à 17h46

    Une bien belle sortie qui me donne envie d’aller y faire un petit tour !
    Finalement, tu n’as pas utilisé la corde ?

  • par Le 19 novembre 2017 à 18h50

    Non pas utilisé la corde. L’itinéraire de Sombardier, est difficile à suivre. C’est genre " après la chaine, prendre a droite, remonter a gauche dès que possible puis encore a gauche puis à droite et rejoindre la crête"... Je pense qu’il a rejoint la crête plus loin que nous, il n’a pas fait l’espèce de vire, car il ne la mentionne pas. C’est le passage le plus exposé du topo que j’ai rédigé.
    Pas de patine, je confirme.

  • par Le 20 novembre 2017 à 23h41

    Salut Mick.
    "#26 : texte du bas de la dalle (le haut est sans intérêt) :

    LE 4 SEPTEMBRE 1562
    JOUR MEMORABLE A SISTERON
    SEPT HEURES A TONNE LE CANON
    CINQ FOIS L’ASSAUT REPOUSSE
    L’HONNEUR DE LA JOURNEE
    AUX FEMMES EST RESTE
    ELLES N’ONT POINT RECULE
    DEVANT LES BOULETS
    XD NAS LE 23 M 1824

    Texte relatif au siège de Sisteron par les "papistes" en 1562 ; qui a duré environ 6 mois en plusieurs péripéties, et dont la défense fut héroïquement assurée également par les femmes.

    Jacques-Auguste de Thou : " une multitude de femmes, d’enfants & de gens incapables de porter les armes, qui avoient choisi Cisteron comme un asile contre la persécution. Il n’y avait point de grâce à espérer de la part d’ennemis si déclarés & si implacables : le gouverneur de la province leur avait fait espérer du secours ; & leurs espérances venoient d’être fortifiée par l’arrivée de Rambaud Furmeyer, grand capitaine qui venoit d’entrer dans la ville avec un détachement de 300 hommes..."

    Le notaire Esprit Arnaudon de Serres écrit ;le 15 août 1562, jour de naissance de son enfant :
    ‘’’Et estant née ledict enfant dudict jour, n’ausant demeurer audict Serres à cause des desditz papistes, m’en suys en allé avec ledict camp audict Cisteron, soubz la charge du capitaine Furmeyer et ay layssé en farine notre femme et avec notre dict petit enfant’’ ... Et ayant demeuré ledict camp des fidelles à l’Escale sous Volonne, campés, ayant repoussé les papaux jusques à Les Myes les Sisteron quatre lieux circa, ledict environ troys semeynes c’est retiré aux garnisons des fidelles et j’ey suyvi ledict capitaine Furmeyer à la cité de Gap où estoit sa garnison où j’ai demeuré le (?). Passé du moys, longé chef Domegne Du Puy papiste avec Henry Chitron de Veyne et Mongery dudict Veyne, uguenaux".

    Certains "uguenaux" utilisèrent donc comme refuge le Trou de l’argent, qui devrait son nom au fait que des fouilles archéologiques aient mis à jour au XVIème siècle des pièces de monnaies anciennes. La grotte fut déjà ocupée au néolithique.

    Instituteur quelque peu mystique, né à Sisteron ; auteur de nombreuses inscriptions sur roche dans la région ; on en découvre encore de temps à autre. Il se suicida en 1868, à l’âge de 48 ans, dans une grotte (en fait deux grottes jumelles) qui depuis porte son nom ; en laissant pendre une échelle qui permit à un chasseur de retrouver son corps.

    La grotte se situe au flanc du plateau de l’Homme Mort (ou plan de Coulon ; peut-être du latin "collis longa", colline longue). Localisation : 05°23’31.30’’E ; 43°13’25.43’’N.

    Il semble cependant que l’appelation "Homme Mort" soit antérieure à l’histoire de Xavier Dechaux.,

  • par Le 21 novembre 2017 à 07h06

    Les génies sont tous fous... Il a gravé une inscription "Marseille" il me semble, sur la face nord de la crête mais on ne la pas vue.

  • par Le 21 novembre 2017 à 12h59

    Il n’a peut-être choisi sa dernière grotte au hasard, car vue sous un certain angle :

    https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2016/04/dce81aa9-f890-4e6d-9eb5-088b30fc0292/860_ok_xdechaux.jpg

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !