Padjelantaleden

Difficulté :
Moyenne
Dénivelé :
Non renseigné
Durée :
3 jours et plus
La carte

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

9 jours de trek en Laponie

Accès

Parc de PADJELANTA, du 30 aout au 07 septembre 2008

Itinéraire

Le 29 aout : vol Paris / Stockholm / Kiruna, passage au delà du cercle polaire et arrivée tardive sous la pluie à Kiruna. Un petit tour pour verifier les bus du lendemain et au lit !

Jour1 :

Ritsem / environs d’ Akka 2h de marche

Après un lever aux aurores, nous nous attaquons à une grosse demi journée de trajet pour nous rendre à Ritsem, point de départ de la rando. Tout le long de la route, lacs et forêts de conifères, un camaieu de vert et de bleu... sous la grisaille. A Ritsem, embarquement sur le Storlule, un navire d’une trentaine de places pour traverser le lac Akkajaure. A peine entrés dans le parc, nous decouvrons alors ce qui deviendra notre fil d’Ariane pendant une bonne partie du trek : les caillebotis, posés là pour traverser les zones marécageuses qui jalonnent le parcours. L’organisation à la suédoise... Là où il en faut un, il en mettent trois...
Après deux heures de marche, 1er bivouac dans une forêt de bouleaux au pied du mont Akka. A 22h, il fait encore jour, mais le froid tombe vite, très vite.

Jour 2 :

→ environs de Kisuris : 4h30 de marche

4h30 du matin : le soleil est déjà levé ! Courageux, mais pas trop, on résiste malgré tout jusqu’à 9h00... Progressivement, la forêt de bouleaux fait place à une vegetation plus clairsemée et plus polaire : arbustes nains, parterres de myrtilles, mousses, marais avec pas mal de rennes aperçus tout au long de la journée. Une façon de revisiter en direct nos cours de géo : forêt boréale, taïga et toundra !!!
Des ruisseaux un peu partout, du coup, on se charge peu : une bouteille d’1/2 litre et c’est tout (micropur inutile), et la poche à eau restera bien tranquillement au fond du sac. Dans l’après midi, on debouche sur un plateau bordé par tout le massif de l’Akka : des monts peu abrupts, des lacs bleux profonds, le roux des arbustes et le vert des epicéas, impression très douce, paisible.

Jour 3 :

→ ruisseau de Vierttjajagsj, 5h40

Le temps est nuageux, froid, et assez vite nous marchons sous la pluie et le vent, ça caille. Depuis le départ, on n’a quasiment vu personne, sept / huit personnes tout au plus par jour. Encore plusieurs troupeaux de rennes, et toujours autant de myrtilles, je me régale !! En faisant un petit point, on s’aperçoit qu’on a deux jours d’avance sur le planning. De la bouffe pour dix jours, coincés par l’avion de retour à Kiruna, pas la peine de se presser... Bivouac un peu au dessus du lac de Vastenjaure, on est à peine à 700m d’altitude et déjà il n’y a plus que des arbustes rampants et du lichen. Le froid nous impose une toilette des plus succintes, comme depuis le debut, mais nous offre en contrepartie un beau coucher de soleil sur le lac et les sommets enneigés de la Norvège toute proche, à choisir, c’est pas plus mal...
Dans la nuit, un peu soif, je prends ma bouteille d’eau, que je trouve particulièrement fraiche. Un coup d’oeil sur la montre, 2h du mat’ et il fait -2° sous la tente. Bref, ça pêle...

Jour 4 :

→ Arasluokta, 4h30

Belle journée ensoleillée, avec toujours de l’eau partout, même dans les coins les plus reculés. On croise encore 2 / 3 rennes dans la montée après le refuge de Laddejakka (droit dans la pente !). Longue descente vers Arasluokta que l’on atteint à 16h, bivouac un peu après le village. 45’ pour faire cuire 2 plats chauds au rechaud à bois, contre 1h 1/4 le 1er jour, c’est pas encore ça, mais le rendement s’améliore.

Jour 5 :

→ lac de Gieddavvre, 6h

Froid mais beau temps, la matinée consiste en une montée en devers en surplombant de petits lacs, c’est vraiment superbe. Beaucoup de vent. A midi, le temps se couvre mechamment, le vent, le froid, la grisaille se renforcent, le paysage après le hameau de Stalaluokta devient lui aussi plus sauvage. A 15h, arrêt au bord du lac, on s’engouffre sous la tente, et hop, la pluie !! elle va durer toute la nuit.

Jour 6

→ environs de Tarraluopal, 6h

Nous profitons d’une accalmie pour plier rapidement la tente (qui de toute façon est trempée) et commencer notre plus grosse journée de marche (30km). Mis à part deux allemands, aujourd’hui, pas un chat. Il fait froid, humide, beaucoup de vent, on passe en mod/ hiver avec surpantalon, bonnet, gants et goretex toute la journée, pour un 4 septembre, on a connu mieux. Des lichens, de la roche, le paysage a radicalement changé, c’est pelé, pas un arbuste, des lacs, de la neige (tombée dans la nuit) juste au dessus de nous. A 14h nous atteignons le refuge de Tuottar sous le gresil, et poussons encore un peu pour passer le « sommet » du trek : 970m. C’est la partie la plus sauvage de ces neuf jours, avec un succession de petits lacs dont la teinte va du gris clair au gris foncé en passant par le gris moyen, bref, la même couleur que le ciel du jour... Je me laisse tenter un instant par l’idée de dormir au refuge de Tarraluopal, mais à 240 SEK (25 €) la nuit par personne, ça calme... Du coup, montage de la pluie sous la tente ;-p et manger !

Jour 7 :

→ environs de Sammarlappa, 4h30

Debut des deux jours le long de la rivière Tarrajakka. Nous retrouvons les bouleaux, les caillebotis, et on s’offre des pauses myrtilles gargantuesques entre les nombreuses averses de l’après midi. Avec le froid et la fatigue, on mange de plus en plus, mais en bons ecureuils nous avions prevu 48h de bouffe en plus, autant dire que ça tombe plutôt bien !

Sinon, incroyable, trois jours avec les mêmes fringues, et rien, pas une odeur d’aisselle ou de chaussette sale : le froid, c’est génial !! Encore une journée où on a croisé deux personnes en tout et pour tout.

Jour 8 :

→ au bord de la Tarraatno, 6h30

4eme jour de mauvais temps, poursuite de la descente entre les blocs de pierre, la boue, chevilles fragiles s’abstenir ! Mais progresser le long de la vallée nous offre de très belles vues sur le massif de la Tarrekaise enneigée de frais, donc on en profite. D’autant qu’en debut d’après midi, le soleil revient !! il fait très agréable, un peu humide, la vegetation est plus dense, et ressemble un peu à celle rencontrée dans les Alpes. Pour la première fois depuis 4 jours, on marche enTshirt et on retrouve le bonheur de transpirer ! Arrivés à un chouette emplacement au bord de la rivière à 17h, festin de plats lyophilisés pour notre dernière soirée dans la Padjelanta.

Jour 9 :

→ Kvikkjokk, 2h30

Dernière matinée consacrée à atteindre l’embarcadère pour le petit village de Kvikkjokk, dans une forêt mixte de marécages/ épicéas / bouleaux / moustiques (nos premiers !). A 14h, une barque arrive et nous emmène jusque là (une grosse 1/2h de navigation), une petite visite à l’eglise en bois du village, un bon café et bus jusqu’à Jokkmokk, où nous arrivons à la nuit.

Post-trek : de là, passage aux chutes Storforsen, puis remontée à Kiruna pour reprendre notre avion vers Stockholm.
d’autres photos du trek sur mon espace perso msn

Dernière modification : 16 mai 2018

La carte du topo « Padjelantaleden »

Ouvrir en grand !
Periode de turbulences en matière de cartographie (voir actu) !
Si la carte ci-dessous vous parait un peu palichonne, nous vous invitons à la consulter sur OpenStreetMap

Chargement de la carte en cours

Photos « Padjelantaleden »

J1 mont Akka Suède J2 J3 Suède Suède J4 J5 J6 Suède Suède Suède J7 J8 Suède Kvikkjokk