Pointe de la Valette (3384m) et Pointe des Lauses Noires (3370m) par le Vallon de la Lombarde et le Col de l’Autaret

Difficulté :
Difficile
Dénivelé :
1800m
Durée :
1 jour

Deux sommets dominant le bassin du glacier du Baounet. L'itinéraire proposé, pour randonneurs, passe par le long, très long Vallon de la Lombarde et le Col de l'Autaret. Passé ce col, l'isolement se fait sentir. Après le col des Lauses Noires, l'ascension se déroule sur l'arête frontalière. – Auteur :

Accès

A Bessans prendre la route qui monte au parking des Vincendières (1809 m), au pied de la Pointe de Charbonnel. En juillet et août une navette permet de raccourcir l’approche, en empruntant la route interdite jusqu’au hameau d’Avérole. Mais la première navette part de Bessans à 7h00 et pour la Pointe de la Valette, c’est un petit peu tard.

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Carnet de route

  • Carte 1 : IGN TOP25 3633ET
  • Carte 2 : IGN TOP25 3634OT
  • Distance  : 29km
  • Départ : 5h00
  • Col de l’Autaret : 9h15
  • Pointes des Lauses Noires : 10h35
  • Pointe de la Valette : 11h20
  • Retour Parking : 17h30

Col de l’Autaret

Du parking, suivre la route qui monte au refuge d’Avérole. On traverse les Vincendières puis le hameau d’Avérole. 500 mètres après la sortie du hameau, dans un virage en épingle, prendre tout droit la piste qui descend au bord du torrent et franchir la passerelle.

Prendre plein Sud, le sentier de randonnée qui remonte le long, très long Vallon de la Lombarde. On passe successivement à l’Oratoire Saint-Antoine et à la cabane des Bergers.

On franchit le torrent de la Lombarde sur une originale passerelle constituée de gros tuyaux d’égouts en béton posés côte à côte et qui s’intègrent merveilleusement au paysage. Heureusement notre attention se reporte très vite sur le secret glacier de Derrière le Clapier qui semble fermer le vallon.

On se dirige alors vers un ombilic et par un bon sentier, on commence l’ascension finale vers le Col de l’Autaret encombré parfois comme en 2010 par de nombreux névés qui se franchisent facilement.

Le Col de l’Autaret (3072m) est déjà en lui-même un beau but d’excursion. Au Sud, une belle trace se lance à l’assaut de la pyramide de la Pointe Costans.

Pointe des Lauses Noires

Du Col de l’Autaret, descendre légèrement en versant italien pour remonter vers le nord un vallon en éboulis glissants. On atteint un col à 3261m, entre les Pointes de l’Autaret et des Lauzes Noires. Ce col s’ouvre en versant Nord sur la branche Ouest du glacier du Baounet (il faut, paraît-il, prononcer Baounette).

La montée à la Pointe des Lauses Noires se fait par une sente dans des éboulis beaucoup plus stables que dans le vallon. A l’approche du sommet on rencontre des lauses rouges-orangées puis des lauses noires. Le sommet porte bien son nom.

Panorama magnifique sur le Mont Blanc, l’Albaron, le Cervin qui apparaît entre l’Ouille d’Arbéron et la Croix Rousse (plus belles vues du Nord), Rochemelon...

Pointe de la Valette

Descendre l ’arête Est avec précaution, les lauses ne demandant qu’à basculer quand on pose le pied dessus.

On arrive à une large brèche à 3291m et on remonte dans des pentes peu inclinées et plus stables jusqu’à la Pointe de la Valette.

Le panorama est différent de celui de la Pointe des Lauses noires. On perd le Cervin, la Grande Ciamarella, la Meije, mais on gagne le Mont Rose, les Ecrins...

Au loin les Alpes-Maritimes sont aisément reconnaissables au Couloir de Lourousa qui raye comme un trait de craie blanche, tout le versant Nord de l’Argentera, plus loin encore, après le Mont Rose, les neiges de la Bernina. Fait rarissime (pour moi) le Piémont est débarrassé de ses brumes et semble vu d’avion. L’autoroute de Turin à Milan forme un long sillon argenté.

Retour

Redescendre à la brèche 3291m. Si on a le matériel approprié, on peut redescendre par le Glacier du Baounet. Si non, il faut remonter à la Pointe des Lauses Noires, redescendre au Col de l’Autaret et rentrer par le long, très long Vallon de la Lombarde.

Au niveau de la cabane des Bergers on peut choisir le sentier que l’on à pris le matin où redescendre au Pas de la Mule et passer par le refuge d’Avérole.

L’ascension sur deux jours

On peut évidemment faire la randonnée en deux jours en passant la nuit au refuge d’Avérole. L’itinéraire est alors légèrement différent jusqu’à la cabane des Bergers. Voir ICI.

En guise de conclusion

Par sa longueur, son dénivelé, ses deux sommets atteints, par la beauté et la variété de ses paysages, cette randonnée franco-italienne offre une inoubliable journée de montagne. Une journée éprouvante, mais quel bonheur d’avoir gravi deux sommets lointains et isolés avec seulement deux petites jambes !

Dernière modification : 16 mai 2018
Chapelle d’Avérole et Cabane des Bergers

A propos

Auteur de ce topo :

Topo publié le 18 août 2010

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Afficher les commentaires précédents (5).
  • par Le 18 août 2010 à 13h49

    Plus de neige...cela va quand même plus vite !!!
    Long, long ,long ,le vallon.....

  • par Le 18 août 2010 à 14h37

    Il restait encore pas mal de neige après 2800 m mais cela ne ralentissait pas trop. Par contre il faisait froid et chaque pierre humide était recouverte de verglas. La traversée des petits ruisseaux demandait de l’attention. Dans le final le sentier traversait une large zone humide transformée en patinoire. Mais le retour c’est "The Long Voyage Home".

  • par Le 19 août 2010 à 16h01

    Magnifique rando (et photos)...à faire lorsque je retournerai à Bessans. Merci pour ce beau topo !!!

  • par rana73Le 20 août 2010 à 12h53

    Comme d hab avec Alain....c est magnifique...il nous fait découvrir tous les 3000 de Savoie...
    Chapeau..

  • par DelgadoLe 15 octobre 2014 à 16h28

    Bonsoir Alain. L’envie d’aller gambader là-haut, avec la belle fin de semaine annoncée, ne me lâche plus.

    Une heure est nécessaire pour rejoindre, depuis le Col de l’Autaret, la Pointe des Lauses Noires ?
    Sinon, pour être un peu original, la Pointe de l’Autaret, ou même la Pointe Costans, sont "faisables", après quatre heures dans les jambes ? Vous parlez d’une trace vers la seconde Pointe...

    Merci pour votre aide, mon ami.

  • par Le 15 octobre 2014 à 16h48

    Bonsoir Delgado,
    Je donne les temps que j’ai mis.
    C’est une longue bambée qui m’a pris plus de 12h arrêts compris.
    La pointe Costans est une bonne solution de repli en ces jours qui deviennent de plus en plus courts. Un bon sentier (visible sur la photo 9) permet de la gravir.

  • par DelgadoLe 19 octobre 2014 à 18h02

    Bonsoir Alain.
    Comme prévu, j’ai gambadé dans la Vallée de la Lombarde en ce jour, et je me suis arrêté au Col de l’Autaret. Cela fait un moment que je n’avais pas fait de "grandes" randonnées, et la fin de saison commence aussi à se faire sentir. La Pointe Costans était sous une fine couche de neige, mais on devinait le sentier. A faire ces prochaines années !
    Je suis revenu à la voiture "sur les rotules", et sportivement, je tiens à vous féliciter d’avoir, après avoir atteint le Col de l’Autaret qui n’arrive jamais, continué vers une première, puis une seconde Pointe. Quelle résistance, quelle envie ! Bravo, mon ami

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !