Rocher de Soutron (1140m) par Borée

Difficulté :
Facile
Dénivelé :
250m
Durée :
1 jour

La chapelle Saint-Julien, qui date du XVIIè du siècle, est perchée sur le Rocher de Soutron et offre un magnifique panorama sur les Alpes et tous les grands sucs de Haute Ardèche. Le Rocher de Soutron est très impressionnant avec sa forme en proue de navire, haute de 100 mètres, qui fend l'air pur de la Haute ardèche. Le village de Borée, point de départ de cet itinéraire, est magnifiquement niché au pied d'anciens volcans. – Auteur :

Accès

Village de Borée, situé en Haute Ardéche, au Sud-Est du Mont Mézenc.
Parkings dans le village.

Précisions sur la difficulté

  • Aucune pour l’accès à la chapelle, mais une fois celle-ci atteinte, attention aux falaises verticales.
  • L’accès au point culminant, plus haut de quelques centimétres, est beaucoup plus escarpé.

Les infos essentielles

  • Carte 1 : IGN TOP25 2836OT
  • Carte 2 : IGN Série bleue 2936O au 1 : 25 000
  • Tracé IGN
  • Distance : 11,5km
  • Horaire : 4h00/4h30
  • Altitude de départ : 1155m
  • Point bas : 1060m
  • Point haut : 1184m

Balisage

  • Blanc/jaune
  • Balises à certaines intersections

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Le Tchier de Borée

  • Site mégalithique du XXIè siècle, brochure PDF ICI

De Borée à la bifurcation du bois d’Avèze

Dans le bas du village, prendre la D 378, vers le nord-est, en direction de Chanéac et de Saint-Martin-de-Valamas.

Après moins de 100 mètres, prendre un chemin à droite, poteau indicateur "Echamp 2,2 Km".

Le chemin revient sur la D 378, que l’on suit jusqu’à la Madone. On domine alors l’étonnant site du Tchier de Borée (voir plus haut).

Longer la D 378. On arrive à une bifurcation que l’on ignore, mais qui permet de parcourir des variantes.

On passe au col de l’Ardéchoise, ainsi baptisé en 2000 en l’honneur de la célèbre (et très difficile) épreuve de cyclotourisme.

Au col, prendre un chemin à droite, balisage blanc/jaune, pas de panneau. On arrive en vue du hameau d’Echamp, vers une bifurcation. Prendre à droite jusqu’au hameau.

A Echamp, tourner à droite et suivre la petite route plein est, en ignorant une intersection à la côte 1127.

A environ 500 mètres du hameau, on arrive à la bifurcation du bois d’Avèze, panneau "Soutron/Chanéac/St-Martin/Vlas".

Le dolmen en aller/retour

Dépasser la bifurcation d’environ 300 mètres. Sur la gauche, au nord, un dolmen se trouve au bout du pâturage, visible de la route et distant d’une centaine de mètres.

De la bifurcation au Rocher de Soutron

Revenir à la bifurcation et prendre le chemin qui se trouve sur la gauche quand on revient du dolmen.

On traverse le bois d’Avèze, on rejoint une piste, puis un petite route au lieu nommé Gerland.

Suivre cette petite route vers l’est, jusqu’au petit parking au pied du Rocher de Soutron, panneau.

Prendre le chemin sur la droite, d’abord large, puis plus étroit à l’approche de la chapelle que l’on atteint par un escalier.

L’accès au point culminant est plus aérien et escarpé.

Magnifique panorama malgré l’altitude modeste du suc.

Retour

Par le même itinéraire, mais de nombreux chemins, balisés ou non, permettent autant de variantes possibles.

Dessins

  • Par René Baumer (1906-1982), lien ICI

Informations

Dernière modification : 16 mai 2018
Mont Gerbier de Jonc (1551m) tour et ascension

A propos

Auteur de ce topo :

Topo publié le 27 avril 2013

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

  • par Le 27 avril 2013 à 12h13

    L’observation n’en est pas moins intéressante ;-)

  • par heremeLe 27 avril 2013 à 17h42

    Wonderful. Désolé pour toi que l’iris lilium alanicum ne puisse passer à la postérité.
    Tu peux éventuellement te consoler en sachant qu’il s’agit à l’origine d’une espèce originaire de Sud Russie, Iran, Turquie : cela fait quand même un beau voyage pour venir s’implanter en Massif Central.

  • par Le 1er mai 2013 à 00h41

    Bonsoir hereme. Ton message était noyé parmi tant d’autres. Oui, magnifique iris ! Même si c’est un "échappé de jardin", selon le bon mot de Philippe, c’est quand même une belle surprise. En approchant, je pensais à des violettes. Avec moins de 10 cm de haut, cet iris n’est pas bien grand et je n’en avais jamais vu, même dans un jardin. Et quel bleu éclatant ! Il a bien fait de voyager un peu.

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !