Rochers de Presles (1236m) par la rampe de Choranche

Difficulté :
Difficile
Dénivelé :
780m
Durée :
1 jour

Longer les falaises de Presles après avoir remonté la rampe de Choranche ? Si vous ne craignez pas les chemins raides, une certaine exposition, d'écarter et de s'accrocher au nombreux buis qui tapissent le secteur, de mettre les mains, de savoir faire un autobloquant pour passer un ressaut en III en escalade, de progresser sur des sentes peu tracées. Alors ce topo est fait pour vous ! Bref c'est du crapahutage assuré sur 70% du parcours. Vous aurez quand même un peu de tranquillité, de vues et de découverte en passant au hameau de la Goulandière (en cours de restauration) et par le belvédère du Ranc. La descente raide par le GR9 clôturera une belle journée bien exigeante. – Auteur :

Accès

Pont en Royans - D531 direction Villard de Lans - Prendre la route qui mène au site des Grottes de Choranche.

Se garer peu après la forte montée au petit café (Cabane Café) à droite (nombreuses places de parking prévues pour grimpeurs et randonneurs).

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

IMPORTANT

Il a été signalé que le câble d’accès à la rampe aurait été enlevé !
Il y a peut être une alternative possible en allant chercher un passage moins pentu et avec plus de prises à droite du câble. Mais cela n’a pas été testé ! Donc bien réfléchir avant d’entreprendre cette course.


  • Carte : IGN TOP25 Villard de Lans 3236 OT
  • Temps de montée au sommet de la rampe : 2h00
  • Temps du cheminement en crête : 1h00
  • Temps de retour : 2h00
  • Kilométrage : 12

Matériel

  • Casque / Baudrier / 2 sangles (pour autobloquant) ou-et corde 20m si à plusieurs (le premier assurera les suivants).

Précautions

  • Attention aux possibles chutes de pierre /
  • Un pas de III sup
  • Savoir faire nœud autobloquant français et tête d’alouette
  • Attention aussi à la chaleur sur ces faces sud en été
  • Attention ! Ce n’est pas une via ferrata, les points d’ancrage du câble étant trop éloignés les uns des autres pour servir d’assurance efficace.

Descriptif

Du parking suivre la route en direction des Gorges de Choranche.

Après environ 750 mètres et avant un virage à gauche on aperçoit un départ de sentier raide et caillouteux sur la droite du talus.
On repèrera aussi un bidon en plastique jaune accroché à un arbre.

C’est le départ de la sente d’approche pour accéder au bas de la falaise et de la rampe (orientation nord-nord-est). La sente monte raide et les buis ne sont pas de trop pour aider à la progression. On tombe aussi sur quelques restes de cordes fixes.

On arrive à un ressaut dont le passage sera facilité par la présence d’une corde fixe à nœuds. On finit enfin par venir buter sur la falaise. On poursuit alors à droite en longeant cette dernière.

Lorsque la falaise ne se présente plus comme un obstacle infranchissable, il faut alors infléchir vers la gauche pour monter dans un pierrier malcommode.

On arrive alors en face de la rampe qu’il faut aborder par son bord gauche (rive droite en descendant). Repérer alors le câble (pas facile, bien chercher) qui est doublé d’une corde fixe à nœuds au départ.

On est alors devant un mur où l’on s’équipe (baudrier, casque et autobloquant sur le câble). C’est le premier ressaut et c’est aussi la difficulté de cette sortie (pas de III sup). Le franchir au mieux en s’aidant de la corde à nœuds et de nœuds autobloquants sur le câble (dont un servant d’assurage).

Une fois cet obstacle franchi, la progression est évidente : il suffit de suivre peu ou prou le câble sans avoir besoin d’être assuré. Quelques passages où les mains sont nécessaires, mais rien de très compliqué même si on se trouve par endroits dans une belle ambiance pentue.

Arrive le dernier ressaut qui ne présente pas de difficulté technique (nombreuses prises) même s’il y a une certaine exposition. Au vu de cette exposition on choisira (ou non) de s’assurer sur le câble avec un autobloquant.

On arrive sur la plate forme qui marque la fin de la rampe. Profiter des perspectives verticales tout autour puis poursuivre par un chemin caillouteux qui se faufile au travers d’une faiblesse dans la falaise (nord).

Après un dernier passage facile où on met les mains, on arrive en vue d’une prairie qui descend légèrement vers le nord-ouest. Repérer alors sur les rochers de droite un balisage bleu très discret marqué GR. C’est le début du sentier de crête.

Suivre ce sentier ponctué de discrets et espacés points bleus. Après avoir passé une chatière (je ne sais pas si elle s’évite), celui-ci longe quasiment toute la crête en passant par le point coté 1172,2 sur l’IGN. Après une zone plus dégagée, on finit par aboutir à un sentier qui part plein nord dans la forêt pour rejoindre le GR de pays du Tour des Coulmes.

Suivre alors le GR en sous-bois jusqu’à l’abri de la Goulandière.

A partir de là, la suite est évidente, il suffit de prendre le GR9 en direction du belvédère du Ranc et de Choranche (balises) et de suivre les marques.

Après le passage aux ruines de la petite Goulandière et au belvédère du Ranc, le sentier franchit la falaise par des escaliers et un passage aménagé. La descente et le retour au parking se fait ensuite par le GR9 raide mais bien tracé.

En faire (un peu) moins

Lors de l’arrivée en vue de la prairie, continuer sur un sentier qui traverse celle-ci en direction de Penon et du Charmeil. Là on rattrape la route qui mène à Presles. Là, on pourra récupérer une voiture laissée au préalable.

Dernière modification : 16 mai 2018
Belvédère des Rochers du Ranc (1045m)

A propos

Auteur de ce topo :

L'homme pressé est un homme déjà mort (proverbe Berbère).

Topo publié le 24 avril 2014

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Afficher les commentaires précédents (8).
  • par philoLe 15 mars 2015 à 10h53

    superbe photos nous avons fait cette rando mercredi 11mars nous sommes partis de Rancurel puis nous sommes descendus a Choranche pour la descente ont briller pas trop !!!!!!!!!

  • par pasdid88Le 30 septembre 2015 à 13h56

    Malheureusement, un "abruti" a retiré le câble de départ, ce qui ne permet plus de monter dans la rampe, à moins d’avoir du matériel d’escalade !

  • par Le 1er octobre 2015 à 12h41

    Aie ! Ça c’est la big tuile !
    Je vais le signaler dans le topo, parce que l’info est importante.
    Cependant as tu essayé de passer par la droite du ressaut ?
    Il m’avait semblé (seulement visuellement) que c’était moins raide et bien "prisu"
    Je m’étais dit que ça pourrait constituer une alternative.
    Merci du retour.

  • par pasdid88Le 18 octobre 2015 à 16h49

    Non je n’ai pas essayé de passer par la droite, ça ne me semblait pas possible, trop risqué !
    J’ai malheureusement renoncé à cause de ça.
    Attention le câble qui a été retiré est celui qui permet de passer le ressaut de 15 mètres du départ. Pour le câble qui est dans la rampe elle même, je n’ai aucune idée si il est encore en place.
    Je me demande qui a retiré ce câble et pour quelle raison ?

  • par Hervé26Le 16 décembre 2015 à 11h32

    câble remis... (faut pas le dire trop fort) mais pour combien de temps ? Le câble était au pied du ressaut de 15 m.
    La personne qui l’a retiré doit très bien savoir ce qu’elle fait : à la place il y a un relais chainé et des spits tout neufs...
    Mais cela oblige ; soit d’alourdir le sac avec le matos de grimpe (ce qui est inutile pour ce genre de sortie : 15m d’escalade/12 km de rando) ; soit d’exposer sur 15 m en 3 (ce que tout le monde ne peut, ou ne veut pas faire pour ce genre de sortie rando "crapahutage") ; soit de renoncer à cette sympathique sortie (rando réservé pour un certain type de publique/clients).
    Bref, des personnes aménagent des choses à une certaine époque et avec une certaine logique, d’autres s’autorisent à les modifier (faudra m’expliquer la raison ? même si j’ai ma petite idée) sans aucune homogénéité avec le reste de l’itinéraire... Tant qu’il n’y a pas d’accident, tout va bien...

  • par JohnnyLe 16 décembre 2015 à 14h33

    Si j’ai bien compris il n’y a plus que des spits, ce qui enlève l’option de l’auto assurance (et pseudo Jumar) avec un machard ou un prussik sur le câble.
    Je suis passé trois fois comme cela, et la dernière fois il y avait une corde fixe en plus du câble.
    C’est vrai qu’il n’y a que ce passage qui demande cette manip (je n’oserais probablement pas passer le ressaut sans cet artifice, le reste de la montée n’étant pas si exposé que cela (à part les 15 derniers mètres, mais là on peut passer en mode rando).
    Certains grimpeurs n’ont peut-être pas apprécié de voir des "non grimpeurs" remonter le câble alors qu’il est censé leur servir ... à la descente.
    Pourtant il n’y a pas des masses de "randonneurs" qui font cette course.
    Je laisse les choses en l’état au niveau du descriptif et j’irai y faire un tour (quoique descendre par le chemin de montée ne m’emballe guère).
    Pour le reste, c’est malheureux mais même en montagne, il y a discorde et ça ce n’est pas génial ...

  • par Pasdid88Le 9 mars 2016 à 12h00

    Merci du retour, pour la remise en place du câble ! Je vais aller y faire un tour dès que possible, enespérant que d’ici là le câble ne soit pas une nouvelle fois démonté par un "abruti", car effectivement le retour à la descente pas le même chemin que la montée, n’est vraiment pas cool.

  • par Pasdid88Le 9 mai 2016 à 15h30

    Je suis allé faire un tour la semaine dernière. Et bien le câble à de nouveau disparu !!!!!
    ça devient lassant de ne pas pouvoir compter sur cet équipement pour remonter la rampe et d’être éventuellement obligé de partir avec tout un équipement juste pour ce court passage !
    Même dans le milieu montagnard il y a des ABRUTIS qui ne savent pas faire autre chose que d’emmerder le monde !
    Cette société de débiles mentaux me lasse au plus haut point ...

  • par beckerLe 4 novembre 2017 à 21h29

    bonjour ne pas oublier que chaque terrain appartient à un propriétaire. Certains apprécient peu la présence de gens qui débarquent en se croyant tout permis ; randonneurs ET escaladeurs compris.

  • par Le 5 novembre 2017 à 08h36

    Engagement de la responsabilité

    Le propriétaire privé supporte trois types de responsabilité :(...) une responsabilité du fait des choses : c’est une responsabilité sans faute, mais par le fait que le propriétaire est gardien de sa propriété et des choses qui s’y trouvent (falaises, arbres, mais aussi équipements) Si ces choses sont en liens avec un dommage subi, la responsabilité du propriétaire peut être engagée s’il n’a mis une interdiction claire d’accès. Ca pourrait être le cas d’une falaise qui s’éboule et que des grimpeurs viennent prospecter pour l’équipement et subissent un écroulement.
    https://www.camptocamp.org/articles/110456/fr/la-pratique-des-sports-de-nature-notions-juridiques-et-responsabilite

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !