Sommet de Prelles (2953m) par son versant nord, en boucle par le col de Prelles

Difficulté :
Difficile
Dénivelé :
1650m
Durée :
1 jour

Le tumulte des eaux vives, la quiétude d’un lac discret, la rudesse des hautes cimes ; tels sont les attraits de cet itinéraire sauvage et exigeant. – Auteur :

Accès

Prendre la direction du Champsaur - D.944 Pont-du-Fossé.
Avant Orcières-Merlette au niveau de "Pont de Corbière", bifurquer au nord, D.944a - Vallée du Drac de Champoléon.

Puis, direction les Borels, les Gondouins, les Baumes. Suivre la D.472 jusqu’au parking se trouvant au terminus de la route.

Précisions sur la difficulté

  • Parcours pour montagnards habitués à progresser sur des itinéraires sauvages et exigeants.
  • Dénivelées et distances conséquentes.
  • Nombreux ressauts et traversée de crêtes réclamant de solides notions de tout-terrain.
  • Descente par l’un des cols les plus délicats du massif (hors alpinisme).

Les infos essentielles

  • Cartographie :
    TOP25 IGN 3437 OT Champsaur - Vieux Chaillol
    TOP25 IGN 3437ET Orcières-Merlette-Sirac
  • Point fort : visite d’un petit lac demeuré secret.
  • Altitude de départ : 1470m
  • Altitude des points remarquables :
    • Pointe des Pisses : 2837m
    • Sommet de Prelles : 2953m
    • Col de Prelles : 2808m
    • Col du Cheval de Bois : 2473m
  • Distance du parcours : environ 23km
  • Dénivelée cumulée : 1650m
  • Balisage : cairns jusqu’au lac, aucun balisage par la suite. Marques bleues pour la descente du col de Prelles. GR pour le retour.
  • Date de sortie : septembre 2018

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Vers le lac de Prelles

  • Départ : parking les Auberts (1470m).

Emprunter le chemin en direction du Refuge du Pré de la Chaumette. Un petit pont franchit le torrent d’Isora.
Suivre la piste en rive gauche du Drac Blanc.

Après le pont de la Cascade de Prelles, au détour d’une courbe, prendre à droite une sente discrète marquée par un cairn (rester attentif).

  • Un accès inspiré par le topo de ThF.

Progresser par une sente assez raide, d’abord droit jusqu’à surplomber le torrent, puis en diagonale après un replat. Le parcours franchit les deux bras du torrent puis s’infléchit à l’ouest afin de contourner le verrou rocheux qui délimite un petit cirque.

Franchir une ravine puis atteindre la vire qui se faufile sous une paroi rocheuse. Ce passage clé ouvre l’accès au vallon de Prelles.

« Une belle rampe qui débouche dans un ensemble de dalles granitiques parsemées de petites tourbières. »

Une fois encore, sauter le torrent puis, par un mouvement tournant, traverser un replat afin d’atteindre le lac.
Le magnifique lac de Prelles (ou de Surat) se cache dans un repli.

Une belle approche dans une nature préservée. Cette zone humide abrite des tritons alpestres.

Vers la Pointe des Pisses et le sommet de Prelles

Poursuivre à vue en suivant de vagues traces qui se perdent un peu.
Tout en dominant le vallon de Prelles, l’itinéraire prend la direction du sud-est, traverse une zone de blocs, passe à proximité d’une petite cascade, atteint la Haute Sagne.

Quitter progressivement la douceur des alpages en se rapprochant de l’austère face nord de la Pointe des Pisses (sud).

Vers 2700m, obliquer à l’est en passant sous une grande barre rocheuse que l’on contourne par la gauche. Escalader un ressaut puis une rampe schisteuse immédiatement suivie d’un dévers non moins délité.
Au dessus de la barre, tirer à droite en visant le col des Pisses que l’on atteint par une dernière rampe assez raide.

La Pointe des Pisses (2837m) : un joli belvédère qui mérite une visite (ascension facultative). Parcours en crête relativement aisé. Le sommet est défendu par un bastion rocheux que l’on contourne par son versant nord (ressaut).

Le Sommet de Prelles (2953m) : Longue course de crête que l’on peut traverser en intégralité. Toutefois, le terrain sur lequel on évolue mérite un peu d’attention. Passages sur des dalles inclinées et ressauts (II) pimentent le parcours.

Vers le col de Prelles

Du sommet de Prelles (2953m), piquer dans le versant sud en longeant un escarpement rocheux. Descendre suffisamment bas afin de le contourner.
Par une traversée en déclive, rejoindre le sentier qui permet de gagner le col de Prelles (2808m).

Vers le col du Cheval de Bois

Du col de Prelles, basculer dans l’austère versant nord.

Une fois encore, il est possible de donner à ses randonnées alpines un petit parfum d’aventure !
Ce col, sévèrement encadré par la Pointe des Estaris et le sommet de Prelles, est rarement emprunté à la descente.

  • Se fier aux marques bleues. Elles permettent de suivre une progression moins hasardeuse (cairns épars).

Une sente ténue part sur la gauche avant de revenir au centre, juste au dessus des barres rocheuses.
Dévaler une pente raide entrecoupée de plusieurs ressauts facilement négociables. Belle ambiance pour un col de "randonnée" !

Atteindre le pied de la barre rocheuse puis traverser un long dévers rayé par de nombreuses ravines brunes. Trouver une sente qui nous mène au col du Cheval de Bois (2473m).

La boucle - Le Refuge du Pré de la Chaumette

Quitter le col en empruntant un sentier bien marqué (nord-est). Gagner le vallon de Rougnoux.

Plus bas s’opère la jonction avec le spectaculaire sentier qui grimpe au Pas de la Cavale (2076m). L’ignorer en poursuivant au nord-ouest (GR.54).

Traverser le torrent puis rejoindre le Refuge du Pré de la Chaumette.

Prendre la piste en rive gauche du Drac Blanc (ou le sentier en rive droite) jusqu’au parking Les Auberts (1470m).

Dernière modification : 15 septembre 2018
Rouite (2663m) en traversée, par le Col de Méollion et le Col du Cheval de Bois

A propos

Auteur de ce topo :

Marcher en montagne : "je suis bien là, où je me dois d'être. C'était la question cruciale de la vie. La plus simple et la plus négligée." Sylvain Tesson

Randonnée réalisée le 9 septembre

Topo publié le 15 septembre

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Afficher les commentaires précédents (5).
  • par Le 22 septembre à 14h15

    Salut Michel.
    N’as-tu point d’autres photos de la descente du col de Prelles ? J’avais retracé de mémoire cet itinéraire, où j’avais accompagné des chasseurs de chamois (attention : il ne s’agissait pas de chasse-loisir, mais de chasse-nécessité, où c’était le seul moyen d’apporter quelque substance carnée au commun, une fois épuisée la réserve de cochonaille pour ceux qui pouvaient élever un porc - personne n’allait chez le boucher (au minimum 10 km à pied aller-retour) car trop cher ; d’ailleurs maintenant il n’y a plus du tout de chasseurs).
    Quelques rares cairns à l’époque, je vois que c’est amélioré avec quelques traces de peinture. Je constate que mon itinéraire diffère très peu du tien, donc ma mémoire a été relativement fidèle.

  • par Le 24 septembre à 18h50

    @hereme : cela me semblait être une gageure d’aborder ce versant nord par un itinéraire praticable.
    Le montagnard « esthète » sera comblé par la variété des paysages traversés. De plus, ce parcours insolite évite le versant sud, plus facile mais peu harmonieux (station de ski).
    Le col de Prelles est curieusement plus raide sur le bas du parcours. C’est du T4/T5 selon les estimations que j’ai trouvées. La descente est fun, attention toutefois de ne pas s’y engager par mauvais temps.
    Pour les photos, contactes moi sur ma boite (contacter l’auteur), j’en ai quelques-unes en plus.

  • par Le 27 septembre à 23h13

    @Michel. Je t’ai envoyé un message via "contacter l’auteur". Apparemment cela ne fonctionne pas !

  • par Le 28 septembre à 17h52

    Salut !
    J’ai reçu ton mail mais en spam, c’est pour cela que je ne l’avais pas vu.
    J’ai refais quelques photos, car mon prochain topo passe aussi par le col.

  • par Le 28 septembre à 19h12

    Si du col de Prelles aux Estaris il n’y a pas de problème, connais-tu le(s) sentier(s) qui mènent du lac au Drouvet - pointe de Méollion - Méollion ?

  • par Le 28 septembre à 19h36

    Je connais pas mal d’itinéraires dans le secteur que je fréquente depuis... longtemps. Mais pas celui-ci.
    Le weekend dernier, j’ai croisé par hasard un ancien guide de haute montagne, en tapant la discute, il m’a dit que la face nord des Estaris a été descendue à ski ! J’aurais eu du mal à le croire s’il n’avait paru sérieux.

  • par Le 29 septembre à 17h16

    A réserver je suppose aux Sylvain Saudan et autres émules.

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !