Sommet du Caduc (2650m), Sangraure (2559m) et Mourre de Simance (2511m)

Difficulté :
Difficile
Dénivelé :
1900m
Durée :
2 jours

Une traversée exemplaire dans un univers qui offre de multiples possibilités. Rando sur deux jours, qui peut être complétée vers le Cheval Blanc et même plus loin. C'est en hiver avec la neige qu'elle offre sa plus belle dimension. – Auteur :

Accès

De Digne, puis la Javie, rejoindre Prads par la D107, puis prendre la direction de la Favière. On peut continuer jusqu’au Serre (1330m) ; attention aux patous de la bergerie !

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

  • Carte : IGN TOP25 3439 ET Seyne
  • Dénivelé : Altitude départ : 1330 m - Arrivée : 2650 m + traversée. 1300 à 1400m pour atteindre le Caduc, selon le parking choisi.
    Environ 500m de montée/descente le deuxième jour, sans compter l’échappatoire des Crêtes de Chabaud (-100m +100m)
  • Difficulté : En hiver se méfier de l’état de la neige. Risque assez faible d’accumulation et de plaques mais toujours possible sur les arêtes. Risque de corniches.
  • Site de l’IGN :Sommet du Caduc - Sangraure - Le Mourre de Simance

Itinéraire jour 1

  • Sommet du Caduc et bivouac.

Du Serre, prendre le sentier plein Est qui va à la cabane de Chanabaja, le quitter avant la cabane pour rejoindre la crête et le point 2342m où commence l’arête. D’abord en terrain randonnée, bien que rocheuse, elle se déroule ensuite dans un environnement montagne. Elle n’est jamais difficile, sauf conditions de neige. On atteint le sommet du Caduc.

Itinéraire jour 2

Suivre la crête, en fonction de l’enneigement. Au passage des Crêtes de Chabaud, possibilité de contourner par l’Est et de rejoindre la crête avant le Mourre de Simance.

3 décembre

Avec nos sacs de 13 kg, nous partons du Serre vers les 10h00 après les 2 heures de route nécessaires pour rejoindre ce coin sauvagement beau. Nous passons à Canabaja voir les travaux de réfection de la cabane. Bonne nouvelle : la clé est sur la porte et la cabane peut servir d’abri. Carrelage au sol. Merci de respecter les lieux. Sur la crête du Cadun nous trouvons plus de neige et le parcours d’arête qui mène au sommet demandera quelques efforts. Nous atteignons enfin le Caduc à 16h30 et l’ambiance est superbe à 2650m d’altitude !

Nous trouvons un emplacement de bivouac, juste à quelques mètres du sommet. Et nous montons une tente pour PO. Quant à moi je vais tenter un bivouac à la belle avec sursac pour tester un duvet -10°C.

Quelle nuit ! Après les lumières du couchant qui filent à vive allure vers l’opacité, un ciel étoilé comme jamais m’accompagne dans mes essais de collerette. A cause de la position statique inconfortable dans la neige, le repas fut un peu rapide, et insuffisant. Mais la nuit fut quand même confortable avec très peu de vent et des températures plutôt clémentes pour la saison.

4 décembre

Réveil dans un décor motivant pour la balade du jour. Un parcours d’arêtes soutenu jusqu’à la baisse de Chanabaja puis la grande Tête des Couesses de Joyeux et enfin le sommet de Sangraure (2559m). Le tout dans une neige plutôt déstructurée et non portante et quelques zones d’accumulation.

Après le Sangraure, les difficultés augmentent et culminent lors d’un passage très expo de 40m (début des Crêtes de Chabaud dans le sens Nord-Sud). Trop expo en l’état, nous effectuons un contournement par la face est, par une descente pas évidente en neige déjà chaude et glissante, puis par la remontée d’un éperon de schistes gelés que nous gravissons en crampons.
Nous allons jusqu’au Mourre de Simance (2511m), puis nous rebroussons chemin pour descendre une arête O/NO en direction du col point 2059, puis plein sur la cabane du Mourréen (1771)m.

Pour le retour à la Favière, nous avons suivi la route forestière, puis rejoint un sentier balisé jaune.

Dernière modification : 16 mai 2018
Sommet du Caduc (2650m), Mourre Gros, Tête Noire en boucle par le Serre (La Favière)

A propos

Auteur de ce topo :

Site web : test-materiel-outdoor

Les Monts du Forez ont usé mes premiers godillots, puis les Pyrénées (Balaitous 1er 3000). Les calanques et le Verdon ont occupé tous mes WE des années 90 avec les boucans de Marseille ;-) Et puis sont venues la passion de l'image avec des vidéos... et les tests de matériel.

Topo publié le 8 décembre 2013

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Afficher les commentaires précédents (5).
  • par Le 30 décembre 2013 à 05h35

    J’adore l’ambiance Esquimaux !

  • par Le 30 décembre 2013 à 09h57

    Salut Michel.
    Merci pour ton commentaire matinal ;-)
    Un de mes plus beaux bivouacs avec quelques ambiances esquimau il est vrai :-)
    http://youtu.be/sK0Kh2BSgYE

  • par RomainLe 4 janvier 2015 à 18h04

    Salut Paul,
    penses tu que cette bambée est réalisable à la journée ? Merci

  • par Le 4 janvier 2015 à 18h50

    salut Romain,
    Tu vois un peu l’ambiance et le dénivelé...
    En partant tôt et léger, et si l’on est sur les traces de Kilian Jornet pourquoi pas... Mais pour tenter ce genre de coup j’attendrais que les jours allongent un peu.

  • par RomainLe 5 janvier 2015 à 17h24

    MercI Paul pour ton retour. As tu une idée de l’horaire global ? Les conditions de neige sont elles bonnes au printemps dans ce coin ?

  • par Le 5 janvier 2015 à 17h54

    l’horaire global : Je dirais au moins 8 heures en marchant bien, donc compter 10 heures. Les courses d’arêtes sont toujours longues. Les crêtes de chabaut à contourner, l’état de la neige feront varier sensiblement. Le retour à la Favière est compliqué avec une petite recherche d’itinéraire. Perso je prendrais un vêtement de sécurité et un sursac en cas de bivouac improvisé.
    Il y a parfois de la neige pourrie vers le mois de mai, mais ça dépend toujours des conditions.

  • par RomainLe 5 janvier 2015 à 18h08

    De précieux renseignements merci encore. Je te donnerai un retour une fois la bambée effectué !!! A plus

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !