Un volcan vu de très près : soirée au Stromboli (926m)

Difficulté :
Facile
Dénivelé :
700m
Durée :
demi-journée

La Sicile abrite le seul volcan européen en activité permanente : le Stromboli. Chaque jour, des randonneurs le gravissent pour un spectacle inoubliable. En effet, arrivés au sommet, c’est un spectacle son (grondements violents, souffles très sonores), et lumière avec les explosions de laves incandescentes presque toutes les 30 minutes. A faire absolument pour qui va en Sicile. – Auteur :

Accès

L’île de Stromboli est une des sept îles principales de l’archipel des Eoliennes au large de la Sicile. Deux compagnies maritimes, la Siremar et Ustica Lines assurent des liaisons entre la Sicile et les îles, et entre les différentes îles elles-mêmes. Le point de départ le plus habituel est le port de Milazzo, sur la côte nord de la Sicile. On peut rejoindre Milazzo par le train depuis Palerme (voir ici à ’Biglietteria On Line’).

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Itinéraire

La montée au Stromboli se fait forcément avec un guide d’une des compagnies qui officient sur l’île. Il ne faut pas s’attendre à être seul et mieux vaut réserver sa place longtemps à l’avance.
ATTENTION : Bien se faire confirmer la pre-réservation si on la fait par mail.

La montée n’est pas de tout repos ; on grimpe à environ 700m, en partant bien sûr du niveau de la mer. Au delà de la cote 270m, on ne peut plus vraiment parler de sentier. On marche sur un sol de poussière qui fuit parfois sous les pieds… mais rien de difficile, c’est juste un peu physique. En principe la montée se fait à peu près en deux heures et trente minutes.

Arrivés à la plate-forme d’observation, on assiste au coucher du soleil sur la mer et à un spectacle son et lumière inoubliable.

Après être restés 30 à 60 minutes (la durée dépend du nombre de groupes qui font l’ascension le même jour) sur la plate-forme d’observation, la descente se fait, de nuit et à la frontale, par un versant différent de celui de la montée, et équipé d’un masque car on baigne dans la poussière. On regrette presque de ne pas avoir les raquettes à neige car la consistance des dizaines de centimètres de poussière qu’on a sous les pieds fait penser à la neige.

  • Attention à l’endroit où on se trouve lorsqu’on enlève les chaussures …

Sortie du 8/05/2013

Ma femme et moi nous finissons un voyage en Sicile par une visite aux îles Eoliennes. Nous avons, de longue date, réservé une ascension du Stromboli auprès de l’agence MagmaTrek. Après avoir posé les affaires à l’hôtel, nous nous rendons à l’agence, qui confirme notre inscription et nous donne rendez-vous à 18H.

A 18H nous retrouvons les candidats à la montée et le temps de doter tout le monde d’un casque, l’heure tourne. Enfin à 19H, après un bref briefing de notre guide au bel accent italien, nous attaquons la montée.

Notre guide marche vite et ne se préoccupe guère des personnes venues en touristes, et pas en randonneurs, qui ont du mal à suivre. Au bout d’une petite heure, nous nous arrêtons, car il y a encore un peu de végétation pour permettre les ‘pauses techniques’ nécessaires.

En effet nous reprenons la montée au milieu de quelques touffes rases de végétation, et le sentier devient une large trace dans la poussière dont émergent parfois quelques gros blocs. Nous rejoignons un endroit plat où les différents groupes se restaurent éventuellement et s’équipent du casque nécessaire. Nous voyons déjà quelques panaches de fumée.

Les guides des différents groupes communiquent par talkie-walkie et le notre attend le signal du départ pour rejoindre le point le plus haut d’observation. Il insiste sur le fait qu’une fois là-haut, il tracera une limite dans le sable à ne pas dépasser … et, en fait, une fois sur place personne n’aura envie de la dépasser, car au-delà de cette limite théorique, la pente est forte et toute chute amènerait droit dans la rôtissoire.

Enfin le signal est donné, et notre guide nous fait presser pour doubler un autre groupe ce qui nous permettra un arrêt plus long pour l’observation. Maintenant nous entendons le souffle de la bête et les grondements franchement impressionnants. Soudain une explosion et de suite après une pluie de poussière s’abat sur nous.

Nous voilà au point le plus haut (cote environ 700m) que les groupes sont autorisés à atteindre. Nous y arrivons au coucher du soleil. Nous sommes bouche bée devant le spectacle et les grondements et souffles brusques sont franchement impressionnants pour tout le monde. A vrai dire, comme on dit , nous n’en menons pas large !

Soudain une première explosion envoie une gerbe de magma que je m’empresse de filmer. Nous surplombons la bouche éruptive d’environ 100m et en sommes distants de quelques centaines de mètres et pourtant on ressent une bouffée de chaleur !
Il nous faudra attendre une vingtaine de minutes pour avoir droit à une deuxième explosion.

A regret, nous devons partir avant la troisième pour laisser place aux autres groupes. Mais les 45 minutes environ passées sur ce volcan en activité quasi permanente, resteront inoubliables. Nous comprenons la fascination des vulcanologues.

Il fait nuit et c’est à la frontale que nous descendons après s’être équipés d’un masque anti-poussière. On comprend très vite pourquoi ; le parcours de descente emprunte une trace raide où les pied s’enfoncent dans la poussière, et la poussière soulevée forme un brouillard dense que les frontales percent difficilement.
Enfin, nous retrouvons un sol plus ferme et pouvons faire ‘bas les masques !’.

Retour à l’agence pour rendre les casques et échanger nos impressions sur cette petite rando hors du commun. Certaines personnes étaient inscrites la veille et n’ont pas pu monter à cause du mauvais temps : nous avons eu de la chance.

Une ‘rando excursion’ vivement conseillée.

Dernière modification : 16 mai 2018

A propos

Auteur de ce topo :

Dauphinois depuis ma naissance et ayant toujours habité en région grenobloise, j'ai fait ma première rando à 10 ans (c'était le col de l'Alpe en Chartreuse) et n'ai pas passé une seule année sans randonner avec des objectifs locaux ou lointains. Etant depuis 2010 en CVDI (Contrat de Vacances à Durée Indéterminée = à la retraite), j'ai maintenant plaisir à choisir des objectifs pour un groupe d'ami(e)s (...)

Topo publié le 13 novembre 2014

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

  • par Le 13 novembre 2014 à 19h56

    Il y a quelques décennies l’accès était libre ! évolution... de toutes façons spectacle somptueux.

  • par Le 26 janvier 2015 à 17h36

    Le Stromboli n’a pas été toujours aussi actif, mais maintenant il l’est de façon permanente en effet.

    La légende familiale veut qu’encore petit dans le ventre de ma mère j’ai dormi en haut du Stromboli ! Ma famille est d’origine sicilienne, et plus particulièrement des Îles Éoliennes d’où vient mon grand-père, il était alors possible d’aller au Stromboli sans aucun souci et même d’y bivouaquer !

    Ironie de l’histoire, je ne suis encore jamais allé de mémoire en Sicile ! À faire un jour, très certainement... Merci donc pour ces belles photos et ce récit !

  • par Le 27 janvier 2015 à 17h09

    Merci Julien.
    Pour sûr, nous aurions bien passé la nuit là-haut pour profiter plus longtemps du ’son et lumière’. Mais même 3/4 d’heure passé là-haut c’est inoubliable.
    Je te souhaite franchement d’avoir le bonheur d’aller là-haut, donc tout près de tes ’racines’
    Jean-Marc

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !