Topo de référence

Pour découvrir la carte, l’itinéraire et les infos détaillées, veuillez consulter le topo de référence

Conditions météo

Conditions parfaites.

Récit de la sortie

Je suis souvent passé à proximité de ces lacs, mais n’étais étonnement jamais véritablement allé jusqu’à eux. Cette météo parfaite annoncée était l’occasion rêvée de mettre à profit ce jour férié pour une excursion sur ce versant des Aiguilles Rouges, généralement sublimé par les couleurs automnales.

7h05, il est à peine l’aube, et le thermomètre est tout juste dans le négatif. Les toutes premières lueurs annoncent une très belle journée. L’idée est de monter jusqu’aux Lacs Noirs, et d’aviser ensuite selon l’horaire et les envies. La succession rapide d’épingles sous les pylônes du téléphérique de Planpraz permet rapidement de se tenir au chaud.
La montée est soutenue, de quoi atteindre le sommet du téléphérique en même temps que le soleil (un peu après 8h environ), qui lui dépasse enfin des Aiguilles de Chamonix. Surprise, je ne suis pas seul à profiter du spectacle, deux ouvriers travaillent déjà, même un jour férié, à l’entretien des remontées mécaniques.

On rejoint ici le topo original.

Tous les panneaux de rando d’été ont visiblement été retirés (pour être remplacés par ceux de ski), et je me trompe bêtement, partant sur le sentier du Col du Brévent, sans voir le départ du Col du Lac Cornu juste derrière. Le temps de m’inquiéter de ne pas partir exactement dans la direction que je voulais, j’aperçois le panneau du col. Sans itinéraire direct évident vers les lacs d’après la carte, et pas tellement l’envie de m’aventurer dans du hors-sentier avec ce sol saupoudré de neige dure, je redescend vers l’arrivée de Planpraz pour retrouver sans mal le bon chemin.

Plus haut, dans la foulée du Col Cornu, voici donc le Lac Cornu, face à la barrière que forme la chaîne des Fiz. Dans le dos, du Mont-Blanc illuminé jusqu’à la frontière suisse, le soleil gagne lentement chaque combe une à une. La vallée est elle encore dans l’ombre, pour un bon moment. Le temps de rejoindre le Col de la Glière par une belle traversée enneigée mais déjà toute tracée (vers 10h30), et de grimper un ressaut, on domine les Lacs Noirs. Alors que le Lac Cornu paraît encore dans des conditions presque estivales, la surface des Lacs Noirs est déjà à moitié gelée. Ils ne sont pourtant distants que de quelques centaines de mètres, et à peu près à la même altitude. Seul, pas un bruit, à peine le ronronnement de la vallée, le temps est comme suspendu...

Détour du topo original,

Après un petit tour au bord du Lac Noir supérieur, je poursuis jusqu’au Lac Blanc, par le Col de la Glière donc, puis l’enchaînement Col du Fouet, Col de l’Index et Tête Aubuy. Je rencontre sur cette portion les tout premiers randonneurs de la journée (venus de la Flégère), et ce sera presque tout jusqu’à la jonction avec l’itinéraire classique du Lac Blanc depuis la Flégère. Sans surprise, le téléphérique étant ouvert, ce sont plusieurs dizaines de personnes qui ont décidé de monter au lac. Je ne recherche pas particulièrement la solitude, loin de là, mais je suis content d’avoir eu le privilège de cette matinée superbe juste pour moi sur ce versant-là.

Le Lac Blanc (atteint vers 13h) est gelé en surface, sur toute la partie aval. Magnifique. Même si sa couleur turquoise est nettement atténuée, je le trouve plus beau encore que l’été. Ce panorama de glace et de neige sur la Verte, l’Aiguille d’Argentière et les Grandes Jorasses a quelque chose de très austère aussi, mais avec cette lumière rasante typique de l’automne pour sublimer le tout. De telles conditions ne doivent pas durer bien longtemps, quelques semaines au mieux avant l’hiver total.

Je décide de descendre par les Lacs des Chéserys (quitte à faire le tour des lacs des aiguilles rouges, n’oublions pas ce chapelet de lacs miroirs splendides) jusqu’à Tête au Vent, puis le balcon en retour jusqu’à la Flégère. De là, à peine la télécabine laissée derrière moi, de nouveau plus grand monde. Descente tranquille par la Floria (quelle vue ce chalet !) jusqu’à Chamonix pour prolonger la magie. Une belle bambée d’environ 2300 mètres de dénivelé, enfin surtout une vraie belle journée d’automne en montagne, tout simplement.

Dernière modification : 22 novembre 2017

A propos

Auteur de cette sortie :

Site web : https://www.flickr.com/photos/14014...

Randonnée réalisée le 1er novembre 2017

Publiée le 22 novembre 2017

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

  • par Le 23 novembre 2017 à 13h04

    Merci pour ces belles photos !

  • par Le 26 novembre 2017 à 23h34

    Magnifique !
    Au vu de la photo 18 (que de monde !), je comprends votre bonheur du matin......

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !