Topo de référence

Pour découvrir la carte, l’itinéraire et les infos détaillées, veuillez consulter le topo de référence

Conditions météo

Beau temps, mais une forte bise.

Récit de la sortie

Comme il n’est pas facile de se garer dans Angon, je me gare au port après avoir emprunté la route qui mène au camping de la Chapelle St-Claude. La bise est déjà forte et soulève des vagues sur le lac.

Dans Angon, je tourne à droite, puis j’emprunte le départ du chemin qui monte vers les Mouilles. Dans la première épingle, je continue tout droit. Le sentier est assez lisible au début mais se perd rapidement. Plus haut, je le retrouve parfois pour le reperdre aussitôt.

Ce n’est que vers 730 m d’altitude que je retrouve un bon sentier qui m’amène à proximité du petit sommet de la cote 827. C’est là que se trouve le panneau (à terre) indiquant Rovagny et St-Germain. Le sentier se poursuit en chemin qui mène à Rovagny.

Petit détour par Vérel et la Closette pour retrouver le chemin des cascades.

Après la visite des cascades, retour par le chemin de la Closettaz.

Remarque : les sentiers provenant de Rovagny et descendant par le bois des Hêtres vers Angon et Balmettes étaient autrefois bien balisés (présence de poteaux indicateurs souvent tombés) mais ont désormais tendance à se perdre.

Dernière modification : 12 mars 2015

A propos

Auteur de cette sortie :

Randonnée réalisée le 5 mars 2015

Publiée le 12 mars 2015

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Afficher les commentaires précédents (6).
  • par Le 12 mars 2015 à 20h06

    Hello Stan !

    Belle sortie, franc soleil et la neige qui s’en va peu à peu...

    Une remarque/question de technique photo : penses-tu possible de retravailler ton avant dernière photo ? Elle est pas mal cramée sur la gauche, peut-être qu’un travail approfondi en post-production pourrait ramener plus de détail.

  • par Le 12 mars 2015 à 22h07

    Photo 4 : Dents de Lanfon et Dent du Cruet ! La Tournette serait beaucoup plus à droite !

  • par Le 12 mars 2015 à 22h19

    Pour la photo 4, je dirais plutôt : dents de Lanfon à gauche et Lanfonnet à droite.

  • par Le 13 mars 2015 à 11h20

    Bonjour, je vois qu’il y en a qui suivent.

    C’est effectivement le Lanfonnet à droite, je rectifie

  • par Le 13 mars 2015 à 23h05

    Histoire et légendes.

    • LA DAME D’ANGON.
      On retrouve rarement les corps de ceux qui se noient au pied du Roc de Chère. Tout s’explique avec la légende.
      Bernoline est une jeune châtelaine orpheline et particulièrement belle mais qui se morfond dans son château situé à Angon. Un jour, un jeune Croisé vient lui demander asile pour quelques jours. L’idylle est immédiate. Mais le devoir n’attend pas. L’homme part embrocher les infidèles et revient un an après.
      Ils se marient et vivent deux ans d’un parfait bonheur. Un caprice viendra fêler ce bonheur d’airain. Bernoline voit passer, un soir, au-dessus de sa tête une étoile sublime. Elle la veut. Son époux promet de la lui rapporter. Après moultes péripéties marines et terrestres, au bout de cent jours, il rencontre une sirène qui lui remet l’astre convoité, à une condition : “Il faut que tu sois de retour à Angon ce soir sinon Bernoline mourra". Le chevalier repart au grand galop… et arrive à la tombée de la nuit au bout du lac, à Lathuile. Soudain la tempête se lève. Il se trompe et part vers Duingt. S’apercevant de son erreur, il hèle un pêcheur qui lui offre la traversée en échange de son âme sous 10 années, sinon Bernoline périra. Le chevalier accepte le marché de celui qui n’était autre que Satan. Il retrouva Bernoline et vécurent heureux jusqu’au jour où il dut quitter sa demeure, priant un serviteur d’expliquer à Bernoline la convention diabolique. Elle se jure alors d’arracher son mari des griffes du diable. Satan se présente un jour à elle.
      Le diable lui fait alors la proposition suivante : si elle est capable de reconnaître son mari parmi les gens qu’elle croisera tous les jours, son mari sera libéré. Sûre d’elle, Bernoline accepte. Quelques mois plus tard, Satan victorieux revient vers elle et lui annonce que son mari lui a été présenté plus d’une dizaine de fois sous des apparences différentes.
      Désespérée, Bernoline se jeta depuis le haut du Roc de Chère dans les eaux glacées du lac.
      Depuis, Bernoline retient les malheureux qui décident de se baigner à cet endroit, croyant reconnaître son mari.
  • par Le 14 mars 2015 à 12h48

    Bonjour,

    où serait ce château situé à Angon ?

  • par Le 15 mars 2015 à 19h08

    Salut Stan.

    Histoire et légendes (suite)

    Pour l’instant pas de château en vue à Angon, si tu as des nouvelles ça m’intéresse. Peut-être une maison plus ou moins fortifiée - cf "Lilia" ci-dessous..

    Par contre :

    • 1. La légende raconte qu’en des temps médiévaux, le seigneur Jacques III souhaitait joindre Talloires et Duingt sans naviguer. Sa fille aurait péri par profondis dans les eaux du lac d’Annecy. Pour construire un pont, ce seigneur confia à son page Jehan le soin de demander l’aide des fées. Intéressé de rejoindre sa belle Ancilie qui vivait de l’autre coté du lac, le page se pressa de confier cette construction aux fées. En échange, celles-ci demandèrent une donation régulière en beurre et sel. Le seigneur s’en accommoda jusqu’au jour où un serf jaloux accusa le page Jehan de duperies. Le seigneur répudia le page et interrompit les dons en beurre et sel. La construction du pont s’arrêta au grand dam du seigneur. La princesse des fées fit conduire le page de l’autre coté du lac par les terres afin qu’il y marie sa belle. Les fées disparurent et seuls les pilotis du pont inachevé entre Talloires et Duingt subsisteront en mémoire de la félonie du seigneur…
    • 2. Il était une fois, il y a bien longtemps, un petit village situé sur une presqu’île au large de Duingt, sur les rives du lac. Une veille de Noël, une vieille femme rabougrie et pliée en deux demanda asile au village.
      Mais les villageois étant plutôt intéressés par la préparation du réveillon, aucune porte ne s’ouvrit pour lui offrir l’hospitalité. La pauvre vieille reprend le chemin de la montagne, et soudain se métamorphose en une magnifique jeune femme splendidement vêtue : la fée du lac.
      – Mauvais village, soit puni comme tu le mérite !
      Immédiatement se produit un raz-de-marée fukushimesque fait disparaître le village, aspiré dans les sombres profondeurs. Et depuis, si une veille de Noël vous passez au large de Duingt, vers minuit, arrêtez-vous au bord du lac et écoutez. Vous entendrez quelque part, venant de l’onde, sonner les douze coups d’une cloche lointaine.
    • 3. LILIA.
      Une nouvelle/légende rapportée par André Theuriet (1833-1907) de l’Académie Française, qui séjourna plusieurs fois à Talloires.

    "... Le soleil qui vient de s’élancer au-dessus des massifs de la Tournette crible de rayons la prairie, les vignes et les vergers qui dévalent du village d’ANGON vers le lac aux eaux bleues ... une grande maison savoyarde, moitié ferme, moitié château, qui dresse à gauche du chemin ses grises tourelles carrées et abrite de sa toiture en au vent une galerie à balustres dont les piliers s’enguirlandent de plantes grimpantes. Les croisées de ce logis d’honnête apparence sont fleuries de géraniums cramoisis et s’ouvrent toutes sur le paysage du lac. Un large escalier de pierre met la galerie en communication avec les allées du verger, et sur cet escalier parait un jeune garçon svelte et alerte. Il descend lestement les marches. ...
    Le jeune homme, qui a nom Mauricet et qui est le fils aîné du seigneur, chemine d’un pied leste à travers les arbres du clos, ..."

    Il y est question des amours impossibles entre une ondine, fille du roi des BALMETTES, un royaume sub-aquatique situé près d’ANGON, et ledit Mauricet.

    Si le texte entier t’intéresse, je peux te l’envoyer en direct. A noter au passage qu’il faut passer par les universités nord-américaines (USA et Canada) pour obtenir des textes littéraires et/ou historiques, archives, ... concernant l’histoire et la culture françaises !

  • par Le 17 mars 2015 à 21h44

    Bonsoir,

    "Vers le bout du lac, dans les mandements de Duingt et de Faverges, les maisons-fortes étaient moins nombreuses. Le Cloz, lieu-dit du village d’Angon, au bord de la route et à 2 kilomètres au sud de Talloires, sans importance aujourd’hui, mais porté curieusement sur la carte de Bergonio, posséda peut-être un ancien château (une tour y existait au XVIIème siècle)"
    extrait de Mémoires et Documents publiés par la Société d’Histoire et d’Archéologie de Genève Tome XXXIX page 529 année 1978

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !