attaque de patous

Accueil ForumSujets diversattaque de patous
par le 14 novembre 2014 à 20h16

Réponses

  • par le 15 novembre 2014 à 16h44

    Il a pas eu le temps d’en taper plus ! Les patous l’ont bouffé !

  • par le 15 novembre 2014 à 18h54

     ;-) Excellent !

  • par le 15 novembre 2014 à 19h34

    les gars, c’est un sujet sérieux, lol ! Je reposte

  • par le 15 novembre 2014 à 19h53

    Pour ma part j’aime bien les patous, ils font leur travail et j’ai toujours eu de bons contacts avec eux et je suis toujours là ! C’est peut être moi qui les ai impressionnés !!!

  • par le 15 novembre 2014 à 20h06

    Bonjour à tous
    Les randonneurs à pied ou en VTT sont de plus en plus nombreux à être victimes d’attaque ou de morsure de chiens "Patous" dans les alpages, les agressions augmentant année après années, en quantité comme en gravité. Une pétition a été mise en ligne (sur change.org) dont l’objet vise, non à jeter l’opprobre sur une profession ou la mettre en difficulté, mais bien à parvenir à une solution qui permettrait aux randonneurs de se déplacer sans crainte d’être attaqué

  • par le 15 novembre 2014 à 20h07

    Merci d’éviter toute polémique inutile, nous ne voulons pas stigmatiser les bergers qui travaillent en montage. Nous voulons juste attirer les pouvoirs publics sur ce problème qui gâche les randos d’un bon nombre d’entre nous.
    Amitiés montagnardes

  • par le 15 novembre 2014 à 20h08
  • par le 15 novembre 2014 à 20h09

    Le lien ne passe pas, je vais contacter l’administrateur du site. Merci de respecter notre démarche.

  • par le 15 novembre 2014 à 20h12

    il suffit de remplacer les patous par les loups, bien plus dociles !
    OK je sors... j’ai déjà croisé des patous, c’est vrai qu’ils ne sont guère accommodants. Protection de troupeau et agressivité vont-ils obligatoirement de pair ? En tous cas, en tant que randonneur, il convient de rester prudent.

  • par le 15 novembre 2014 à 20h22

    Que les randonneurs ou VTT commencent à respecter les consignes, que l’on cesse d’affoler les gens en répétant tout et n’importe quoi concernant leur dangerosité. L’attitude du randonneur est souvent la principale cause de leurs réactions et cela vaut pour tous les chiens de garde.

  • par le 15 novembre 2014 à 20h22

    Que les randonneurs ou VTT commencent à respecter les consignes, que l’on cesse d’affoler les gens en répétant tout et n’importe quoi concernant leur dangerosité. L’attitude du randonneur est souvent la principale cause de leurs réactions et cela vaut pour tous les chiens de garde.

  • par le 15 novembre 2014 à 20h31

    OK Galipette. Le but de ce post n’est pas de polémiquer mais d’informer qu’une pétition existe pour ceux qui se sentent concernés.
    Moi aussi, j’ai rencontré de gentils patous car bien éduqués par des bergers responsables. Je connais les consignes et je les applique. Mais ce n’est pas toujours le cas malgré un bon comportement. J’ai une autre fois été attaqué. Le troupeau se trouvait au milieu d’un GR en haut d’une crête, non visible durant l’ascension. Des forums recensent des centaines d’agression mais aussi des articles de presse. Alors, oui, il y a un problème même si ce n’est pas une généralité

  • par le 15 novembre 2014 à 20h38
  • par le 15 novembre 2014 à 20h44

    Merci Alain. Je vous conseille également de lire le dossier complet sur les chiens Patous (lien du blog sur la pétition) qui résulte d’un fastidieux et excellent travail d’ Eric Tchijakoff (l’auteur de la pétition).

  • par le 15 novembre 2014 à 20h46

    la Direction Départementale des Territoires (DDT) de l’Isère soutient cette démarche auprès du ministère de l’écologie
    Si les bonnes volontés s’unissent, si l’intérêt commun l’emporte, la montagne redeviendra un endroit où chacun a sa place.

  • par le 15 novembre 2014 à 20h48

    Bonjour,

    Voici une petite vidéo qui explique le comportement correct à adopter en face de chien de protection.

    https://www.youtube.com/watch?v=aCK...

    Perso, je ne signerai pas cette pétition aussi agressifs que pourraient être certains patous.

    En effet, je considère la protection du loup comme primordiale en ces temps où il redevient presque un nuisible (lire ici http://www.ferus.fr/actualite/la-ch...).

    Donc que certains bergers préfèrent délaisser leurs fusils pour des chiens de protection...moi,je m’en réjouis !!!...et tant pis si je dois rebrousser chemin devant un patou résolument décidé.

  • par le 15 novembre 2014 à 21h20

    Le but de la pétition n’est pas de faire disparaître le patou des montagnes mais de faire cohabiter chiens de protection et usagers de la montagne, notamment sur les sentiers de randonnée. Entièrement d’accord avec befakali pour la protection du loup, mais malgré les chiens, les loups sont tout de même abattus (3 viennent d’être tués il y a quelques jours sur le plateau de Canjuers). Dans ma région, malgré le nombre de patous, tous les bergers de déclarent prêt à "tirer le loup" malgré tout.

  • par le 16 novembre 2014 à 00h25

    Pour moi, il existe un simple problème de fond qui ménage le chien (à défaut de chèvre) et le loup (à défaut de chou) : il s’agit d’avoir des patous dressés (aux frais de l’état ?) pour attaquer les loups et non les randonneurs, et censés être aux ordres de leur propriétaire, pour autant que lesdits randonneurs respectent les règles élémentaires de comportement souvent évoquées sur le forum.
    On fait cela pour les vrais chiens de garde. Je précise que j’ai moi-même été attaqué sur une petite route départementale en plaine dans les Hautes-Alpes par deux patous en passant à côté d’une "ferme" (au vu de l’état de délabrement de celle-ci) sans l’ombre d’un mouton ou d’un quelconque quadrupède domestique à garder à l’horizon, sous les yeux du propriétaire qui n’a même pas esquissé l’ombre du début d’un soupçon de geste rappelant des chiens (heureusement en l’occurence j’étais "armé" : une simple pelle à neige (ou à creuser des rigoles autour de la tente) pliable. C’est très efficace).

    Curieuse époque. Il me souvient d’un temps où nous avions comme règle, au vu d’un berger, d’aller échanger quelques mots, voire un repas avec celui-ci. Parfois, un soir de pluie, nous dormions dans la cabane auprès d’un bon feu de bois, après que le berger nous eût raconté des histoires de berger évidemment, comiques, tragiques, palpitantes, ..., en tout cas extrêmement intéressantes, des histoires de contrebande que pratiquaient leurs grands-pères, des histoires de Résistance (avec une majuscule), de partie de cache-cache avec la maréchaussée relativement à l’un ou l’autre lièvre braconné ça ou là.

    Alors sur qui faut-il crier haro (comme sur le baudet) : le berger, le randonneur, le loup, le patou ?

    Cela rappelle l’histoire du loup, de la chèvre et du chou ; mais dans cette dernière, il y a au moins une solution.

  • par le 16 novembre 2014 à 09h28

    Il y a certains comportements à avoir avec les patous qui sont parfois rappelés au départ des sentiers de randonnée, du genre : ne pas leur jeter de caillous, ne pas les regarder dans les yeux car ils interprètent cela comme une provocation, ne pas essayer de les caresser en passant sa main au-dessus de leur tête, leur parler avec une voix posée "oui tu es un bon chien"..... Néanmoins si ceux-ci veulent nous attaquer il paraitrait qu’on peut s’en protéger en pointant un bâton dans leur direction et c’est probablement plus efficace que de leur jeter des cailloux. Bernard Ollivier dans son livre "Longue Marche" (T.1) raconte comment il a pu se prémunir de l’attaque de deux chiens grâce à ses bâtons.

    Pour ma part je n’ai jamais eu à faire à ces chiens mais je pense qu’il est bon de garder à l’esprit ces quelques comportements au cas où... La seule chose qui me gêne c’est que malgré toute la bonne volonté du monde il n’est pas toujours possible de contourner les troupeaux.

  • par le 16 novembre 2014 à 11h21

    En fait, ce n’est pas vraiment la pétition qui me gène mais plus ce qu’elle pourrait engendrer.

    Si c’est trop contraignant, les bergers risquent de ne pas vouloir travailler avec des chiens de protection, puisque ce n’est pas obligatoire...et que finalement depuis ce mois d’Aout 2014, un simple permis de chasse suffit pour éliminer le loup (le patou lui ne peut que le repousser).

    Ensuite, on s’aperçoit, que certains bergers touchent des aides de l’Europe (donc un peu nos impôts) lorsque leurs brebis sont retrouvées mortes et que le loup est suspecté (il suffit d’un attaque avéré dans la zone pour décrété que toutes les suivantes seront forcément d’un loup).

    Le problème est que la bête indemnisée vaut plus cher que la bête vendue à l’abbatoir. De plus ces aides sont versées sans que des mesures de protections contre le loup aient réellement été mises en place (chiens de protection).
    (lire ici http://www.buvettedesalpages.be/201...)

    Enfin, le lobby agricole et de la chasse se servent de ces chiffres (ex : x brebis tuées sur l’alpage "trucmuche") pour faire pression sur l’état et obtenir le droit de tirer (même hors période de chasse) une espèce protégée.

    Je serais donc pour cette pétition si et seulement si les autres lois et réglementations évoluées dans le sens suivant :

    Chiens de protection obligatoire pour tous bergers qui souhaite prétendre à des aides de l’Etat/Europe, avec obligation de satisfaire aux tests de sociabilisation. (payé par l’Etat/Europe...au moins les aides ne seraient versées qu’à ceux qui joueraient réellement le jeu)

    Toutefois, je comprends aisément l’angoisse que peuvent avoir certaines personnes devant des patous parfois enragés.

  • par le 16 novembre 2014 à 12h14

    Pour ma part, j’ai l’habitude de partir à l’aube, à une heure où les bergers sont encore couchés et les patous tiennent compagnie aux moutons dans un enclos. Les chiens ne sont pas dressés pour quitter le navire (l’enclos).
    Pour le retour, quand tout le monde est réveillé, j’ai une bombe anti-agression que je n’ai pas testée n’ayant jamais rencontré un seul patou psychopathe. Mais je sais que certains ne sont pas très finauds, d’où la bombe.
    J’ai rencontré des patous s’approchant de moi en jappant avec des bergers observant la scène sans intervenir.
    Mais, doit-il le faire ? Le chien fait son travail et ne risque-t-il pas d’être désorienté par un rappel ?

  • par le 16 novembre 2014 à 12h40

    "n’autoriser au travail en pleine nature que ceux qui auront satisfait aux tests de sociabilisation". et pourquoi pas aussi un "permis randonneur" ?

  • par le 16 novembre 2014 à 14h34

    Je n’ai pas peur de ces chiens, le plus souvent ils sont dans leur rôle, celui de la protection et de dissuasion. Ils ont pour but de défendre les troupeaux face à une hostilité potentielle. On ne peut pas demander aux bergers de garder les moutons avec des teckels ! Je trouve cette pétition absurde , on peut aussi faire une pétition contre les chiens urbains (mordu 2 fois pour ma part) ou contre les randonneurs qui ne respectent pas les consignes de plus en plus souvent affichées à l’entrée des zones de pâture ! (les VTT posent encore plus de problème car ils surprennent les bergers).
    Nous vivons dans une société de plus en plus aseptisée ; les bergers ne veulent plus du loup, les randonneurs voudraient que les bergers gardent les moutons avec des toutous de salon et ainsi de suite. Chacun défend son pré carré sans tenir compte des autres protagonistes. Les cheptels sont de plus en plus importants et les randonneurs de plus en plus nombreux. Nos montagnes sont devenues des parcs à moutons. C’est la conséquence d’une réalité économique car la filière ovine va mal depuis longtemps et le loup est devenu le bouc émissaire de cette situation. Je discute souvent avec les bergers, pour mieux les connaître. Je regrette que ceux qui parcourent les montagnes ne prennent pas le temps de rencontrer ceux qui y vivent.
    Je regrette que certains bergers ne jouent pas le jeu depuis le retour du loup. Je regrette que l’élevage et l’agriculture ne se réconcilient pas avec le respect du vivant et que les animaux subissent les conséquences de nos actes car aujourd’hui, parler de l’homme dans la nature revient presque toujours à parler de l’homme contre la nature. En France, le chiens patous ne sont pas les mieux formés, et ils ne sont pas assez nombreux. C’est la conséquence d’un parti pris des éleveurs, celui de ne pas accepter la menace de la prédation. Responsabiliser les éleveurs et les randonneurs sans se stigmatiser les uns les autres...Ce serait souhaitable pour un avenir plus serein.

  • par le 16 novembre 2014 à 14h58

    Les pétitions sont à la mode. L’homme est un éternel râleur.
    A quand une pétition contre les vipères, les moustiques et la végétation épineuse de Provence ? Ah, les lichens aussi. Humides, ils sont dangereux...

  • par le 16 novembre 2014 à 16h54

    Moi je voudrais que les pouvoirs publics n’abandonnent pas l’espace montagne aux bergers. Certains sont cool et intéressants, d’autres, trop nombreux, considèrent purement et simplement que la montagne est à eux parce qu’ils y "travaillent" ; que les randonneurs n’ont qu’à aller se faire voir ailleurs. Et ils ne font aucun effort pour calmer leurs chiens même quand ce sont des enfants qui se font agresser. Il faut quand même rappeler que l’élevage ovin est une source de multi-pollution, et qu’il vit des subventions. C’est à dire indirectement de ce qui sort de la poche des randonneurs. Le travail des éleveurs et des bergers est difficile, certes, mais je constate que les moutons en altitude se multiplient. Je ne connais plus un seul alpage qui reste vierge, même dans des coins perdus du 04, où c’est maintenant clôturé et où les patous te renvoient à la maison. Même à la sainte victoire il y a des troupeaux. Ce doit pas être si mauvais que ça comme business...

  • par le 16 novembre 2014 à 17h02
  • par le 16 novembre 2014 à 18h07

    On s’écarte du sujet, voici le top15 des chiens les plus dangereux : http://www.google.fr/url?sa=t&r...
    Le patou n’y figure pas !
    En cas de morsure, c’est l’assurance responsabilité civile du maître du chien responsable de l’accident qui rembourse alors les dommages. Faire une pétition signifie stigmatiser un type de chien car la législation existe déjà !

  • par le 16 novembre 2014 à 19h00

    Là où on apprend que le Cocker mord plus que le Pitt Bull :)

  • par le 16 novembre 2014 à 19h37

    Il faut relativiser les chiffres. Les cockers sont plus nombreux et croisent davantage de monde.

  • par le 17 novembre 2014 à 16h26

    Le problème vient plus que de l’humain que de l’animal.
    Ce dernier est mis tout petit avec le troupeau et il est là pour repousser tout ce qu’il considère comme un intrus vis à vis du troupeau.
    J’ose supposer que le berger n’est pas considéré comme un intrus par l’animal et qu’il a donc un "pouvoir" (le mot est exagéré j’en conviens) sur le chien.
    Si donc comme cela a pu arriver (et j’en suis) à certains d’entre nous, le patou devient trop agressif, le berger (si il est présent bien sûr) doit pouvoir ou au moins tenter de "reprendre la main" pour calmer un tant soit peu les choses.
    Cela n’a pas été le cas pour moi lors d’une rencontre peu sympathique avec un de ces chiens sur un alpage de la Drôme où le berger se ballade dans les alpages à ... moto tout terrain !
    Ayant aussi fait des rencontres "normales" avec ces chiens (le chien vient t’identifier et t’accompagne même un moment) c’est à dire tel qu’écrit sur les panneaux de recommandations, je me prends à penser que le berger pourrait dans la plupart des cas arranger les choses et qu’il ne le fait pas.
    Et on en arrive au fait ahurissant que ces chiens ne font que repousser les loups alors qu’ils attaquent carrément les êtres humains, tout cela sous les yeux du berger qui ne bouge pas !!!
    En réponse on en vient à randonner avec une bombe anti-agression ou un piolet bien aiguisé et cela se terminera forcément mal un de ces jours pour un des ces animaux.
    Je ne stigmatise pas tous les bergers car dans certains endroits (sauf la Drôme) cela se passe assez bien et on peut échanger sans tomber dans l’extrémisme ou une certaine violence, mais quelques-uns ont probablement besoin d’être rappelés à la raison.
    Je donnerai une suite favorable à cette pétition.

  • par francis1le 17 novembre 2014 à 17h35

    On ne peut pas vouloir le loup et ne pas défendre les troupeaux. On peut ne pas vouloir les troupeaux et vouloir le loup... mais quand il n’aura plus que des randonneurs à bouffer on en reparlera.
    Quand on va en montagne on se renseigne un minimum sur ce que l’on va rencontrer. En période d’estive si l’on va sur des alpages on sait que l’on va rencontrer des troupeaux et des chiens pour les défendre, ce qui n’était pas le cas avant la présence du loup, du moins pas aussi agressifs et plus sociables.
    Quand un facteur se fait mordre en ville par un chien qu’il n’a pas vu venir, pour se simplifier la vie la plupart du temps il ne dénonce même pas le chien ; il continue sa tournée en conduisant d’une seule main,finit le boulot, va se faire soigner chez le docteur ET IL FERME SA GUEULE

  • par le 17 novembre 2014 à 18h15

    Cela m’étonnerait que les facteurs ne disent rien. francis1, avez-vous besoin d’être grossier et mal élevé ?

    Le facteur, une proie pour les chiens

    Se faire mordre par un chien, c’est la deuxième cause d’arrêt maladie pour les facteurs. La Poste fait de la prévention et propose des stages pour apprendre les bons gestes et les bons comportements à adopter.

    Pour les facteurs, le comité d’accueil est souvent menaçant … des chiens montent la garde. Ils ont beau passer tous les jours de la semaine, ils provoquent à chaque fois la même agitation. Chaque jour, trois facteurs se font mordre en France. Cela va du petit pincement à la morsure profonde. Le chiffre est énorme !

    La poste prend très au sérieux les risques de morsure. En effet, d’après les derniers chiffres, la deuxième cause d’arrêt de travail est la morsure d’un chien, la première cause étant les accidents de la route avec les vélos et les cyclomoteurs.

    Des stages ont été mis en place pour prévenir au maximum les morsures. C’est le cas à Saint-Amand-Montrond dans le Cher. Ce stage permet aux postiers d’avoir la bonne attitude face à un chien. Une bonne chose car les morsures de chien ne sont pas à prendre à la légère. Car depuis janvier, trois d’entre eux ont été blessés par des morsures de chiens.

    ► Reportage Eloïse Bruzat et Emmanuel Tixier

    Panoramique

  • par le 17 novembre 2014 à 19h46

    Un facteur qui se fait mordre c’est un gros risque d’euthanasie pour le chien et depuis longtemps. J’ai vécu ça avec le chien de mes parents. Entendre que le retour du loup explique tout ne me convient pas. Il y a des pays voisins où le loup est 100x plus nombreux que chez nous, en plus des lynx et des ours, et où il n’y a pas autant de problèmes. Je rejoins Johnny, la solution doit venir des bergers et des éleveurs. Combien de fois ai-je entendu des éleveurs me dire "vous ne risquez rien avec mes chiens, ils sont gentils" et tu apprends 2 jours plus tard qu’ils mordent régulièrement et qu’ils vadrouillent à des km à la ronde. En tant que randonneur, amoureux de la montagne, on nous prend pour des truffes. Idem de la part des maires des communes qui financent les cabanes d’estive avec les deniers publics (Feder et collectivités locales) et qui te les ferment au nez. Mais ça changera quand les "touristes iront randonner ailleurs. Et c’est ce qui commence à se passer...

  • par le 17 novembre 2014 à 23h31

    Pour ceux que cela intéresse, il y a des endroits sans moutons et donc sans patous. Ce sont les secteurs à fromage de vache qui rapporte davantage que les merguez : Beaufort, Abondance etc. cad Beaufortain, Aravis, Tarentaise, Haute Maurienne et sans doute d’autres.

  • par le 18 novembre 2014 à 09h33

    Effectivement, c’est une des solutions ... adapter son parcours en fonction de ses craintes.

    Pour ma part, entre septembre et mars de chaque année j’ai toujours un peu l’angoisse d’aller randonner avec le risque qu’il y ai des chasseurs sur mon parcours.

    Tout d’abord, j’ai eu une mauvaise expérience dans les Alpilles (où une balle de carabine m’a littéralement sifflé dans les oreilles...et ce tir avait tout du tir intentionnel...bref, pour me faire peur si vous voulez et m’intimer l’ordre de décamper au plus vite.

    De plus, les accidents plus ou moins graves concernant des promeneurs (ni chasseurs, ni spectateurs de la partie de chasse) sont assez fréquents. Du coup, j’opte donc assez souvent pour la RBI (réserve biologique intégrale) du Ventoux où la chasse n’a pas lieu ou alors de manière très exceptionnelle.

    Je trouve que la cohabitation entre chasseurs et promeneurs posent à mon sens beaucoup plus de problèmes que les patous avec ces mêmes promeneurs. Les risque sont aussi bien plus grand en un balle en pleine poitrine et une morsure au mollet. Bien que les deux ne devraient pas avoir lieu.

    Enfin, je rejoins aussi Johnny et Paul, sur le fait que le problème de certains patous vient essentiellement des maitres donc des bergers. Car lorsqu’un chien pose des problèmes c’est toujours le maître le responsable...le chien n’est que le reflet de son maître.

  • par le 18 novembre 2014 à 09h47

    Exact Alain !

    Une solution est d’éviter au maximum les alpages "sensibles" entre mai et octobre.

    Le Diois, les Baronnies et le sud Vercors en font partie. J’applique cette règle avec succès depuis 4 ou 5 ans.

    Pour le Dévoluy et Belledonne, certains endroits sont en estive, mais là je n’ai pas rencontré trop de soucis et les bergers semblent plus ouverts.

    Sinon dans l’Atlas, pas de patous :-)

  • par le 18 novembre 2014 à 12h09

    L’attaque de patous s’est transformée en attaque de partout !
    On en vient même à souhaiter le désert comme ultime refuge à la quiétude, et pour certain l’amour vache comme substitut au mouton ! C’est vrai qu’ils ne sont pas parfais ces patous, les chiens de bergers ont toujours eu la fibre agressive. Quand tu as deux molosses qui te tombent sur le paletot, tu n’en mènes pas large ! Le Club alpin français publie les consignes pour les randonneurs citadins qui s’aventurent sur ces montagnes dangereuses ! Sensibiliser les randonneurs et les éleveurs pourquoi pas ! Réservons les pétitions à des causes plus nobles.
    Consignes : http://www.google.fr/url?sa=t&r...

  • par le 18 novembre 2014 à 13h54

    Le problème, évidemment, c’est que nous, nous lisons les consignes et que les patous ne les lisent pas.

  • par francis1le 18 novembre 2014 à 15h07

    à Paul. Et c’est justement pour ne pas se mettre tout le quartier à dos et pour éviter l’euthanasie du chien que le facteur ne dit rien quand la morsure n’est pas trop grave.

  • par Francis1le 18 novembre 2014 à 15h09

    Si l’on éduque les facteurs sur l’attitude à adopter face aux chiens alors pourquoi les associations de randonneurs n’appliquent-elles pas la même formation pour leur sociétaires ? Pourquoi les randonneurs individuels ne cherchent-ils pas mieux à se renseigner ?
    C’est qu’ils veulent faire reposer l’entière responsabilité du problème sur les bergers bien sûr.
    Ce laisser aller vis à vis de la faune n’a été qu’un prétexte de plus pour diviser la société en opposant les citadins et les ruraux.
    Toute la ville ne va pas aller en formation pour éduquer son chien sur l’attitude à adopter face au facteur.

  • par le 18 novembre 2014 à 16h02

    Ce "débat" est entrain de tomber dans une caricature grotesque.

  • par le 18 novembre 2014 à 21h50

    Coucou ! Les trois sujets abordés dans le forum du site et ayant, à ma connaissance, donné lieu aux débats les plus passionnés sont : 1° la grille indicative de difficulté des randonnées, 2° les accès payants à la montagne, et enfin 3° les patous. Tous ces thèmes, largement commentés et argumentés, traduisent à mon sens la difficulté finalement de l’homme au sens large (et du randonneur dans une acception plus restreinte) à vivre la montagne. Il semblerait que ces trois thèmes ne puissent déboucher sur un consensus, car chacun pratique cette activité à sa manière, avec ce qu’il est, ce qu’il a déjà vécu, le coin où il se balade, sa connaissance du terrain et de ses capacités... même si le site est une « base de données » commune, on voit bien dans les commentaires, que parfois les impressions d’après balade varient beaucoup, d’une personne à l’autre. Ces 3 thèmes font à mon sens partie des contraintes indissociables de cette pratique : la connaissance des dangers objectifs ou subjectifs, les expériences heureuses ou malheureuses de chacun (comme une morsure par exemple…) et l’exploitation par des personnes physiques ou morales de cet espace, avec des motivations souvent contraires, et avec lesquelles le randonneur doit de toute manière composer. La montagne ne sera jamais un désert, un espace naturel duquel l’homme sera absent. Il n’existe plus en France de forêt primaire. C’est un espace en gestion. Il importe donc, lorsque l’on part randonner, de s’informer autant que possible sur les risques et les contraintes probables. Pour le reste, je pense avant tout que l’on trouve en montagne ce que l’on a soi-même emmené.

  • par le 21 novembre 2014 à 15h45

    Que de passion ! je vais juste donner mon avis de randonneur relativement proche du millieu de l’élevage... tout d’abord le Patou ne se dresse pas, il grandit, vit, dort, mange avec les moutons, c’est en général un Montagne des Pyrénnées mais pas obligatoirement, race déjà peu à même d’être éduquée en condition normale.
    Je pense que la vrai question est de savoir si il est vraiment efficace contre les attaques de loup, à priori non...l’autre question : est-il dangereux pour les randonneurs, la réponse est oui puisqu’il y a de + en + d’attaques...
    Finalement le vrai problème est peut-être le loup qui n’a plus sa place parmi nous ?? en tous cas bon nombre d’éleveurs ou de bergers vivent aussi parfois indirectement du tourisme donc des randonneurs....7 patous au sommet du gd Colon en Belledonne sur le sentier d’accès est-ce necessaire ?, 1 au pied du Nivolet près de Verel...nombre de famille font demi-tour devant l’agressivité des chiens, consignes ou pas est-ce normal, la montagne doit elle être réservée à une élite expérimentée ? je pose la question car j’ai lu des commentaires qui le laisse croire.J’ai bien peur qu’une décision sera prise lorsqu’un gosse y aura laissé la moitié de son visage ou pire, personnelement j’ai été attaqué une fois par 2 chiens près du refuge des Marches en Maurienne sur le GR alors que je m’éloignais du troupeau, mon neveu s’est fait mordre par le (défunt) chien de son père alors qu’il lui ammenait à manger et j’ai assisté à pas mal de scènes"limites" en Maurienne et Cerces, je ne randonne quasiment plus avec mon chien en été.
    Il faut savoir que le Patou ne fait pas l’unanimité au sein des éleveurs et que certains renoncent malgré les risques de non remboursement des assurances en cas d’attaques de loups.
    Arvi.

  • par Lionel BARTHELEMYle 12 décembre 2016 à 11h29

    Bonjour à tous

    Je pratique comme beaucoup ici la montagne depuis fort longtemps (Je viens d’avoir 55 ans) et cette année m’a profondément marquée à cause de la présence des patous.

    En général, quand on croise ces chiens, on sert un peu les dents en se disant qu’on va passer en restant dans les clous selon les recommandations connues à propos du comportement à avoir face à eux.
    Déjà, être en montagne et gérer un tel stress me semble complètement délirant, mais on va dire que c’est mon problème...
    Pour pas fâcher, on va dire qu’il faut sauver le pastoralisme et les loups par la même occasion.

    Cependant, depuis un ou deux ans, ça devient carrément chaud avec ces bestiauds ; j’ai subi 2 agressions cet été et par chance, j’ai pu échapper à leurs crocs : dans un cas, je roulais à vélo peinard sur une route départementale goudronnée dans l’arrière pays grassois et un patous débarque et me prend en chasse sur 1 km ou j’ai dû sprinter comme un malade...
    Le flip de l’année !!!

    Et une autre fois, deux patous me collent en descendant d’une grosse journée de rando et en désespoir de cause, j’ai dû à un moment me retourner pour leur faire face car je sentais leur crocs à portée de mollets ; et on peut dire que pendant 5 secondes, j’ai cru que le pire allait m’arriver...

    Tout ça pour dire que depuis quelques temps, le moment où tu vois foncer ces molosses alors que tu viens là pour retrouver le bonheur et la douceur de la montagne devient un vue de l’esprit...

    Quelques soient les raisons qui justifient le gardiennage des troupeaux, RIEN mais alors RIEN ne peut rendre acceptable ces moments de frayeurs en montagne ; la région où j’habite (06) veut relancer la grande traversée du Mercantour mais ayant beaucoup discuter avec des randonneurs croisés en gîtes ou refuges, je me dis que ce projet risque de péricliter tant les gens se sentent et c’est un euphémisme, inquiets dans les alpages...

    J’en suis déjà à annuler trop de randonnées sachant qu’un troupeau est encore en place.

    Donc, logiquement, je me dis, y a-t-il toujours de la place pour les loups et nous dans nos montagnes ?
    (Je n’ai pas de réponse toute faite...)

    Je me dis aussi que la folie qui habite les villes gagne du terrain, là où nous venons retrouver notre humanité, recharger dans la plénitude ce qui pour moi est le sens de la vie, la montagne ; la Montagne qui me manque toujours avec force entre chaque virée...
    Jamais eu de soucis avec les loups mais juste avec les protecteurs de troupeaux ; on est sur la tête là...

    Pour finir, j’ai eu URL de pétition à vous donner mais je ne sais pas si j’ai l’autorisation de la déposer.
    J’attends donc la confirmation des modérateurs de Camp to Camp.

    Merci et à bientôt

    Lionel

  • par Lionel BARTHELEMYle 12 décembre 2016 à 11h39

    Désolé, j’ai fait un copier-coller d’un message que j’avais déposé sur le site CampToCamp d’où la fin du message mais je demande aussi l’autorisation des modérateurs d’Altitude Rando pour poster un lien vers cette pétition.
    Merci

  • par Lionel BARTHELEMYle 12 décembre 2016 à 11h49

    Le lien :

    https://www.change.org/p/pour-que-c...

    Merci pour votre aide

  • par le 12 décembre 2016 à 20h03

    Avant de signer, lire ceci :
    http://rue89.nouvelobs.com/2013/10/...

  • par le 13 décembre 2016 à 22h25

    Une éleveuse m’a expliqué que les patous obéissent rarement à leur maitre.
    Le principe est de les prendre très jeune (environ 2 mois) , de les mettre au milieu du troupeau et de venir juste pour les nourrir. Ainsi le chiot pense que les brebis sont ses "mères" et il les protégera. En pratique peu efficace pour la protection en plus.
    D’autres chiens dont j’ai oublié le nom (costaud et moins de poil) seraient inoffensifs "normalement" envers l’homme et prendraient en chasse le loup pendant plusieurs jours en cas d’attaque.
    N’ayant pas envie d’avoir de soucis avec les nombreux randonneurs, son chien de garde est un............. âne xD.

  • par Lionel BARTHELEMYle 15 décembre 2016 à 13h02

    Merci pour ton aide Alain, un peu hors sujet là...
    Mais qu’un service sur le Web rapporte de l’argent à ceux qui mette ce service en place, je ne vois pas où est le scandale et surtout quoi de neuf dans cette "info" ?

  • par le 15 décembre 2016 à 13h20

    Ce n’est pas tout à fait hors sujet. Signez une pétition web et vous donnez votre adresse mail... et vous ne tardez pas à recevoir des spams.
    D’autre part le principe me choque un peu. C’est, toute proportion gardée évidement, comme le marchand d’arme qui fomente une révolution pour faire prospérer son commerce.
    Chacun fait comme il veut. Je ne signe plus rien.

  • par le 7 mars à 18h42

    J’en ai bien traversé des montagnes avec des patous, je n’ai jamais eu de problème, sauf quelques fois, ou je me trouvais un peu trop proche du troupon. Mais sans jamais être mordu, j’ai pris mes distances et contourné plus largement, c’est pas le genre d’animal à te courir derrière sur 200m.
    Je pense que les randonneurs feraient mieux de respecter les lieux, rester dans les traces, éviter de bousiller les fleurs (surtout lorsqu’elles sont protégées comme bon d’entres elles en montagnes) laisser les troupeaux tranquilles, éviter de jeter vos déchets dans la nature... Mais alors faire une pétition parce que kiki garde le troupeau et qu’il a niaqué des Madames ou Monsieurs parce qu’ils voulaient lui faire une papouille, là, on frise le ridiculte ! Ah si le clebard pouvait parler ! Bref, quelle solution hormis parquer les bêtes lors du passage de randonneur.... Parquer les bêtes non, mais parquer les humains pour protéger la nature et ses bêtes, là, je signe la pétition !
    Sportivement ;)

  • par le 8 mars à 09h23

    Dans toutes les discussions au sujet des patous, il y a toujours un donneur de leçons qui, lui, n’a jamais eu de problème avec les chiens de garde, et qui en prend à son aise pour affirmer que tout est de la faute de ces randonneurs qui ne savent pas s’y prendre avec les chiens, et qui ne font rien que des bêtises.

    @sork : ton cas personnel ne change rien à celui de ces trop nombreux promeneurs qui se sont fait attaquer par des patous alors qu’ils marchaient sur le sentier à bonne distance du troupeau. Moi-même, en Maurienne, j’ai dû battre en retraite face à deux patous isolés qui avaient déserté le troupeau.

    Je prends bonne note de ton mépris affiché pour la race des randonneurs, mais je te ferai remarquer que pour ce qui est de bousiller les fleurs, les moutons sont mille fois plus efficaces. En fait, les randonneurs sont bien plus respectueux de la nature que les éleveurs de moutons, avec leurs troupeaux qui dévastent la montagne et arrachent toute la végétation.

    Et pour ce qui est de parquer les bêtes, l’idée n’est pas si bête, et tu devrais mieux te renseigner, car cela se fait déjà : les moutons dans l’enclos avec leur chien de garde, plus de souci avec les promeneurs, et le troupeau regroupé donc plus facile à protéger contre les attaques de loups ou de chiens errants.

    Le Monsieur randonneur te salue bien.

  • par le 8 mars à 12h56

    Je ne suis en aucun cas donneur de leçon, Les moutons sont plus dévastateurs de la nature ? je pense sincèrement que grâce aux estives, la végétation et les plantes invasives sont limités grâce aux troupeaux en dessous de 1700m. Aussi, je suis d’accord sur le fait que le surpaturage est un problème sur certaines zones en France et là le problème se pose.

    Etant petit fils de paysan bovin en région auvergne et randonneur depuis mon enfance, je pense que tu t’avances un peu sur mon mépris du randonneur, mais une certaine catégorie de randonneur, que tu croises chaque été en général et qui fait n’importe quoi...
    Bref, j’ai pu connaitre une année sur le GR400 des filets sur environ 2 kms de part et d’autres du chemin de randonnée. Pourquoi ? tout simplement car trop de randonneurs se détournaient du chemin créant ainsi une trop forte érosion sur les côtés des lignes de crêtes. A ce jour, celle-ci existe encore mais 3 kms plus loin et des travaux sont en cours afin de créer un bati en chanvre tissé avec du concassé de 0.8mm car le terrain s’est affaissé d’environ 1m, ce, à cause du randonneur (la plupart des randonneurs restent donc dans les trâces et ça c’est bien).
    Le parquage des bêtes, lui, est une solution sans en être une, dans le cas d’un cheptel non conséquant.
    Je pense que dans beaucoup de lieu, le système de filet devrait être utilisé surtout à la periode estivale, positionné par l’agriculteur durant l’estive dans le cas où il y a un chien de troupeau quel qu’il soit.
    Mais je garde à l’esprit que beaucoup trop de randonneurs restant un minorité je l’espere font n’importe quoi encore en randonnée.
    En ce qui concerne les éleveurs, grâce à eux, nos burons des montagnes, vestigent de nos ancêtres sont tourjous debout et nous offre parfois le logis.

  • par Christianle 9 mars à 15h02

    J’espère que les moutons ne vont pas s’attaquer au génépi.
    Qu’est ce qu’on va mettre dans nos fioles ?

  • par le 10 mars à 23h26

    Bah de l’absinthe en alternative dit "la fée verte" selon Rimbaud et Verlaine. Cette plante étant aussi de la famille des asteracées comme notre bonne vieille armoise artemisia genepi.
    Quelques crises psychotiques entres autres et les moutons se tranformeront en tapis de coton ;)

  • par pierrele 16 mars à 15h17

    j aimerais savoir si on connais quelque chose pour se proteger , se défendre efficacement contre le patou ou le loup.......je suis de la montagne ( alpes du sud ) je randonne seul ,je me suis trouvé face a face avec un loup , et des patous ( pacifiques ) les 2 ça été par surprise....donc je me pose des questions en cas d attaque...il existe il quelque chose efficace , légal..?????? je vous remercie

Répondre au sujet ?
Nous vous conseillons de vous connecter !     pourquoi ?

  Message privé : Cochez cette case si vous voulez que votre message soit simplement envoyé par e-mail à l'auteur du sujet. Pratique pour échanger son adresse e-mail, téléphone, etc.