Aravis : Grande boucle des 5 combes

Difficulté :
Difficile
Dénivelé :
1600m
Durée :
1 jour
La carte

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

Grande Forclaz, Tardevant, Paccaly, Grand Crêt, Bella Cha… Avec en plus, en option, les 4 points culminants séparant ces combes ! Une grande boucle pour explorer la région centrale de la chaîne des Aravis… Et comme chacune des combe peut être empruntée à la montée ou à la descente, il est aisé de définir un itinéraire plus court à la mesure de ses ambitions.

Accès

Thônes ou Bonneville - St-Jean-de-Sixt - La Clusaz - Les Confins, grand parking au terminus de la route.

Itinéraire

  • Altitude départ : 1440m.
  • Altitude sommet : 2501m (Tardevant), 2467m (Tête de Paccaly), 2499m (Roche Perfia), 2537m (Tête Pelouse).
  • Durée : 9h.
  • Carte : IGN TOP25 3430 OT

Période

Praticable en conditions estivales, dès que l’itinéraire est libéré de la neige et que les névés ont suffisamment fondu dans les pentes supérieures des diverses combes. Certains névés pouvant bloquer le passage d’une combe à l’autre, il est conseillé d’attendre au moins mi-juillet. Terrain sec et bonne visibilité souhaités.

Difficulté

Le parcours alterne sentiers et traversées sur des traces plus ou moins marquées, souvent non balisées. Il y a beaucoup de traversées d’éboulis, ainsi que quelques passages raides ou exposés demandant de la vigilance. Un bon sens de l’itinéraire est nécessaire en cas de mauvaise visibilité. Le parcours est long et en dents de scie dans sa partie supérieure, mais chaque combe peut servir d’échappatoire.

Parcours

Montée par la combe de la Grande Forclaz à la brèche de l’Ambrevetta

Des Confins, prendre le chemin se dirigeant vers le nord jusqu’au chalet de Paccaly. Bifurquer à droite sur le sentier qui monte sous la combe de Paccaly. Délaisser le sentier de cette combe et continuer sous la combe de Tardevant, qu’on délaisse également. Une traversée horizontale conduit à la combe de la Grande Forclaz, dans laquelle on s’engage en montant une grande bosse herbeuse à droite de la combe. Derrière, la combe se fait minérale, et son fond est souvent encombré d’un névé tardif. Continuer au fond de la combe jusqu’au col à son extrémité, le passage de la Grande Forclaz. Belle vue sur la plaine de la Gouille des Fours.

Remonter les crêtes vers le sud, et prendre le sentier s’engageant dans une traversée ascendante un peu exposée sous les pentes de l’Ambrevetta. Il remonte à la brèche à gauche du sommet, facile mais raide.

Option : Tardevant (2501m), 30min aller-retour

Ce sommet, point culminant d’une arête esthétique, offre un très beau point de vue facile à atteindre.

Prendre le sentier traversant au nord sous l’Ambrevetta (ou bien monter au sommet). On rejoint l’arête herbeuse qui monte en direction de Tardevant, belle et impressionnante, mais facile.

Traversée de la combe de Tardevant à la combe de Paccaly

Descendre par le sentier sous les crêtes de l’Ambrevetta, et le quitter rapidement pour rattraper une trace traversant horizontalement un pierrier vers le sud-ouest et montant sur une petite bosse. Derrière, la traversée continue horizontalement par une trace plus ou moins marquée. On aborde un ressaut raide qui est remonté pour rejoindre une banquette sous la crête sud-ouest de la combe. En début de saison, attention au névé pouvant bloquer le ressaut.

Cette banquette conduit à un col évident de la crête. Mais ce col n’est pas le bon ! Malgré cairns et traces, ne pas s’engager dans les pentes herbeuses de l’autre côté, raides et exposées.

Le bon collet se situe en fait un peu au dessus juste à gauche, défendu par une petite barre rocheuse… Une improbable vire, presque invisible d’en bas, permet d’y accéder. La vire est étroite et exposée, mais beaucoup plus commode qu’elle en a l’air. Elle se remonte sans difficultés autres que de devoir s’accroupir un peu.

Derrière le collet, la descente se fait par un petit couloir, herbeux à droite, caillouteux à gauche. Les premiers mètres sont un peu scabreux. Descendre par son fond jusqu’au pierrier qui permet de rejoindre le sentier de la combe de Paccaly.

Option : Tête de Paccaly (2467m), 45min aller-retour

Ce petit sommet, peu fréquenté, est joli et facilement accessible.

Remonter en restant à gauche de la combe jusqu’au col à droite de la Tête de Paccaly. Prendre la trace traversant vers la gauche dans le versant est, puis remontant la facette herbeuse pour rejoindre l’arête sud. Remonter facilement cette arête, les mains étant tout juste nécessaires pour le petit ressaut sous l’antécime. Derrière, l’arête étroite se poursuit jusqu’à la cime.

Traversée de la combe de Paccaly à la combe du Grand Crêt par le Trou de la Mouche

Le sentier de la combe remonte vers la crête, puis se dirige au sud-ouest pour remonter des raides contreforts. Le cheminement est facile, mais un peu exposé. Une dernière traversée vers l’ouest, un peu gravillonneuse et déversante, conduit au Trou de la Mouche. Fenêtre improbable sur les deux versants, offrant de l’ombre et un petit courant d’air sympathique durant les chaudes journées...

Derrière, on peut descendre dans la combe du Grand Crêt par le sentier normal sur une raide croupe rocheuse puis herbeuse, un peu malcommode en haut. Une autre option est de contourner la falaise à gauche pour rejoindre, dans le creux derrière, un bel éboulis permettant d’expédier la descente beaucoup plus rapidement.

Option : Roche Perfia (2499m), 45min aller-retour

Ce sommet, sauvage et peu fréquenté, offre une impressionnante vue sur les crêtes acérées et un énorme à-pic sur son flanc est.

Du haut de l’éboulis, remonter une étroite rampe de caillasses en direction du collet à gauche de Roche Perfia. Les derniers mètres sous le col sont assez raides et un peu scabreux à la descente. En revanche, le pierrier sur le plan incliné sommital, stable et parcouru par une trace en zig-zag, se parcourt très facilement.

Montée à la crête de Tête Pelouse

De la cuvette de pierriers en bas de l’éboulis, rejoindre la trace qui remonte en traversant vers le sud sous les pentes de Tête Pelouse. Elle se dirige vers un large couloir caillouteux qui est remonté facilement. En début de saison, un névé peut barrer ce couloir, et on pourra alors essayer de passer par une autre trace remontant plus à l’ouest.

On atteint un replat, et un dernier pierrier permet d’accéder à la crête.

Option : Tête Pelouse (2537m), 15min aller-retour

Le sommet de Tête Pelouse, point culminant de la randonnée, est juste à côté. Il serait dommage de ne pas y aller pour et profiter du panorama sur presque toute la chaîne des Aravis.

Descendre la petite barre rocheuse derrière la crête, et remonter la rampe à sa base. Le sommet est juste en haut.

Descente par la combe de Bella Cha

Redescendre la rampe, puis les pentes pierreuses vers le sud pour rejoindre le col devant la Grande Torche. Poursuivre dans le vallon en direction d’un joli replat d’herbes et de rochers. Le sentier, peu évident à trouver, aborde ensuite un plan incliné d’herbe et de lapiaz, puis traverse à gauche vers une longue croupe herbeuse qui est redescendue par sa crête.

La descente se poursuit en lacets, puis revient à droite pour arriver en bas de la combe. Avant d’arriver au lac, il n’y a plus qu’à bifurquer vers la droite sur le chemin remontant un peu en direction des Confins.

  • Les guerriers pourront ajouter deux autres sommets. Depuis la Grande Forclaz, l’aller-retour au Mont Fleuri (2511m, 3h) offre quelques pentes raides et scabreuses suivi d’une longue arête esthétique et bien aiguisée… Depuis Bella Cha, l’aller-retour à la Roualle (2589m, 3h) se fait par une longue rampe de pierrailles pénible. Derrière, la descente par la combe de la Balme, massacrée par pistes et remontées mécaniques, n’offre guère d’intérêt...

Détail de la sortie du 28 août 2013

Beau temps estival avec, prévu, quelques cumulus décoratifs sur les crêtes… Une bonne occasion pour tenter le Mont Fleuri...

Départ des Confins vers 9h. L’air est frais et humide, et la décoration des crêtes prévue pour l’après-midi est déjà en place de bon matin… Montée rapide vers la combe de la Grande Forclaz, puis pénible remontée des raides pentes à gauche pour sortir sur le col au sud du Mont Fleuri.

Au-dessus, la pente se fait raide. Mes chaussures ne sont pas trop adaptées à ce terrain. Les dalles déversantes recouvertes de graviers et de cailloux de m’inspirent pas confiance. Il est possible de les monter en faisant attention, mais il faudra aussi les redescendre… Peu inspiré, je signe le but...

Retour au passage de la Grande Forclaz… Le "plan B" pour cette journée est de rejoindre Tardevant par la brèche de l’Ambrevetta et de voir ensuite...

Sommet de Tardevant vers 13h. La "décoration" se fait encombrante, et obscurcit la vue… Petite sieste en attendant que ça s’éclaircisse un peu. Mais ça ne s’éclaircit pas, au contraire...

Plutôt que de descendre par la combe de Tardevant, je choisis de poursuivre le périple en direction de la combe de Paccaly. La traversée du pierrier se fait tranquillement malgré le brouillard qui obscurcit la vue, et la montée au col n’est pas trop difficile.

Derrière le col, les pentes herbeuses, raides et humidifiées par le brouillard, ne m’inspirent pas confiance. Hors de question de tenter de descendre là-dedans. Re-but ? Mais je me souvenais d’un topo décrivant un couloir "mi-herbeux mi-rocheux", ce qui n’était pas le cas ici… Malgré la trace qui y mène et son cairn, ce col n’est peut-être pas le bon… Retour en arrière pour chercher un autre col, mais rien de visible, le reste de la crête étant défendu par une barre rocheuse...

A moins que ? Sous un collet, il me semble deviner une petite vire… C’est improbable de pouvoir passer par là, mais allons quand même voir de près… Effectivement, il y a une vire bien taillée qui monte au col. C’est étroit, mais tout de même confortable et une fois dessus, je m’aperçois que cela passe sans difficulté...

Derrière, c’est effectivement "mi-herbeux mi-rocheux". Descente dans le couloir, un peu scabreux sur le haut en raison du terrain caillouteux et humide, puis retour par le pierrier sur le sentier de la combe de Paccaly.

16h, on a encore le temps de poursuivre un peu le périple… Délaissant la Tête de Paccaly dans les nuages, je remonte au Trou de la Mouche. A la faveur d’une éclaircie, je me décide à un rapide aller-retour exploratoire à Roche Perfia, à portée de main… C’est raide, mais ça se monte plutôt facilement. Ce sommet bien aiguisé vaut vraiment le détour, par sa vue entourée d’arêtes acérées et de précipices, aujourd’hui hélas bouchés par les nuages...

Quelques pierriers dévalés plus tard, me voici de retour dans la cuvette d’éboulis de la combe du Grand Crêt. 18h. A-t-on le temps de poursuivre le périple pour faire "la totale" des 5 combes ? Après avoir vérifié que les frontales dans mon sac fonctionnaient, je me lance dans l’ascension de Tête Pelouse… Les jambes, déjà bien fatiguées, chauffent dans la raide montée du pierrier, mais l’arrivée au sommet est un régal, les nuages daignant enfin commencer à se dissiper dans la lumière jaunissante du soleil descendant… Grande pause jusqu’à 19h30.

Mais la nuit arrive, il faut descendre… Le coucher de soleil me rattrape sur l’alpage à moutons du haut de la combe, le calme juste perturbé par clochettes et bêlements...

Au-dessous, je descends trop à droite et rate le sentier parcourant la le plan incliné d’herbes et de lapiaz… J’en suis quitte pour une petite traversée hors-sentier. La descente se poursuit sur la croupe herbeuse alors qu’il commence vraiment à faire sombre. La fin de la descente se terminera à la frontale.

En fin de compte, une superbe sortie improvisée, jolie malgré les nuages beaucoup plus envahissants que de simples décorations qui m’ont en grande partie bouché le paysage… A refaire dans de meilleures conditions !

Dernière modification : 16 mai 2018

La carte du topo « Aravis : Grande boucle des 5 combes »

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours