Circuit du Castellet, Baou de Saint-Jeannet

Difficulté :
Facile
Dénivelé :
450m
Durée :
1 jour

Un bien joli parcours autour du Baou de Saint-Jeannet : couleurs d'automne et chênes flamboyants pour une végétation entre coins forestiers et garrigue échevelée, avec en point d'orgue les restes d'un ancien château. Bref, une boucle qui vaut le détour... – Auteur :

Accès

Depuis Nice (à 20 km environ), prendre la RD6202 et sortir à Carros, suivre la direction du village de Gattières, traverser le village en direction de Saint-Jeannet. Ne pas rentrer dans le village qui est difficile d’accès en voiture et sans beaucoup de places ; se garer sur le parking en contrebas en arrivant au village. A la belle saison, essayez d’arriver tôt car ce parking étant à peu près le seul à pouvoir accueillir les voitures des visiteurs, il est rapidement complet.

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

La sortie en quelques chiffres :

  • Carte : IGN TOP 25 n°3643 ET "Cannes-Grasse"
  • Lien IGN : Saint-Jeannet
  • Distance : environ 8 kilomètres en boucle
  • Altitude de départ  : Village de Saint-Jeannet, 420m
  • Point culminant : plateau sommital à 760m
  • Temps de marche : environ 4 heures hors temps de pauses
  • Balisage : traits blancs et rouges du GR51 en début de parcours, puis avant d’arriver au château en ruine, rectangles jaunes du sentier de PR.
  • Période  : Randonnée effectuée en novembre 2011. Réalisable toute l’année sauf conditions climatiques défavorables exceptionnelles (oui, il neige parfois à cette altitude, même sur la Côte d’Azur !)
  • Etymologie : Le terme provençal "Baus", francisé en "Baou", signifie "Rocher escarpé". Les nombreuses voies d’escalade présentes ici (plus d’une centaine et qui constituent un ensemble plutôt réputé) ne sont donc pas là pas hasard...

Le parcours :

Par le parking à l’entrée du village, grimper l’escalier et arriver sur la route principale où se trouve la balise n°1. Continuer vers le centre du village et emprunter la ruelle qui monte rudement sur la droite. Après les dernières maisons, on trouve la balise n°2 et le début du GR51.

Suivre ce chemin caillouteux qui nous fait longer le Vallon de Parriau, combe de démarcation entre le Baou de Saint Jeannet sur notre gauche et le Baou de la Gaude sur notre droite. Le sentier s’élève gentiment jusqu’à la prochaine balise, la n°3. Prendre le sentier sur la gauche direction Baou de Saint-Jeannet.

Peu après, on se retrouve sur le plateau qui s’étale vers le Nord derrière le Baou de Saint-Jeannet et où l’on rencontre le long du sentier suffisamment de chênes pour profiter de leur ombrage. Continuer de suivre le GR51 qui part à l’Est en évitant à la balise n°4 le sentier de gauche menant à la crête du Baou de Saint-Jeannet. Des murets bordent le chemin, et de jolis chênes accompagnent nos pas sur ce chemin presque plat.

Le chemin présente une légère pente descendante, et contourne le modeste Riourun (colline) dans la végétation un peu anarchique et touffue il faut bien le reconnaître de ce vallon étroit. Le château est déjà bien visible. On rejoint dans une belle courbe le fond du Vallon du Castellet et on chemine maintenant sur le sentier bien ombragé et presque de niveau par un versant Sud-Est.

Au croisement suivant, balise n°7, délaisser cette fois le GR51 et prendre par la gauche le chemin de Petite randonnée (balisage de rectangles jaunes) en direction du château ruiné que l’on rejoint rapidement.

Prendre le sentier descendant en lacets sous les barres rocheuses versant Est du Baou de Saint-Jeannet. C’est probablement sur cette portion du parcours que vous trouverez les plus belles couleurs de l’automne, si vous effectuez ce parcours pendant cette saison magique.
On atteint la balise n°7a, non loin de l’endroit où le ruisseau du Castellet rejoint la rivière Cagne. La féérie colorée se poursuit, jusqu’à atteindre les contreforts du Baou et des voies équipées pour l’escalade.

Il ne reste qu’à traverser les petites ruelles du village d’Est en Ouest (quitte à faire des détours par les fontaines, l’église Notre-Dame-Des-Champs...), jusqu’à retrouver la rue principale et la balise n°1 du départ.

D’autres informations :

  • Description de cette sortie depuis la page du site Randoxygène du Conseil Général 06 ici
  • Variante  : il s’agit d’un léger détour à l’aller par le Baou de Saint-Jeannet et sa table d’orientation : Prendre le sentier de gauche à la balise n°4 indiquant le Baou. Arrivé au bout du chemin, vous profiterez alors de la vue plongeante sur Saint-Jeannet et du panorama sur le littoral, depuis les côtes italiennes jusqu’aux rivages varois. Sa table d’orientation située en bord de falaise est malheureusement un peu dégradée, mais elle permet néanmoins de se repérer un peu. Retour par le sentier plein Nord qui rattrape le GR51, via les balises n°5 et 6. Poursuivre à la balise n°6 vers la gauche en direction du Vallon du Castellet.
  • Proposé par Hereme, deux liens supplémentaires permettant d’aller un peu plus loin grâce à Edmond Rossi sur l’histoire de ce lieu : lien n°1, et lien n°2
Dernière modification : 16 mai 2018
Baou de la Gaude (796m) et Baou de Saint-Jeannet (802m)

A propos

Auteur de ce topo :

Site web : Rando Terres d’Azur

Bonjour, Je suis installé à Allos dans les Alpes de Haute Provence. Accompagnateur en montagne, je vous propose des randonnées dans le Haut-Verdon et dans tout le Mercantour. Rendez-vous sur le site "randoterresdazur.fr" ou la page facebook "Rando Terres d'Azur". A bientôt ! Marc

Topo publié le 23 décembre 2012

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Afficher les commentaires précédents (3).
  • par Le 23 décembre 2012 à 10h40

    La Provence comme on l’aime !

  • par heremeLe 23 décembre 2012 à 17h42

    Salut Marc. Comme tu l’évoques dans la légende de certaine photo que tu reconnaîtras facilement, je consulte avec attention TOUS les topos. Pour celui-ci j’avais quelque peu anticipé, car j’avais étudié et balisé le terrain avec GoogleEarth lors du topo sur le Baou de la Gaude. Merci pour la mise en images.

    • Concernant l’histoire du "château" du Castelet, je t’indique deux liens (que tu peux peut-être ajouter au topo) nous renvoyant à notre ami Edmond Rossi (les textes se recoupent quelque peu),et dont le contenu résume à peu près tout ce qu’il y a savoir sur le Castelet, histoire ou légende (tu aurais dû chercher un peu dans les ruines, il a un trésor à gagner, à défaut de chute de pierres éventuelle) :

    http://pays-d-azur.hautetfort.com/album/un-peu-d-histoire/1447273685.html

    http://pays-d-azur.hautetfort.com/archive/2011/09/03/a-saint-jeannet-le-tresor-du-castellet.html

    • Une autre brève référence de Joseph Etienne Malaussène dans "L’évolution d’un village frontière de Provence. Saint Jeannet (A.-M.)", 1909, , réédité chez Alandis Editions en 2000.
      <<...Cet édifice, appelé le Castellet, ne servit jamais qu’à l’usage de ferme et de bergerie. Il a donné son nom à un vaste domaine y attenant, d’une superficie d’environ 270 hectares, dont 150 en nature de pâturage, 130 en celle de bois, et le surplus en terres labourables. Cette propriété, aujourd’hui pour partie communale, fut un fief seigneurial.Elle apparaît déjà sous ce caractère dans divers documents du XIIIe siècle, enfouis dans nos archives communales...>>
      ("Castelet" est à orthographe variable, avec 1 ou 2 "L" suivant les auteurs, les années, les saisons, la métorologie, ...).
    • J’ajoute un extrait de la "redécouverte" du site, dans la séance du 24 janvier 1907 (donc antérieure au livre de JE Malaussène de 1909) du Bulletin de la Société préhistorique de France,. 1907, tome 4, n. 1. pp. 16-46, sur le thème de la Commission d’Etude des Enceintes préhistoriques et Fortifications anhistoriques.

    " M. Paul Goby, membre de la Commission, envoie la photographie d’une importante enceinte nouvelle, qu’il vient de découvrir à l’E. du Baou de Saint-Jeannet (Alpes-Maritimes), au S. E.du point 834 de l’Etat-major, sur l’un des rares sommets que M. A. Guébhard avait signalés comme ayant échappé à ses explorations détaillées pour la carte géologique. Il y a là encore toute une bordure de hauts plateaux sur le Var, qui accroîtra certainement le chiffre de 87 camps pour un seul arrondissement des Alpes-Maritimes, qui défie, celui-là, toutes les incrédulités, puisqu’il résulte de 15 années d’explorations de visu et de levés sur plans cadastraux à l’échelle de 1/2500. "

  • par Le 27 décembre 2012 à 22h14

    Bonsoir Christophe et Hereme !
    Merci pour les commentaires et les informations toujours éclairées, Hereme ! Liens, donc, ajoutés !

  • par FlorenceLe 6 janvier 2015 à 15h51

    Descriptif génial ! beaucoup plus clair (pour moi en tout cas !) que le topo randoxygène. Je teste dès demain !! Merci

  • par Le 6 janvier 2015 à 16h22

    Florence, y’a plus qu’à :) N’hésitez pas à me faire part d’éventuelles erreurs ou omissions dans le descriptif. Vous avez également la possibilité de rajouter votre propre sortie au topo, si vous avez des photos à proposer !
    Bonne randonnée !
    Marc

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !