Circuit : ravine de la Dresse - Revenne de Leschaux, par Termine.

Difficulté :
Difficile
Dénivelé :
810m
Durée :
1 jour

Un itinéraire très sauvage dans la vallée du Petit-Bornand, entre ravines et falaises.

Accès

Du Petit-Bornand, suivre la D12 en direction de Bonneville. Prendre la route à droite pour Termine. Au carrefour, prendre à droite et suivre la route goudronnée jusqu’à son extrémité, au lieu-dit Chez Bernard. Suivre un peu la piste forestière qui fait suite pour trouver de la place pour se garer, sur le bord, près d’une réserve de bois.

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Carte : IGN Top 25 3430ET La Clusaz / Le Grand-Bornand

Altitude départ : 840m max : 1650m

Horaire : au moins 7h

Conditions requises : terrain sec, absence de neige.

Suivre la piste forestière jusqu’à une bifurcation, et prendre à droite en direction de Solaison. Suivre longuement la piste en traversée dans la forêt, jusqu’à un rocher portant la mention "Solaison" peinte en rouge, et prendre cette direction.

À partir de là, il n’y a plus beaucoup de balisage. Suivre la piste très raide à travers le lieu-dit "la Perrière", mentionné sur carte IGN. Ne pas prendre la piste qui part à droite à l’horizontale vers Puze, signalée par des lettres peintes en bleu environ 20 m après le carrefour. Ne pas prendre une piste qui part à gauche à l’horizontale, et choisir toujours le sentier qui monte si on a un doute.

On arrive à un petit replat circulaire en forêt pourvu d’un cairn : c’est le point de départ d’un couloir qu’il faut remonter intégralement, d’abord sur un sentier bien marqué, puis hors sentier en pleine pente dans la forêt. Il faut toujours rester dans le couloir, qui est balisé de loin en loin par des petits cairns. La montée est raide, glissante et pénible.

À l’approche des falaises, il faut chercher un peu le meilleur itinéraire à travers la végétation, dans une pente toujours raide et malcommode. On parvient au pied des falaises, sur un chemin de ronde qu’il faut suivre vers la droite, en évitant quelques buissons d’épineux. On contourne la falaise pour prendre pied dans la ravine de la Dresse, que j’ai nommée ainsi d’après le nom du ruisseau qui en descend, mentionné sur la carte IGN. À noter que cet accès est le seul possible à la ravine, car en-dessous il y a plusieurs ressauts infranchissables, et au-dessus il y a la falaise.

Remonter entièrement la ravine, dont le fond est un gros pierrier très raide envahi par la végétation, surtout des orties... Le terrain est assez glissant, et quelques gros blocs coincés obligent à faire quelques pas d’escalade avec peu de prises.

Au sommet de la ravine, on aperçoit au-dessus les pentes herbeuses situées au pied des falaises des rochers de Leschaux. Quitter la ravine et partir à gauche en traversée ascendante, en veillant à rester à distance du bord de la falaise situé à gauche. Rejoindre un sentier qui traverse les pentes à l’horizontale : c’est le sangle de Leschaux ; le suivre à gauche. Laisser à gauche un sentier qui descend dans un petit cirque : c’est un cul-de-sac qui se termine au-dessus du vide. Le sangle traverse des pentes raides et pierreuses nécessitant prudence et pied sûr, remonte légèrement, franchit des passages rocheux, redescend un peu, contourne la montagne en s’orientant au nord, puis amorce sa descente sur Solaison à travers la forêt.

Descendre jusqu’aux alpages de Solaison ; à proximité d’un grand pré situé à gauche, quitter le sentier et descendre dans le pré, puis partir à gauche dès que possible, en direction SW, en longeant la forêt, et en se dirigeant vers le bas du plateau d’alpages. Repérer à gauche un gros rocher portant une double balise bleu-rouge. Poursuivre dans la même direction et atteindre la forêt. Ici, ce n’est pas évident, il faut trouver un passage assez large dans les arbres, sans sentier, avec le sol piétiné par les bestiaux, qui permet de pénétrer assez loin dans la forêt. Ensuite, on retrouve un sentier, un panneau en bois peint en rouge sur un arbre, et le balisage bleu-rouge. Attention à ne pas partir trop à droite pour trouver le passage.

On suit sans problème le sentier maintenant balisé, qui mène à une jolie crête dominant la Revenne, ou Revenne de Leschaux, mentionnée sur la carte IGN, qui est une combe très raide et boisée enchâssée entre deux falaises. Le sentier part à gauche et bascule dans la combe en passant sous les arbres (en continuant tout droit on peut aller jusqu’au bord de la falaise, qui offre une belle vue sur la vallée). La suite est un long exercice d’équilibre sur des pentes très raides constituées de terre poudreuse et de caillasses roulant sous les pieds, le bonheur intégral !

Une fois en bas du couloir, on retrouve un sentier plus classique, mais étroit et exposé à travers pentes raides et barres rocheuses. Un passage raide, glissant et exposé est équipé d’une corde fixe récente. Ensuite, la pente s’adoucit et le sentier descend tranquillement en forêt. Après la traversée d’une vaste clairière, on rejoint une piste forestière que l’on suit à gauche et qui, par une longue traversée, ramène à un carrefour où l’on retrouve l’itinéraire de montée.

Récit de la sortie et réflexions personnelles

J’ai fait cette sortie seul, le 21 août 2012, jour de ma fête, et je n’ai pas été déçu !

Parti pour monter à la pointe d’Andey par la Revenne, et redescendre par Dometta, j’ai été égaré par les multiples chemins du bas de la montagne, l’absence de signalisation, et aussi une certaine paresse à sortir la carte du sac. Trouvant finalement des cairns, et croyant que la Revenne était la seule issue vers le haut, je suis arrivé dans cette infernale ravine de la Dresse (que les gens du pays doivent connaître sous un autre nom), que j’ai vaillament remontée en croyant être dans la Revenne.

Plus haut, en arrivant dans le cirque de Leschaux que je connais bien pour avoir parcouru deux fois son sangle, j’ai compris mon erreur, et j’ai finalement décidé de redescendre par la Revenne, que je voulais quand même trouver, réalisant ainsi un circuit aussi imprévu qu’original.

Après le parcours plutôt tranquille du sangle de Leschaux et la descente reposante sur Solaison, la descente de la Revenne a été très pénible, aucun relâchement n’étant permis sur ce sentier fuyant.

Parti de la voiture à 13 heures pour une sortie tranquille de l’après-midi, je suis revenu 8h30 plus tard à la nuit, complètement desséché. Mes mains se sont souvenues deux jours de la montée dans les orties !

Au final, la raideur des pentes, l’extrême pénibilité de la progression, la difficile recherche de l’itinéraire, l’incertitude sur l’issue du parcours, la sensation fréquente de danger, ainsi que la chaleur étouffante de cette journée, ont fait de cette sortie une de mes pires galères en montagne !

Pour autant, pas de regret : cette aventure m’a permis de mettre à l’épreuve ma résistance physique et mentale, ainsi que ma détermination ; j’ai découvert les recoins les plus sauvages de cette montagne, dans une solitude absolue. J’en garde un bon souvenir - même si le ratio plaisir/souffrance a été défavorable - car l’amour de la montagne finit toujours par l’emporter.

Avis donc, aux amateurs de wilderness et de parcours sanglier : si vous aimez la bagarre avec la montagne, c’est une belle randonnée !

Dernière modification : 16 mai 2018
Tour des Rochers de Leschaux (1936m)

A propos

Auteur de ce topo :

Topo publié le 25 septembre 2012

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

  • par Le 25 septembre 2012 à 18h02

    Beau et intéressant récit de ta "galère" Christophe !

  • par Le 25 septembre 2012 à 20h36

    Sympa ! voilà de beaux souvenirs en perspectives !

  • par Le 25 septembre 2012 à 22h46

    Eh oui, la montagne, c’est ça aussi. On a beau préparer et organiser, il y a toujours une part d’incertitude, et c’est tant mieux !

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !