Combe de Balafrasse, ascension sur le fil du crêt (2155m)

Difficulté :
Difficile
Dénivelé :
600m
Durée :
demi-journée

Alors que le touristique col de la Colombière se trouve à proximité et permet d'accéder si facilement à la combe de Balafrasse et l'hyper-parcouru lac de Peyre, il est encore possible de trouver des itinéraires esthétiques et confidentiels dans ce lieu, juste ludiques comme on le souhaite sans pour autant être trop difficiles ou scabreux... Voici dont une nouvelle manière de monter dans la combe de Balafrasse en se faisant plaisir à grimper facilement sur un lapiaz joliment sculpté au calcaire excellent, pour ensuite rejoindre une petite crête pour à parcourir sur le fil... Du sommet de la crête, on pourra éventuellement poursuivre en direction du col et de la Pointe de Balafrasse, ou enchaîner vers la Pointe Blanche par le passage Pellier après cette petite entrée en matière esthétique et logique. – Auteur :

Accès

Cluses ou Bonneville - Le Reposoir ou le Grand Bornand - Col de la Colombière. Grand parking le long de la route au sommet du col, souvent encombré les weekends d’été.

Précisions sur la difficulté

Dans la partie inférieure, Il s’agit d’un itinéraire de grimpe très facile (I, quelques pas de II en cherchant un peu) et peu exposé sur des dalles lapiaz modérément incliné au rocher excellent et agrippant, où on ne manque jamais de points d’appui francs. Dans la partie supérieure, un petit parcours de crêtes aérien n’est guère plus difficile techniquement, mais un peu plus exposé sur un terrain un peu moins franc.

Aucun balisage ne jalonne l’itinéraire, mais celui-ci est évident.

Les infos essentielles

  • Altitude départ : 1613m.
  • Altitude sommet : 2155m (sommet de la crête herbeuse).
  • Horaire : 3h (ajouter 1h pour la traversée de la Pointe de Balafrasse et encore 1h pour l’ascension de la Pointe du Midi).
  • Carte : IGN TOP25 3430ET La Clusaz - Le Grand Bornand.

Période

Praticable en conditions estivales lorsque l’itinéraire est libre de neige, en général à partir de mi-juin. En début d’été, des névés peuvent gêner la descente vers le lac de Peyre ou la traversée vers le col de Balafrasse. Terrain sec souhaitable.

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Ascension

Depuis le col de la Colombière, prendre le chemin montant vers le chalet de la Colombière, puis le sentier poursuivant en direction du lac de Peyre. Après avoir franchi les premières pentes au dessus du chalet, repérer la croupe de dalles rocheuses évidente descendant juste au dessus du sentier. Quitter le sentier pour rejoindre la base de cette croupe.

Grimper cette croupe proche de son fil. L’ascension est facile et agréable, le rocher est excellent, agrippe très bien si on souhaite grimper en adhérence, ou alors à l’aide de prises nombreuses et confortables sur ces dalles de lapiaz cannelées modérément pentues. On passera au choix sur le fil, ou un peu à côté si on souhaite trouver des passages plus faciles.

On s’élève rapidement en direction d’un premier replat de la crête. Aborder le ressaut suivant, plus herbeux et jamais difficile si on ne cherche pas les difficultés.

La crête se fait régulière le long du rebord de la croupe. Poursuivre sur le fil, jusqu’à se retrouver sous une barre rocheuse défendant le sommet (2134m sur IGN). Cette barre se contourne par une petite vire à droite, facile mais exposée sur une dizaine de mètres. On pourra ensuite grimper au mieux par des rochers herbeux faciles pour rejoindre le fil.

Poursuivre sur le fil en direction du sommet de la crête. Pas de grosses difficultés, mais c’est un peu aérien et exposé, le rocher étant moins franc que sur les lapiaz du bas.

On atteint la pointe 2134m derrière laquelle la crête herbeuse et débonnaire se poursuit. On prendra pied sur cette partie soit en désescaladant sur le fil (très aérien), soit beaucoup plus facilement sur une petite vire terreuse en contrebas à gauche.

Poursuivre cette crête herbeuse jusqu’à son point haut. On en descendra au mieux par un dévers herbeux sur la droite. De là, on poursuivra au gré des envies...

Descente

La descente par cet itinéraire est possible, mais il est cependant souhaitable de l’avoir parcouru à la montée pour connaître les points de passage, et être à l’aise en désescalade.

Le retour le plus direct est évidemment de descendre vers le lac de Peyre, puis suivre le sentier hyper-parcouru descendant vers le lac de la Colombière.

Pour rendre la sortie la plus intéressante, on peut traverser dans le pierrier pour rejoindre le sentier montant au col de Balafrasse, et de là poursuivre sur les crêtes vertigineuses traversant la Pointe de Balafrasse. Ensuite, on pourra au choix revenir au lac de Peyre, ou alors poursuivre sous les falaises de la Pointe du Midi pour remonter à la Porte d’Enfer puis à la Pointe du Midi.

Une dernière option réservée aux plus aguerris est d’utiliser cet itinéraire comme approche pour rejoindre la base du passage Pellier permettant de monter au sommet de la Pointe Blanche. Cela transforme ce parcours en belle ascension sauvage, esthétique et logique sur presque toute sa longueur. Le retour se fera alors au choix par la croupe sud-est ou par le col et la combe du Rasoir.

Détail de la sortie du 22 novembre 2018

Une sortie d’après-midi pour se dégourdir les jambes, et profiter une dernière fois de la chaîne du Bargy avant que la neige ne change le caractère du lieu... La neige justement, elle est déjà venue un peu, blanchissant les versants du massif de l’Almet, alors que du côté du Bargy, les pentes sont relativement sèches. Pas envie de se mouiller les pieds et de glisser sur l’herbe grasse, on montera en direction du lac de Peyre, avec pour destination certainement la Pointe du Midi.

Départ vers 14h30, montée au chalet de la Colombière, puis on poursuit... On est loin de la foule de l’été, on apprécie la tranquillité de la saison... Bon, on connait déjà le coin par cœur, mais l’ambiance mi-automne mi-hiver est sympa pour quelques pérégrinations photo, notamment sur les beaux lapiaz de cette petite crête juste là...

Mais d’ailleurs, cette crête, elle se grimpe ? De visu, ça semble possible de passer par là pour rejoindre le sommet de la croupe déjà exploré l’année passée... Encore un nouvel itinéraire à frayer dans ce lieu qui décidément est d’une richesse inépuisable ? On délaisse la Pointe du Midi pour plutôt se faire une petite aventure d’exploration...

Et la montée, elle est sympa ! Le magnifique lapiaz se laisse facilement grimper. On rejoint bientôt la crête déjà explorée. Et la suite ? Toujours ce ressaut défendant la pointe 2134m, qui avait été contournée l’année passée. Allons voir de près s’il n’y a pas un passage permettant de faire le parcours entièrement par la crête... Ce passage se révèle finalement sous forme d’une petite vire permettant ensuite de grimper vers le fil. En plein nord, la vire est un peu enneigée, mais celle-ci est froide et peu glissante, on peut passer avec prudence... Finalement revoilà la crête, un court fil aérien se laisse franchir pour monter au sommet.

De retour en terrain connu. Le soleil disparaît prématurément derrière les voiles nuageux, il fait maintenant frais. Avec la neige, le passage Pellier n’est évidemment pas en conditions, il faudra revenir une autre fois pour monter à la Pointe Blanche. On aura juste le temps de traverser les pierriers saupoudrés pour rejoindre le col puis la Pointe de Balafrasse, histoire de conclure la journée par un sommet. Tant pis pour le coucher de soleil, à la place on aura un magnifique lever de pleine lune.

17h30, la nuit tombe, il faut descendre... Direction le lac de Peyre, puis le sentier. Pas la peine de se presser, attendons plutôt que la lune monte dans le ciel pour offrir un superbe éclairage, la caillasse blanche est parfaitement visible et permet de marcher sans frontale, on y voit presque comme en plein jour... Retour tranquille dans le calme de la nuit, fin de la balade vers 19h.

Dernière modification : 14 décembre 2018
Combe de Balafrasse, ascension par le crêt (2155m)

A propos

Auteur de ce topo :

Des paysages sauvages, même si il faut marcher loin... Des panoramas grandioses, même si il faut grimper haut... Des couchers de soleil colorés, même si il faut redescendre tard...

Randonnée réalisée le 22 novembre 2018

Topo publié le 14 décembre 2018

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !