L’Ailefroide - Sommet Oriental (3848m) Voie normale

Difficulté :
Alpinisme PD
Dénivelé :
2335m
Durée :
2 jours
La carte

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

Troisième sommet du massif des Ecrins, immense, verticale, dissuasive, l'Ailefroide est une forteresse de pierre et de glace dont on trouvera le point faible versant Sud, par la voie qui mène à son Sommet Oriental. Une course facile au pays des géants !

Accès

Même itinéraire d’accès que pour le Mont Pelvoux, c’est à dire : Vallée de la Durance, l’Argentière-la Bessée, Vallouise, Ailefroide. Prendre la route à gauche après avoir dépassé l’accueil du camping. Le parking est tout au fond.

Itinéraire

INTRODUCTION

Bien que n’ayant pas la notoriété de sommets comme la Barre des Ecrins, le Pelvoux ou la Meije par exemple, l’Ailefroide fait pourtant partie des "grands" du Massif des Ecrins.

Elle est aussi familière puisqu’elle s’inscrit dans la splendide succession de Faces Nord "Pelvoux-Sans Nom-Coup de Sabre-Ailefroide" bien visibles depuis la montée au glacier Blanc ou au refuge du même nom.

Ce sommet est l’un de ceux qui "frôlent" les 4000m d’altitude, et donc ne passe pas inaperçus dans le Paysage des Ecrins...En effet, on se laisse facilement "écraser" par l’immense Face Nord qui domine d’une hauteur d’environ 1000m le glacier Noir, ou encore par la superbe face Nord-Ouest au dessus du Vallon de la Pilatte.

Le versant Sud est plus "doux", plus lumineux, plus sec. C’est dans cette face, au départ de l’agréable et récent (1983) refuge du Sélé, que l’on pourra se mesurer à l’immense édifice, en faisant l’ascension du Sommet Oriental (3848m), le plus modeste des trois, puisque le Sommet Occidental culmine à 3954m et le Sommet Central à 3928m, mais...par des itinéraires d’alpinisme difficiles ou très difficiles.

DIFFICULTE

Course d’alpinisme cotée PD, certains la trouverons longue et physique. La moitié de l’itinéraire est en rocher, l’autre en neige, avec un "bon" 35 degrés.

MATERIEL

Matériel habituel pour la neige. Casque très utile pour la partie en rocher. Système antibottage sur les crampons car le retour se fait tard...

Carte : TOP 25 3436 ET MEIJE/PELVOUX

HORAIRE

Au moins 5 heures du refuge au sommet. C’est à dire que partir à 5 heures du matin du refuge fait arriver au sommet à au moins 10 heures...

Dénivelée refuge-sommet : 1368m.

LE REFUGE

Montée au refuge du Sélé (2480m) : c’est le même itinéraire que la montée au refuge du Pelvoux (topo correspondant à consulter), mais arrivé à la bifurcation des sentiers, prendre à gauche plein Ouest jusqu’à "buter" sur une barre rocheuse. Le refuge est construit sur celle-ci, mais ne sera visible qu’au dernier moment.

On gravit la barre rocheuse par un sentier très escarpé, des rambardes métalliques aident à la montée. Ce n’est tout de même pas une via ferrata...Attention en cas de pluie, le rocher peut être glissant.

Une fois arrivé au refuge, prendre le temps de partir plein Ouest vers le fond du vallon, pour reconnaître le départ de l’itinéraire pour le lendemain. Celui-ci est un sentier raide qui prend subitement à droite vers le Nord, à peu de distance du refuge...

LA COURSE

Partir de nuit, en prenant le sentier plein Nord. Il est tout de suite raide et instable. On finit par passer aux abords de l’ancien refuge du Sélé, qui sert maintenant de refuge d’hiver. On parvient ensuite dans une sorte de petit canyon, rive gauche dans lequel on gravi un système de dalles lisses. Des marques de peinture blanche et des cairns confirment l’itinéraire.

Ensuite on entame une longue montée oblique en direction de l’Ouest vers un immense éperon rocheux qu’il s’agit de contourner par le sud. A noter et pour le plaisir : jusque là, la montée s’est faite à l’aplomb des superbes faces sud du Pic du Coup de Sabre et du Pic Sans Nom !

L’éperon rocheux se contourne d’abord par un sentier escarpé et raide, dans lequel on s’aidera souvent des mains puis, une longue, horizontale et reposante vire, permet d’accéder à la partie glaciaire, située à l’aplomb du sommet, lequel n’est visible que très tard...

Par une succession de petites barres rocheuses, facilement escaladées, on prend pied sur le glacier de l’Ailefroide que l’on remonte en direction du sommet.

La partie neigeuse, est séparée en deux par un passage rocheux que l’on franchit crampons aux pieds. On atteint alors la portion supérieure, et finale glaciaire, appelée "Banane" du fait de sa forme...Ce qui est sûr, c’est que cela donne l’impression de ne jamais arriver au sommet...Celui-ci étant d’ailleurs vaste et confortable !

LE RETOUR

Par le même itinéraire.

Dernière modification : 16 mai 2018
Mont Pelvoux (3946m) - Voie normale par le couloir Coolidge

La carte du topo « L’Ailefroide - Sommet Oriental (3848m) Voie normale »

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Photos « L’Ailefroide - Sommet Oriental (3848m) Voie normale »

La Face Nord de l’Ailefroide. Le Sommet Oriental est à gauche. L’Ailefroide Occidentale (3954m), le point culminant, depuis le Vallon de la Pilatte. Lumière du matin... Lglacier du Sélé et la Pointe des Boeufs Rouges (3515m) Les Faces Sud du Pic Sans Nom et du Pic du Coup de Sabre. Dans la vire horizontale...Des cordées prennent parfois des précautions dans quelques passages délicats. Après le contournement de l’éperon rocheux, la partie en neige apparait... Sur le glacier de l’Ailefroide en (froid) juillet... On commence à deviner le sommet... Une course longue et physique... La Face Sud de l’Ailefroide. Les Bans au loin. Plus haut...les Bans et le Sirac. Une cordée retourne déjà dans la vallée... Non loin du sommet...le Pic Sans Nom... Du sommet : la Barre des  Ecrins et le Pic Coolidge. Au centre le glacier Blanc, à droite les Agneaux, au milieu le Mont Blanc. Dans la descente...on parvient à distinguer en bas, l’ancien refuge du Sélé...