Montagne de Monthiallier (1556m) par la Vallée des Reblats - Monts du Forez

Difficulté :
Moyenne
Dénivelé :
500m
Durée :
demi-journée
La carte

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

Montagne peu connue, proche (et donc dans l’ombre) de Pierre-sur-Haute. Après l'itinéraire d'hiver, à ski de fond, voici une randonnée de printemps, qui emprunte une petite vallée glaciaire : la magnifique Vallée des Reblats. La plus belle partie du parcours se déroule hors sentier dans le fond de l'auge glaciaire.

Accès

  • Accès par l’est  : de St-Anthème, franchir le Col des Supeyres, redescendre en versant ouest sur environ 4,2 Km. Prendre à droite une petite route, panneau le Perrier, les Reblats etc. Traverser les hameaux. Petit parking, 150m à droite, après la fin de la route asphaltée. Possibilité de se garer plus loin le long de la large piste forestière.
  • Accès par l’ouest  : d’Ambert, prendre le direction de Valcivières que l’on traverse. Environ 5 Km plus loin, prendre à gauche la petite route du Perrier.

Itinéraire

Carnet de route

  • Carte : IGN Série Bleue 2732E au 1:25000
  • Distance : 13km
  • Altitude de départ : 1130m
  • Horaire  : 4h00

Matériel

  • Bonnes chaussures, étanches, pour traverser les zones humides
  • En hiver, c’est une merveilleuse randonnée avec des raquettes

Difficulté

Itinéraire non balisé, avec une partie hors sentier, demandant un peu d’orientation.

  • Attention à ne pas se faire "prendre par le brouillard sur les hauts-plateaux.

Ascension

Du parking, continuer la large piste forestière sur 1600 mètres environ. On arrive dans une zone très large qui doit servir à entreposer les grumes. (photo)

  • Possibilité de parking à cet endroit.

Prendre à gauche, une piste descendante, large elle aussi, qui passe devant une cascade et va franchir le ruisseau du Batifol. Au niveau du pont, la piste change d’orientation.

Moins de 100m plus loin, on arrive vers une bifurcation. Prendre à droite, un raide chemin qui remonte vers le nord. (photo)

On sort de la forêt pour passer en lisière, dominant à droite un vallon où coule le ruisseau. On passe près d’une jasserie, puis on traverse de nouveau une zone forestière.

On arrive vers une bifurcation. (photo) Prendre la branche de gauche, qui va sortir de la forêt pour atteindre une jasserie en ruine.

Au-delà, et jusqu’au sommet, plus de sentier. Descendre dans la prairie (zones humides) et longer le ruisseau au mieux, parfois en rive gauche, parfois en rive droite.

Quand les prairies se terminent, on trouve un ancien chemin dans la forêt. Quand il se perd, passer en rive droite, dès que possible. Sur la gauche, une sente monte très raide (photo), traverse un ruisseau qui s’en va cascader à droite et atteint les landes.

Remonter ces landes (pénible) pour arriver dans les prairies, un peu au-dessus de la Croix du Fossat.

Passer près des trois jasseries et remonter au mieux le large dôme de la Montagne de Monthiallier.

  • Comme toute ascension de dôme qui se respecte, l’horizon est fuyant. On avance de 10 pas, l’horizon recule de 10 pas. Heureusement il n’y a pas plus de 100m de dénivelée.

Panorama 360°, Pilat, Mont Mézenc, Mont Aigoual, Puy de Dôme, Monts Dore. Les Alpes quand elles ne sont pas ennuagées.

Descente

Descendre par le chemin au sud-est et gagner la jasserie en ruine, visible de loin. (photo)

De la jasserie, longer une clôture au sud-est. (photo) On trouve un beau chemin herbeux qui traverse les landes de callunes.

On passe vers la jasserie du Bechou puis on pénètre en forêt. Le chemin arrive sur une large piste. (photo)

Prendre à gauche, plein est. On passe devant une jasserie en ruine et on rejoint une large piste (photo). On passe devant le chemin pris à l’aller (photo), puis on atteint le pont sur le ruisseau du Batifol.

La suite est évidente.

La randonnée.

La vallée des Reblats est un lieu magnifique. C’est une reproduction en miniature des grandes vallées glaciaires des Alpes. Son profil en U est caractéristique.

Un itinéraire balisé existe, mais il passe en en forêt sur les rebords de l’auge ou au-dessus.

Pourtant, c’est bien le fond de vallée qui est le plus intéressant.

Une large piste, puis un chemin mènent à la dernière jasserie de la vallée. hélas elle est en ruine.

Le sentier disparaît et il faut descendre au fond de l’auge glaciaire, dans une zone très humide, et remonter au mieux le long du ruisseau.

Et c’est magnifique !

Des jonquilles à profusion, de l’eau qui sourd de partout, le ruisseau qui méandre au milieu des herbes encore couchées par la grosse chute de neige du 15 avril.

Et des couleurs ! Des teintes chaudes : du jaune, toute une variété de roux...

Le meilleur itinéraire est à trouver soi-même, ce qui rend la randonnée passionnante.

Avec quelques surprises !

Comme cette cascade qui surgit en fond de vallée. Comme ces deux ombres qui détalent devant moi. J’ai dérangé le sommeil de deux sangliers. Ces bestioles sont rapides ! Je n’ai pas eu le temps de sortir mon APN.

Une fois sort de la vallée, c’est un paysage de landes et de prairies. Et il faut bien reconnaître que ses dernières perdent du terrain par rapport aux landes, qui elles-mêmes, sont peu à peu envahies par la forêt.

Ce circuit, en grande partie en boucle, est magnifique.

J’avais l’intention, une fois au sommet de l’imprononçable Montagne de Monthiallier, de redescendre en versant ouest pour aller au Mont Chouvé.

J’avais déjà fait ce petit bonus avec des skis et c’est très rapide par bonne neige. A pied, évidemment, c’est plus long.

Les nuages devenant de plus en plus envahissants, je renonce à ce détour.

J’arrive au parking avec les premières gouttes de pluie.

Vidéo

Dernière modification : 19 juillet 2018
Pierre sur Haute (1631m) - Cols des Pradeaux, des Supeyres, du Béal et de la Loge

La carte du topo « Montagne de Monthiallier (1556m) par la Vallée des Reblats - Monts du Forez »

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours