Pic de Jallouvre (2408m) en boucle par le col de la Colombière et le Lac de Lessy

Difficulté :
Moyen
Dénivelé :
1200m
Durée :
1 jour

Cette boucle permet un paysage varié, de l'austère monde minéral de la face sud aux alpages verdoyants de la face nord en passant par l'ambiance alpine du Col du Rasoir. Les amateurs de lacs seront comblés aussi avec le Lessy et son refuge. Il ne manque que la forêt pour compléter le tableau ! – Auteur :

Accès

Par la D4 qui relie Cluses au Grand Bornand, monter au col de la Colombière (1607m) et se garer sur les parkings de part et d’autre du restaurant : une cinquantaine de places disponibles.

Précisions sur la difficulté

L’accès au Col du Rasoir par le versant sud est raide et délicat par endroits (pierriers, roche délitée, trace pas évidente à suivre) et nécessite une bonne expérience de ce type de terrain.
L’arête du Col du Rasoir est aérienne mais suffisamment large pour que deux personnes se croisent.
L’accès au sommet du Pic de Jallouvre se fait par le versant Nord qui peut être encombré de nombreux névés tardifs durs jusque mi-juin voire juillet les années très enneigées. Les crampons et le piolet peuvent être une aide précieuse.
La descente par le sentier secondaire direct depuis le col sans nom entre le Buclon et l’Aiguille Verte est à entreprendre uniquement par temps sec : raide, peu commode, nombreux dévers non aménagés, risque de glissade ! L’alternative consiste à rester sur le GR96.

Les infos essentielles

  • Carte IGN : TOP 25 - 3430 ET - La Clusaz/Le Grand-Bornand
  • Altitude minimum : 1440m
  • Altitude maximum : 2408m
  • Dénivelé cumulé : 1200m
  • Distance : 10.4 km
  • Horaires : 2h30 de montée, 3h de descente
  • Balisage : jaune/rouge jusqu’au lac de Lessy, puis rouge/blanc sur GR96

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Montée au Col du Rasoir :

Du restaurant au bord de la route, suivre une piste sur 60m environ jusqu’à sa séparation en deux : prendre alors le sentier de gauche vers le Pic de Jallouvre.

Passer la bifurcation des falaises d’escalade vers 1800m et continuer tout droit.
La pente devient un peu plus prononcée et le sentier se rapproche du rocher.

À 1950m, le sentier de retour de la via ferrata rejoint le sentier de montée : prendre à droite en direction du Col du Rasoir qui devient visible tout au fond du cirque.

Suivre les cairns disséminés dans le pierrier jusque vers 2150m.

Obliquer ensuite direction Nord-Est en se rapprochant des falaises de Pointe Blanche. Viser à droite une saignée dans la roche qui permet d’éviter les pentes les plus raides et rejoindre la vire finale qui mène au Col du Rasoir.

Montée au sommet du Pic de Jallouvre :

Depuis le Col du Rasoir, suivre l’arête (plus impressionnante de loin que de près) qui remonte légèrement jusqu’à se transformer en sentier étroit qui bascule en versant Nord. Plusieurs névés résiduels en neige dure peuvent bloquer le passage dans cette partie ombragée, auquel cas il peut être utile d’être équipé de crampons et d’un piolet pour traverser. Une alternative étant de contourner les névés par le dessous dans un terrain à chamois.

Une fois la pointe rocheuse passée par l’Ouest, suivre simplement les cairns qui guident jusqu’à la croix sommitale 2408m.

Le retour au Col du Rasoir par l’arête se fait par le même chemin.

Liaison Col du Rasoir - Col de Sosay :

Depuis le Col du Rasoir, descendre dans le pierrier du versant Nord en repérant les cairns. Un gros névé peut subsister à cet endroit, mais comme il prend plus le soleil, la neige est plus facile à tracer si besoin.

Atteindre une bifurcation vers 2025m et prendre à gauche pour couper au plus court sans descendre dans l’alpage du fond de vallée.

Viser le Col de Sosay qui est bien visible sous la Dent de Jallouvre (pic pointu), le sentier est toujours tout droit.

Les derniers mètres avant d’atteindre le col peuvent être délicats car la pente se raidit brusquement et des névés tardifs peuvent se cacher dans les combes.

Vers le Lac de Lessy :

Du Col de Sosay, suivre le sentier qui descend sans difficulté en direction des chalets de Lessy.

Le refuge de Lessy est gardé et offre une terrasse qui permet de se désaltérer en profitant de la jolie vue.

Contourner le lac de Lessy par la gauche et prendre la direction de l’Aiguille Verte / Pointe de Domingit par un sentier agréable qui remonte.

Retour :

Arrivé à un col herbeux sans nom 1902m entre le Buclon et l’Aiguille Verte (pancarte buvette), il y a alors plusieurs options :

  1. faire un détour pour monter au sommet de l’Aiguille Verte 2045m en restant sur l’étroit chemin de crête (bonus +140m de dénivelé)
  2. rester sur le GR96 qui entame une redescente en pente douce, change de direction à 1881m pour repartir vers l’Est
  3. prendre le raccourci par un sentier secondaire qui part droit dans la pente. Attention ! Ce chemin est peu commode, assez raide, très souvent déversant et sans aucun aménagement. Il peut être rendu extrêmement glissant par temps humide si le terrain est gras. Préférer l’option 2 dans ce cas.

Au carrefour de Samance 1568m, prendre à gauche en direction des chalets de Cuillery sans y passer, par un sentier rapide quasi horizontal.

Peu avant les chalets de Cuillery, une bifurcation indique le Vé de la Baraka : prendre à gauche et suivre une piste plus large qui remonte jusqu’à un parking dans l’épingle à cheveu de la route.

Longer la route sur environ 250m (attention, il n’y a pas d’accotement) et repérer un petit chemin sur la droite dans l’épingle suivante. L’emprunter pour rejoindre le point de départ.

Sortie du 23 juin 2018 :

Aujourd’hui je me rends dans un secteur que je ne connais pas encore : la Chaîne du Bargy.
En montant par le Grand Bornand, la circulation est compliquée par une course cycliste jusqu’au col de la Colombière où je me gare après le restaurant.
Toutes les montagnes qui m’entourent sont magnifiques et donnent envie de grimper dessus !

Je prends le sentier qui se dirige vers la falaise d’escalade et la sortie de la via ferrata. Le temps est parfait et il ne fait pas trop chaud.
La neige fait son apparition vers 1900m et les premiers névés en travers du chemin arrivent à 2000m. Je double un couple avec deux jeunes enfants et suis deux gars partis au même moment que moi.
Le Col du Rasoir est en vue, au bout d’un vaste cirque où les contrepentes du Jallouvre font écho aux arêtes déchirées de la Pointe Blanche.
La pente commence à s’accentuer. Plus haut j’aperçois un randonneur à chapeau quittant la trace pour s’engager plus à droite. Pensant qu’il se trompe, je continue tout droit en suivant les rares cairns que je vois.
Après une courte remontée de pierrier, me voici au pied de dalles rocheuses qui se grimpent bien en s’aidant des mains.
Les deux gars sont passés au-dessus de moi en mode chamois, j’évite de les suivre car ils envoient des pierres.
J’essaie de rejoindre un passage un peu scabreux qui permet de s’échapper des dalles par la droite et retrouver la trace normale : c’est un étroit couloir d’éboulis adossé à un rocher qui permet de se hisser avec les mains.
Quelques oppositions de pieds et quelques mètres plus haut, hop, me voici sorti de ce piège et je retrouve la trace que je n’aurais pas dû perdre.
L’homme au chapeau est arrivé au col avant moi et m’explique comment il a progressé : il a pris bien à droite pour profiter d’une saignée dans la roche qui atteint la vire finale en évitant les zones trop raides. Bien vu !

Le panorama depuis le Col du Rasoir est sublime et l’arête vers le Pic très esthétique, aérienne mais pas difficile pour qui a le pied sûr.
J’observe la famille avec les gamins restée en bas : il vaut mieux pour eux ne pas continuer, ce n’est vraiment pas le genre d’endroits pour emmener des petits bouts de 5 ans...
Je m’engage sur le sentier de l’arête qui passe en versant Nord ombragé pour tenter d’accéder au sommet. Les deux premiers névés sont déjà bien tracés, je les traverse. Les névés suivants n’ont pas de traces récentes et la neige est trop compacte pour pouvoir faire des marches saines.
Une fois de plus n’ayant pas emporté mes crampons, il me reste deux options : contourner par le bas dans un terrain à chamois ou faire demi-tour.
Comme j’ai un peu la flemme, j’opte pour l’abandon, juste 100m sous le sommet. Ce n’est que partie remise, je sais que je reviendrai un jour ici !

Je reviens donc au Col du Rasoir par l’arête et attaque la redescente en versant Nord. Cette fois la neige est au soleil donc plus facile à tracer, le travail étant déjà réalisé par les randonneurs précédents.
En bas c’est tout le plateau de Cenise qui se dévoile avec ses alpages occupés par un troupeau de brebis bruyant.
Un coup d’œil à gauche m’indique que si je veux rejoindre le Col de Sosay au plus court, je vais devoir franchir au minimum encore trois névés dans le dévers. Ils sont bien ensoleillés alors je le tente.
La traversée se passe bien, même si en fait un quatrième névé se cachait derrière une bosse, bref mais très pentu celui-là.

Je m’offre une pause au Col de Sosay pour grignoter et me prélasser en admirant le paysage avec vue sur le lac de Lessy.
Les abords du lac sont propices au bivouac, d’ailleurs un couple ne s’y est pas trompé et a déjà installé leur tente non loin du refuge.

Je remonte le sentier en direction du col sans nom entre l’Aiguille Verte et le Buclon. De là-haut j’ai à nouveau deux options : rester sur le GR96 tranquille ou prendre un raccourci droit dans la pente sur un chemin secondaire.
Allez, j’aime sortir des sentiers battus alors je prends le raccourci ! C’est raide, pas toujours commode, souvent déversant pentu mais heureusement bien sec et direct pour rattraper le GR96 300m plus bas.
Le retour au Col de la Colombière se fait à vue en visant le restaurant, par un sentier facile puis une piste et enfin la route.

Bilan : pas déçu du voyage, c’est un superbe endroit qui mérite d’y revenir, pour le Jallouvre mais aussi ses proches voisins la Pointe du Midi et le Grand Bargy !

Dernière modification : 30 juin 2018
Pic de Jallouvre (2408m) et Pointe Blanche (2438m) par le col de la Colombière

A propos

Auteur de ce topo :

Grenoblois d'adoption, amoureux de la montagne et des grands espaces depuis une quinzaine d'années et collectionneur de lacs d'altitude. J'apprécie les randonnées à la fois sportives, engagées et insolites (vires du vertige) où il faut mettre les mains, mais aussi les randonnées classiques plus tranquilles. Le but principal étant de se faire plaisir et voir des beaux paysages qui se méritent. Adepte (...)

Randonnée réalisée le 23 juin

Topo publié le 30 juin

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

  • par Le 30 juin à 12h41

    Bonjour,
    Sur la photo 9, ce n’est pas le lac des Confins mais celui du Maroly ;)

  • par Le 30 juin à 18h11

    Oui tout à fait, petite erreur corrigée, merci !

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !