Port de Salau (2087m)

Difficulté :
Moyen
Dénivelé :
1150m
Durée :
1 jour

Belle randonnée à la frontière entre la France et l'Espagne qui offre, entre autres , un beau point de vue sur les Mont Rouch. A faire à l'automne après le départ des estives. – Auteur :

Accès

De Saint-Girons suivre la direction Oust puis Seix, Couflens et Salau. Traverser Salau et se garer au parking dans le 3ème virage en épingle après Salau.

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Carnet de route

  • Carte : IGN 2048OT Aulus-Les-Bains Mont Valier
  • Site IGN : Port de Salau
  • Altitude de départ : 950m
  • Altitude d’arrivée : 2087m
  • Temps de montée : 3h
  • Temps total : 6h

Descriptif de la randonnée

Du parking suivre le GRT (sentier de Grande Randonnée Transpyrénéenne, balisage rouge et blanc) qui emprunte la piste qui s’enfonce vers le fond de la vallée. Après avoir traversé le Léziou elle s’élève en lacets. On poursuit sur la piste et aux environs de l’altitude 1250m on la quitte pour suivre un sentier sur la droite direction Port de Salau. On suit ce sentier jusqu’aux environs de la cabane de Pouill. A partir de là le cheminement est évident : il faut poursuivre sur le GRt tout en visant le Port de Salau au fond de la vallée à gauche du Pic de Portabère.

On a mangé sur un petit balcon à mi-chemin entre le Port de Salau et la Pic de Péguille qui offre un joli point de vue aussi bien côté français que côté espagnol : crête frontière, Roca Blanca et Tuc de Bonabé côté espagnol, Mont Valier, Pic de Maubermé et Mont Rouch côté français.

Le retour se fait exactement par le même itinéraire. Ne pas manquer de faire un détour par la très belle cascade de Léziou avant de passer la rivière du même nom.

Dernière modification : 20 octobre 2018

A propos

Auteur de ce topo :

Topo publié le 25 avril 2016

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

  • par Le 26 avril 2016 à 00h59

    Quelques notes.

    Les ruines : vestige d’une station-relais de câbles servant de 1903 à 1923 de troncs d’arbres de la foret de Bonabé ( coté espagnol ) jusqu’à la papèterie de Salau.
    A la fin du XIXéme siècle la société Matussière et Forest acheta une exploitation de sapins à Bonabé, en vallée de la Noguera Pallasera, pour approvisionner son usine de Salau. Ce bois devait être acheminé par le port de Salau. Les pylônes et bâtiments ruinés que l’on découvre en montant et en arrivant au port sont les vestiges des installations qui furent utilisées pour ce transport. Elles comprenaient deux câbles séparés, l’un ascendant, l’autre descendant.

    Voir l’intéressant témoignage de Geneviève Pujol-Boebion née au Port de Salau :
    http://fronteradoc.blogspot.fr/2007/08/pujada-al-port-de-salau.html

    Il existe un abri dans les ruines au cas où :
    http://www.pyrenees-refuges.com/fr/affiche.php?numenr=575

  • par Le 26 avril 2016 à 09h53

    Merci Hereme pour ces intéressantes précisions !

  • par Le 26 avril 2016 à 19h48

    J’avais fait ce parcours au printemps 2012 avec mon ami Georges. Beaucoup de neige sur le parcours et sous le col. On s’est longtemps demandé si l’on était en présence d’une trace d’ours au passage d’un ruisseau.

  • par Le 27 avril 2016 à 09h32

    Je me suis effectivement posé la même question lors d’une rando récemment et il s’avère que c’étaient des traces de berger pyrénéen. Par contre on est sûr d’avoir vu une trace dans la neige gelée à proximité de l’étang d’Artax (côté Tarascon-sur-Ariège). Ce qui est d’autant plus probable que les ours n’ont pas hiberné cette année du fait des températures relativement élevées cet hiver.

    Petite précision : j’ai publié ce topo maintenant (Avril 2016) mais on a fait cette rando en Novembre 2015 ce qui explique pourquoi il n’y a pas de neige sur les photos !

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !