Sentiers "alpins" du Grand Salève - Sentier des Etiollets

Difficulté :
Difficile
Dénivelé :
365m
Durée :
demi-journée

Le sentier des Etiollets (qui n'est pas un sentier) est un itinéraire engagé et sauvage réservé aux randonneurs alpinistes. Il remonte le cirque des Etiollets par une succession de parois qu'il faut escalader et de vires aériennes. Le décor est tout simplement splendide, on est à côté du sentier d'Orjobet et pourtant c'est l'aventure qui prime ici. – Auteur :

Accès

Parking du restaurant “Le refuge”, situé route de la Croisette, à droite des tennis.
(voir carte).

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

  • Carte : IGN TOP25 3430 OT Mont Salève
  • Site IGN : Grand Salève
  • Altitude de départ : 650
  • Altitude du point haut : 1015m
  • Dénivelé : 365m
  • Durée : 1h45 (montée)

Difficulté : T6 avec 3 parois à escalader. Ce n’est plus de la rando. Il est indispensable d’être habitué à ce genre de terrain. Le sentier est globalement très aérien, le tout se déroulant sur des vires plus ou moins larges et raides. Une chaîne et quelques câbles sont présents, mais plusieurs passages n’en sont pas équipés. (Infos sur les cotations).

Matériel : Chaussures à semelles rigides. Tracé GPS si on ne veut pas revenir bredouille. Corde 30m avec 2 dégaines et sangles.

Balisage : Aucun.

Tracé GPS : Download

Itinéraire :

Depuis le parking du Coin, traverser le village du même nom. À sa sortie, emprunter la petite route goudronnée qui monte sur la droite. Le goudron s’arrête et peu après, une sente démarre sur la gauche et se dirige sur une mini-clairière gardée par un gros rocher.

Emprunter le sentier qui part à droite du rocher. La suite de l’itinéraire jusqu’au départ du sentier des Etiollets (où se trouve le fameux gros câble vertical) est compliqué. Une multitude de sentes vont dans tous les sens. En gros, il faut se diriger sur les hauteurs légèrement sur la droite, bref il faut essayer de se faufiler le plus possible en hauteur, ça passe très bien.

Quand on se croit définitivement bloqué, un gros câble vertical à 1m50 du sol marque le début escarpé du cirque des Etiollets. Il faut un peu de gymnastique pour se hisser sur ce câble, mais l’effort a sa récompense, l’aventure ! À la sortie du gros câble, le sentier part sur la gauche (câble), puis à nouveau sans câble, il se dirige sur la droite. Il longe une petite paroi et passe devant le mur de la Limace où se trouve une petite plaque « Vires Bütikofer ». Si on continue en longeant la paroi, ce sont les « Vires Bütikofer ». Le sentier des Etiollets quand à lui se hisse en haut du mur de la Limace (III). Les pas patinés indiquent le cheminement, il y a de bonnes prises pour avaler les 3 mètres verticaux. Un anneau permet à la fin d’assurer le 2e de cordée. En haut du mur, 2 choix se proposent, soit prendre la vire (sente bien marquée) à gauche (ce que j’ai pris), soit prendre à droite (itinéraire officiel).

Variante à gauche :
suivre la sente facile mais exposée au début. On arrive au pied d’une paroi (5m) qu’il faut grimper (IV au début) à l’aide d’une grosse corde. Celle-ci a l’air solide et l’arrimage est correct, néanmoins j’ai toujours un peu de peine à faire confiance à ce genre d’équipement. Quelque mètres plus haut, la corde s’arrête et on continue tout droit par une pente raide et terreuse jusqu’à des balmes (cavités creusées sous une paroi). Plusieurs voies sont équipées pour la grimpe, et une chaînette pend à 1.5m du sol, ce n’est pas celle-là qu’il faut prendre.

Variante à droite :
l’itinéraire est plus délicat par ce côté. Il faut tout d’abord traverser une vire exposée puis escalader des gradins requérant de la prudence. Un point d’assurage (barre) a été rajouté au milieu pour l’assurage. On arrive au pied d’une paroi qu’une série de chaînes permettent de longer de droite à gauche jusqu’à des balmes.

Suite commune :
continuer la sente de droite à gauche jusqu’en bordure de falaise. À cet endroit remonter quelques rochers et se diriger sur la droite jusqu’à une grosse chaîne verticale. Elle permet de se hisser en haut d’un petit ressaut rocheux. Sa particularité est qu’après 1 ou 2 mètres, on part sur la gauche (pendule) pour finir de grimper. On peut également éviter la chaîne en grimpant les rochers à sa gauche.

On débouche sur le dernier versant terreux/ caillouteux que l’on peut remonter soit tout droit par quelques sentes à chamois, ou sur la gauche en remontant une arête rocheuse facile. On débouche sur la paroi au Fromage (située tout à gauche, près de la falaise). Cette paroi est l’emblème de cet itinéraire et il faut l’avouer, elle mérite le détour par son originalité. Cette paroi est parsemée de trous que l’on emprunte à son centre, puis après quelques mètres on fait un pas à gauche pour rejoindre un gros anneau d’assurage. Également, une pléthore de lunules sont présentes pour l’assurage (ne pas oublier de prendre des sangles).

Une fois cette dernière difficulté passée, c’est l’Esplanade des Etiollets. On rejoint le "carrefour" où les itinéraires des Etournelles, de Sarrot-Saut Gonnet, des vires Rosselet et de Chaffardon se rejoignent.

Retour

Emprunter le sentier de Chaffardon (T3) qui part sur la droite. Une rampe métallique permet de se hisser en haut du Portail de Chavardon puis on descend facilement un ressaut rocheux, le sentier d’Orjobet (T2) n’est plus loin.

Dernière modification : 11 novembre 2014
Sentiers "alpins" du Grand Salève - Sentier des Buis (parcours d’origine)

A propos

Auteur de ce topo :

Site web : www.Balade3D.com

Passionné de montagnes, je m'amuse dans ce lieu ludique en trail, rando, peau de phôque et alpinisme. J'habite Genève, a deux pas du Salève, massif qui ne fini jamais de me surprendre. Je suis également l'auteur d'un guide de randonnées sur CD-ROM "40 randonnées interatives en Haute-Savoie" —> www.balade3d.com

Topo publié le 11 novembre 2014

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

  • par Le 28 janvier 2015 à 10h17

    Bonjour,

    J’ai changé la classification, puisque ce n’est plus de la randonnée mais de l’escalade.

    À partir du moment où la corde est indispensable, il ne faut plus appeler ça un topo de randonnée, à retenir ;)

  • par Le 15 juillet à 20h22

    Bonjour,
    La corde n’est pas indispensable, on reste dans la rando (parfois grimpante, parfois avec du vide, toujours exposée).
    La citation T6 est également trop haute, Bütikofer c’est T4 à T5 max, il n’y a pas vraiment d’escalade, les Étiollets pourraient être T5 (si on compare avec d’autres randonnées du même type).

  • par Julien BLe 16 juillet à 08h38

    Bonjour A_D,

    votre commentaire est en contradiction avec les indications du topo, qui mentionnent explicitement un jeu de cordes ainsi que deux dégaines. De plus, le topo mentionne la présence d’un pas en III, ainsi qu’un pas de IV.

    Si l’on peut à la rigueur, dans certaines circonstances exceptionnelles, discuter d’un pas de III comme étant de l’escalade ou non, un pas de IV n’est certainement plus de la randonnée.

    J’invite donc les lecteurs à s’en tenir aux informations données dans le topo.

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !