Tête du Jardin (1820m) par les Bergeries de Tussac et les Têtes de l’Agnelet (1768m-1782m) – à raquettes

Difficulté :
Difficile
Dénivelé :
1000m
Durée :
1 jour
La carte

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

En été, c'est un petit coin de paradis sur les hauts plateaux sud du Vercors. Le randonneur ne sera pas le bienvenu en ces lieux s’il ne respecte pas la tranquillité des troupeaux. A l’estive, suivre conformément les conseils sur les pastous affichés à l’entrée du Domaine de Tussac. En hiver, raquettes aux pieds, dans le décor majestueux des hauts plateaux du Vercors, le panorama offert par le rebord ouest de ces crêtes, sur la Vallée d’Archiane, la Montagne du Glandasse et le Rocher d’Archiane est tout simplement fabuleux. La Tête du Jardin, elle, offre un panorama circulaire des hauts plateaux.

Accès

EN VOITURE

  • Départ de la randonnée, au hameau de Bénevise.
  • Sur la D.1075 en venant de Grenoble, prendre à droite la D.7 au niveau de Clelles-Gare, pour la direction du Col de Menée et Châtillon-en-Diois. Franchir le Col de Menée, puis, peu avant d’atteindre Les Nonnières, dans l’épingle au point IGN 939m prendre la D.515 en direction de Bénevise à 1 km. Se garer au-dessus d’un poteau de direction « Bénevise 992m ».

Précisions sur la difficulté

Estivale

  • Aucune pour le Domaine de Tussac.
  • Hors sentier pour la Tête du Jardin.

Hivernale

  • La difficulté pourrait survenir au cas où l’itinéraire ne serait pas tracé.
  • La longueur du parcours, qui comporte plusieurs montées et descentes.

PRÉCAUTIONS

Estivale

  • Respecter ces lieux, le silence est de mise, toutes ces cabanes sont privées.
  • Suivre les conseils sur les pastous affichés à l’entrée du domaine.
  • Si vous êtes désireux de prolonger votre aventure au-delà du Domaine de Tussac, prévoyez de l’eau en conséquence, elle est rare sur les hauts plateaux et réservée aux troupeaux.
  • Carte, boussole, sont nécessaires, GPS recommandé.
  • Le mauvais temps, pluie et brouillard sont déconseillés.
  • Prenez soin de refermer les barrières derrière vous.

Hivernale

  • Prendre conscience qu’il existe des gouffres dans le secteur, notamment le Gouffre de Nouvelet à l’ouest du point IGN 1685m situé sur le parcours de retour.
  • Carte, boussole, sont nécessaires, GPS recommandé.
  • Les temps de neige, pluie et brouillard sont strictement déconseillés, sinon l’orientation devient très problématique.
  • Été comme hiver, cette randonnée sera réservée aux personnes sachant s’orienter sur les hauts plateaux dans les pires conditions.
  • Sinon, ce petit paradis deviendra vite un enfer.

Les infos essentielles

  • Randonnée effectuée le 30/03/2016.
  • Participants : Claude et moi-même.
  • Carte : IGN TOP 25 3237 OT Glandasse - Col de la Croix-Haute
  • Altitude de départ : 992m
  • Altitude atteinte : 1820m
  • Horaire : à peu près 7/8h00
  • Distance : environ 15 km
  • Dénivelé : environ 1000m
  • Positions GPS : de la Tête de l’Agnelet
    • Longitude : 5.519°
    • Latitude : 44.762°
  • Balisage :
    • Aucun
    • A vue en hiver quand le secteur est recouvert de neige.

Itinéraire

LES BERGERIES DE TUSSAC

Dans le hameau de Bénevise, laisser fuir à gauche le GR.93 en direction d’Archiane, pour plutôt suivre la petite route vers le nord, en direction du Vallon de Combau.

Peu après la sortie du village, saisir à gauche un chemin montant dans une prairie. Peu marqué, il longe cette dernière et devient alors, plus haut, bien visible.

Il longe à son tour un champ de lavandes, et parvient dans un virage de la piste menant au Domaine de Tussac. S’engager sur cette piste, qui remonte vers l’ouest, en effectuant de nombreuses boucles.

Repérer en passant la boucle au point IGN 1332m, un gros cairn signalant le départ d’un sentier pour le retour.

LA TÊTE DU JARDIN

S’engager dans le beau vallon qui remonte vers l’ouest, droit sur le point IGN 1628m posé sur la crête. Il vire vers le nord, et passe à proximité d’un beau chalet. Reprenant la direction de l’ouest, à travers les pins, jusqu’à rejoindre la crête.

  • Naviguer si vous le désirez sur la crête vers le point IGN 1628m pour la vue. Partir alors au nord en suivant la crête à distance.
  • Rien ne vous empêche de vous en approcher de temps en temps avec prudence, pour la vue sur la Vallée d’Archiane, la Montagne du Glandasse, et le Rocher d’Archiane.

On arrive après une zone peu boisée, dans une prairie inclinée vers l’est proche du point IGN 1681m au-dessus du Pré de Toine. Repérer au nord-est une barre rocheuse, la contourner évidemment par le sud, pour prendre pied sur son plateau incliné sud-est, garni de pins foudroyés.

Poursuivre vers le nord, à distance raisonnable du ravin aux à-pics impressionnants. S’introduire dans une zone semi-boisée, pour parvenir sur la butte au point IGN 1712m. Dévaler alors sa pente orientée nord, parsemée de pins pour gagner un col proche de l’itinéraire accédant à la Bergerie du Jardin du Roi.

Laisser partir l’itinéraire vers cette dernière nord nord-est, pour remonter la pente garnie de pins, de la première Tête de l’Agnelet point IGN 1768m nord nord-ouest.

Descendre alors sa pente toujours parsemée de pins, en choisissant et effectuant sa trace.

  • On distingue, la butte au point IGN 1782m, et plus au nord-ouest, la Tête du Jardin dépassant à peine.

Grimper à son tour la deuxième Tête de l’Agnelet au point IGN 1782m, dans un décor semblable à la première. Descendre nord-ouest, pour atteindre un vaste plateau ondulé clairsemé de pins, à l’ouest du point IGN 1727m.

  • La Tête du Jardin devient alors franchement visible au nord-ouest, nous apercevons également nord-est, la Croix du Lautaret et le vallon de retour en contrebas.

Après avoir traversé le plateau, le décor reste franchement identique, effectuer l’ascension de la dernière butte, à savoir la Tête du Jardin. S’orienter plus à l’ouest, sur une pente un peu plus raide évidemment.

RETOUR

De la Tête du Jardin, viser est sud-est, le sommet du Rancou. On aboutit ainsi, dans un vallon orienté nord-sud.

Le suivre à droite sud, hors neige, ce vallon bénéficie d’une trace. Il s’oriente bientôt plus à l’est, nous laissant découvrir le grand vallon à la base de la Combe du Rancou.

Descendre dans ce vallon en gardant la direction de l’est, pour apercevoir dans une dépression le Gouffre de Nouvelet.

  • Prudence, le Gouffre de Nouvelet à l’ouest du point IGN 1685m ne dispose d’aucun panneau pour le signaler. Vos seules capacités d’orientation permettront d’éviter l’accident.

Suivre désormais le vallonnement vers le sud, pour passer sous les Têtes de l’Agnelet successivement. Une fois la Tête de l’Agnelet 1768m franchie, s’écarter sud sud-ouest en légère montée au-dessus de la Combe du Coureau.

  • On retrouve l’itinéraire de l’aller, à savoir la pente nord de la butte au point IGN 1712m.

Partir alors sud-est sous les pins, puis sud, pour aboutir au Pré de Toine. Reprendre la direction sud-est, puis sud de nouveau pour longer la vaste prairie de La Fistourle.

On devine bientôt que le chemin vire vers sud-ouest, pour rejoindre les Bergeries de Tussac.

DESCENTE

  • Soit on redescend par la piste de Tussac.
  • Soit suivant la hauteur de l’enneigement.

Redescendre jusqu’à l’épingle proche du point IGN 1332m, où le gros cairn signale le départ d’un sentier. Il descend les prairies de genêts, cairn, et s’infiltre sous les buis et pins. Il arrive sur un chemin montant, le suivre dans la pente à gauche, cairn.

A l’altitude de 1100m, il trouve dans un coude, le GR.93 montant de Bénevise. Le suivre dans la pente à gauche une seconde fois, il vous ramène en 10 minutes au Gîte d’étape de Bénevise, et le parking.

JOURNÉE DU 30 MARS 2016.

Depuis ma dernière venue aux Bergeries de Tussac le 24 octobre 2015, et après nos déboires avec les pastous, nous avions abandonné notre idée, à savoir gravir la Tête du Jardin par ces crêtes depuis Tussac.

Cette première idée du 24 octobre, était pour me rendre compte du terrain en vue d’une belle rando raquettes aux pieds. Le plateau n’ayant eu de fortes chutes de neige, et la météo légèrement défavorable m’ont fait à chaque fois reporter cette course.

Bon tant pis, je propose à Claude de m’accompagner. Je lui donne rendez vous à 6h30 en bas de Veurey-Voroize, comme d’habitude il sera ponctuel.

Nous prenons la route du Col de Menée. A Clelles, un panneau indique que la route est fermée pour cause de travaux sur le versant Drôme. Première bourde de ma part, j’étais passé par là, le 14 mars 2016 pour un repas de famille au village de Barnave dans la Drôme. N’ayant pas fait attention à la date de fin des travaux, et après avoir décidé cette rando à la dernière minute voilà ce qui arrive.

Nous poursuivons sur la route vers le Col de la Croix Haute, pour descendre sur l’autre versant et remonter au Col de Grimone. Nous voilà à Bénévise, il est 8h30 nous sommes prêts à débuter la rando.

Seconde bourde de la journée, je me trompe de route et redescend vers la Départementale. Le secteur à l’air bien sec, et d’après un ancien du coin rencontré en montant sur la route, le plateau est presque déneigé.

Nous nous engageons sur la piste de Tussac, le ciel est bien couvert. Vers le haut de la piste, comme dans la Combe de l’Aubaise pour le topo Tour du Rocher d’Archiane, un vieux bouquetin aux cornes impressionnantes nous barre le chemin.

Nous arrivons dans la dernière épingle de la piste, une congère prenant tout le virage me font réellement poser des questions pour la suite de la rando sans nos raquettes.

Bref au départ, nous décidons de laisser les raquettes dans le coffre de la voiture. Voilà la troisième bourde de la journée. Effectivement, nous décidons de prendre simplement les guêtres. Sur le plateau orienté plein sud, il reste pas mal de neige avec quelques parcelles déneigées.

Nous nous dirigeons dans le beau vallon plein ouest, et nous arrêtons au chalet par curiosité. Très beau à l’intérieur et extérieur, avec tout le confort nécessaire. Une feuille à l’entrée signale que le propriétaire des lieux, le laisse à disposition pour éventuellement se mettre à l’abri vraiment en cas de nécessité sinon il le fermera si dégâts.

Nous prenons la crête, au point 1628m, et voilà que nous nous enfonçons jusqu’au genoux dans les coins les plus à l’abri. Nous parcourons toutes ces crêtes, sans raquettes. Les versants exposés plein sud sont secs comme vous pouvez le constater sur les photos.

Nous voilà au sommet, 12h15, il règne là haut un petit vent frais. Trop frais pour casser la croûte sur place. Nous décidons, après quelques photos, de descendre pour trouver un coin plus propice. À l’abri du vent, dans une grosse dépression, nous prenons notre repas.

Puis franchissant clairières et vallons clairsemés de pins, en gardant la direction de l’est, nous finissons par dominer le vallon au pied de la Combe du Rancou. Emplacement du Gouffre de Nouvelet.

La neige plus ramollie, cela devient pénible, vivement le retour. Dans l’épingle nous prenons le sentier marqué d’un cairn.

Nous papotons avec un local, le ciel est resté couvert toute la journée. Nous avons bénéficié de quelques éclaircies, laissant apparaître furtivement le soleil .

Rencontré personne sur le plateau, mais des traces de raquettes dans le vallon. 2 vieux bouquetins mâles, et un vautour fauve qui tournoyait au-dessus de nous, qu’espérait-il ?. J’ai encore aperçu une belle arche, en parcourant la crête.

Voilà la Tête du Jardin effectuée dans la neige, sans raquettes.

Dernière modification : 14 avril 2018
La Croix du Lautaret (1951m) par la Bergerie du Jardin du Roi et les bergeries de Tussac

La carte du topo « Tête du Jardin (1820m) par les Bergeries de Tussac et les Têtes de l’Agnelet (1768m-1782m) »

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours