Topo de référence

Pour découvrir la carte, l’itinéraire et les infos détaillées, veuillez consulter le topo de référence

Conditions météo

Beau estival, assez chaud. Un peu de brume délavant le panorama lointain.

Récit de la sortie

Je transite souvent le long des Bauges, mais je ne prends pas souvent le temps de m’y arrêter... Ayant une après-midi pour moi, j’ai décidé de grimper ce sommet, qui semble-t-il offre cet itinéraire de crêtes intéressant et esthétique...

Départ à 13h du Nant Fourchu. Montée rapide au col de la Fougère par un sentier en lacets encombré de troncs de sapins abattus. Plus haut, la verdure est vraiment touffue... Arrivée à 14h30.

La suite par les crêtes est évidente. D’abord la pointe de la Fougère (15h), puis celle de Chamosseran (15h30). L’arête herbeuse est facile, esthétique, et offre une vue formidable sur la vallée de l’Isère.

En progressant, l’arête se fait de plus en plus étroite et aérienne, tout en étant parcourue par une trace confortable. Seul un court passage rocheux demande un peu plus d’attention.

Plus loin, la montée vers le mont d’Armènaz est défendue par trois ressauts assez inquiétants vus d’en bas, mais qui finalement se laissent grimper sans trop de difficultés, en mettant parfois un peu les mains. On débouche sur les grandes pelouses qui mènent au mont d’Armènaz (16h15). Dommage que la brume délave le paysage !

Tout ça à redescendre avant de pouvoir remonter au Pécloz ? On s’y met, sommet à 17h. Pause, casse-croûte, panorama...

La descente de l’arête sud-ouest est une belle aventure, à cause de la raideur de la pente et du terrain terreux pas toujours très franc. C’est la partie la plus difficile et la plus exposée de la rando ! Arrivée en bas de la face ouest à 18h30.

Reste le long retour en forêt... Impossible de prendre le raccourci (il est en zone interdite) par les Lozières, ce qui m’a ramené vers les chemins bien bas dans le vallon... Finalement, une grosse demi-heure de marche pour remonter la route jusqu’au parking...

En tenant compte de ce détour, la descente du Pécloz par la voie normale n’est finalement pas vraiment plus longue... Et sûrement plus rapide, car on ne perd pas du temps en précautions dans la face ouest ! C’est l’option à conseiller pour ceux qui n’ont pas encore l’agilité et l’assurance des bouquetins sur les terrains raides.

Dernière modification : 21 février 2013

A propos

Auteur de cette sortie :

Des paysages sauvages, même si il faut marcher loin... Des panoramas grandioses, même si il faut grimper haut... Des couchers de soleil colorés, même si il faut redescendre tard...

Randonnée réalisée le 8 août 2012

Publiée le 21 février 2013

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !