Pointe d’Arcalod (2217m) et pointe de Chaurionde (2173m) en boucle Sortie du 4 juin 2013

Pour la carte et l’itinéraire détaillé, veuillez consulter le topo

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

Le printemps tente son entrée dans les Bauges.

Conditions météo

Assez beau temps, un peu brumeux, et quelques cumulus l’après-midi. Le printemps a presque un mois de retard et il reste encore beaucoup de neige en altitude.

Récit de la sortie

Un hiver qui n’en finit pas... Début juin 2013, les grosses randonnées d’été sont encore en suspens à cause des énormes accumulations de neige au-dessus de 2000m...

A la faveur d’une journée à la météo enfin décente, direction les Bauges pour voir ce qui est faisable par là-bas... Départ à 13h30 du Nant Fourchu direction le col d’Orgeval, montons déjà là-haut on verra après... Malgré l’intense verdure printanière baignant les vallées des Bauges, les alpages plus haut ne sont pas encore verts et de gros névés recouvrent encore les crêtes...

Col d’Orgeval à 15h sous le soleil juste chahuté par quelques cumulus. Grande pause. De visu, l’Arcalod est totalement hors-limites pour encore environ un mois à cause de gros névés épais recouvrant certaines sections entre les falaises. Donc, direction Chaurionde...

Les premières pentes se montent droit dans les vernes pour éviter les névés où mes chaussures "light" montrent leurs limites. Plus haut, après une belle crête enneigée, la pente sommitale relativement déneigée se monte sans difficultés...

Sommet à 17h. Une magnifique vue s’offre à ceux qui ont la patience d’attendre les belles trouées entre les cumulus. Mais le décor a visiblement un mois de retard sur le programme annuel habituel ! Un belle heure à profiter du lieu...

Descente par la crête est, plus longue que par la crête sud, mais permettant de rejoindre au prix d’une petite remontée le sommet du Parc du Mouton, offrant une belle vue plongeante sur la vallée de l’Isère et Albertville. Puis descente par la raide mais jolie arête en direction du col et des chalets du Haut du Four, atteints vers 19h30.

Suivant une signalisation ambigüe, au lieu de redescendre par la tranquille piste comme prévu, je me suis retrouvé sur le sentier traversant en direction du col de la Fougère. Pas grave, on peut aussi passer par là... Cependant, cette descente en forêt, alternant passages raides et sections plates ou même remontant un peu, fut longue et pénible, notamment en raison des sentes étroites et boueuses en terrain déversant demandant de l’attention. Aussi, la traversée de plusieurs ravines barrées par des dépôts d’avalanches furent assez pénibles... Particulièrement la dernière, minée par un torrent sous-jacent qui demandait d’immenses précautions pour être contournée sans risquer de passer au travers d’un pont de neige !

Retour vers 21h après cette belle balade, que les plus ambitieux pourront prolonger par les arêtes entre la Pointe de la Fougère, l’Armenaz et le Pecloz pour réaliser une grande boucle d’envergure sur les crêtes...

Dernière modification : 11 juin 2013

Photos « Pointe d’Arcalod (2217m) et pointe de Chaurionde (2173m) en boucle »

Montée vers Orgeval, face à l’Armenaz et au Pécloz. Regard vers Chaurionde. En direction du col d’Orgeval. Arrivée au chalet d’Orgeval. Derrière le col, le vallon de Saint Ruph, face à la Tournette. Trop de neige pour monter à l’Arcalod. Chaurionde et la Sambuy. Montée dans les vernes pour éviter la neige. Regard arrière vers le col d’Orgeval et l’Arcalod. La crête en direction du sommet. Montée... Depuis le sommet, vue sur Tamié et Albertville. Regard vers la Sambuy. La crête sud et le vallon de Bellevaux. Vue sur l’Arcalod et derrière le Trélod. Descente de la crête ouest. En direction du Parc du Mouton. Vue sur la Belle Etoile et la Dent de Cons. Remontée au Parc du Mouton. Regard arrière vers Chaurionde. Vue sur la vallée de l’Isère. Au sommet du Parc du Mouton. Descente vers le Haut du Four, face au Grand Roc, l’Arnenaz, le Pécloz. Arrivée au col du Haut du Four. Regard arrière vers le Parc du Mouton. Coulée d’avalanche. Coulée minée par le torrent sous-jacent. Derniers rayons sur le Pécloz.