Pointe d’Arcalod (2217m) et pointe de Chaurionde (2173m) en boucle Sortie du 14 octobre 2014

Pour la carte et l’itinéraire détaillé, veuillez consulter le topo

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

Les Bauges en arrière-saison...

Conditions météo

Clair en matinée, se couvrant de nuages élevés puis de moyenne altitude durant l’après-midi. Bruine en soirée.

Récit de la sortie

Le point culminant des Bauges manquait encore à mon tableau de chasse. Après une tentative infructueuse l’année passée pour cause de névés, cette belle journée automnale était l’occasion, alors que les massifs plus élevés risquaient d’être pris dans les nuages l’après-midi...

Départ vers midi du Nant Fourchu... La journée est calme, les couleurs automnales et quelques éclaircies de foehn laissaient transparaitre le soleil au dessus des Bauges... On monte rapidement aux chalets, et au col d’Orgeval... Les tempéatures douces ont bien séché les rochers de la pluie de la nuit, et la suite en direction de la Pointe d’Arcalod se révèle facile et ludique... Quasiment personne sur la montagne, ce qui évite de malencontreuses chutes de pierres...

Sommet vers 14h30. On profite du paysage, puis on part explorer l’arête en direction du sommet nord... C’est ludique et pas trop difficile, mais demi-tour au niveau d’un éperon rocheux à désescalader, trop exposé à mon goût.

15h30, descente sans trop de difficultés... Les nuages élevés masquent maintenant le soleil. Retour au col d’Orgeval, puis remettre la machine en route pour remonter à la Pointe de Chaurionde... A mi-chemin, un troupeau de chèvres occupe la crête. Impossible à contourner, mais le patou qui les surveille ne m’embêtera pas trop...

Sommet vers 17h30. Le ciel est couvert, mais l’atmosphère est transparente, et on contemple la vue... Tout est calme en cette heure tardive... La seule rencontre, incongrue, sera celle d’un patou solitaire qui surgit calmement on ne sait d’où de l’arête nord, s’arrête un petit moment au sommet pour contempler le paysage, puis descend tout aussi calmement par l’arête est...

18h, le soleil se couche dans moins d’une heure, il faut descendre... L’arête sud est tentante, mais je ne connais pas l’itinéraire, et avec la nuit qui arrive, je préfère l’arête est en direction du Haut du Four... Mauvais choix !

Après une descente sans problèmes sur le col de Drizon, le sentier traversant les raides pentes en direction du Haut du Four sera finalement la partie la plus délicate du périple, déversant, boueux et glissant d’autant plus qu’une petite pluie s’était mise à tomber, et sur laquelle mes semelles usées n’accrochaient pas du tout...Et ces raides ravines aux pentes exposées délicates à traverser...

Chalets du Haut du Four à 19h, alors que la nuit tombait... Suivant bêtement les panneaux, je prends le sentier rive gauche du vallon, ce sera la deuxième erreur...

Il faut sortir la frontale dès l’entrée en forêt. Mais si ces frontales à diodes sont increvables, leur lumière blafarde n’offre aucun rendu des couleurs, et il est très difficile de savoir sur quoi on marche... Boue glissante, si ce n’est pas plouf dans une profonde mare de gadoue... C’est boueux et ça glisse tout le long... J’en serai quitte pour deux fois assis dans la boue, augurant d’une grosse session lessive le lendemain...

Le sentier, peu efficace, monte et descend... Quelque bruits de feuilles mortes une dizaine de mètres devant moi... Un chamois, un chevreuil ? Un horrible grognement me fit comprendre que c’était un gros sanglier ! Peut-être même plusieurs... N’ayant rien d’Obélix, demi tour, on s’éloigne, et on joue de la frontale jusqu’à jusqu’à ce que l’intrus s’éloigne suffisamment du sentier...

Suivre une trace en forêt la nuit à la frontale n’est pas évident du tout, et malgré l’expérience, quelques demi-tours seront nécessaires pour rattraper des lacets ratés... Plus bas, quelques ravines à franchir, et la trace érodée dans leurs pentes raides et boueuses, où les branches de vernes serviront de main courante...

Finalement, on rejoint un chemin forestier, puis le goudron... Fin de l’aventure vers 20h30.

Dernière modification : 15 octobre 2014

Photos « Pointe d’Arcalod (2217m) et pointe de Chaurionde (2173m) en boucle »

La route nu Nant Fourchu aux couleurs de l'automne... Montée en forêt... Regard arrière sur le Pécloz et l'Arménaz. Sur l'alpage d'Orgeval, face à l'objectif. En direction du des chalets et du col d'Orgeval... Regard vers la Pointe de Chaurionde. Arrivée aux chalets d'Orgeval. Aux chalets d'Orgeval, face à la Pointe de Chaurionde. En direction de la Pointe d'Arcalod. Regard arrière vers le col d'Orgeval et la Pointe de Chaurionde. Le raide versant à remonter... Vue sur le vallon de Saint Ruph, avec au loin la Tournette et le Charvin. Regard vers les pointes de Chaurionde et de la Sambuy. La faille diagonale, principale difficulté de l'ascension. Regard plongeant sur le chemin de montée... Les dernières pentes... Vue sur le Mont de la Coche, le Pécloz, le vallon d'Arclusaz... Arrivée au sommet. Vue sur le col de Chérel et le Mont Trélod.. Vue sur l'arête en direction du sommet nord. Vue sur le vallon de Saint Ruph, la vallée de Faverges et le massif des Aravis. Vue sur la vallée et le col du Frêne, avec au fond le massif de Chartreuse. Exploration de l'arête nord... Derrière la Pointe de la Sambuy, le Mont Blanc dans les nuages et Tré-la-Tête au soleil... Vue sur le vallon d'Orgeval, avec derrière la vallée de l'Isère. On plonge dans la raide descente... Retour vers le col d'Orgeval... Vue sur le vallon d'Orgeval. Montée vers la Pointe de Chaurionde. Regard arrière vers la Pointe d'Arcalod. Vue sur l'Aup de Seythenex, la Pointe de Velan, le lac d'Annecy... Depuis le sommet, vue sur la Pointe de la Sambuy. Vue sur le Parc du Mouton et la vallée d'Albertville. Vue sur la crête sud, face au Grand Roc, la Pointe de la Fougère, l'Arménaz, le Pécloz... Regard vers Annecy et son lac. Regard arrière vers le sommet, plus impressionant sur ce versant... Descente vers le col de Drizon. Vue sur la crête sud et la vallée du Nant Fourchu, face à l'Arménaz et au Pécloz. Vue sur le vallon de Drizon, face à Belle Etoile et la Dent de Cons. Arrivée au col de Drizon, face au Parc du Mouton. Raide traversée à flanc en direction des chalets du Haut du Four... Ne pas glisser dans la ravine... Le sentier, exposé et glissant... Arrivée aux chalets du Haut du Four avec la nuit...