Tête de l’Estrop (2961m) par les Eaux Chaudes Sortie du 18 novembre 2015

Sortie réalisée le 18 novembre 2015.

ACCÈS et ITINÉRAIRE : Consulter le topo

Un itinéraire de choix sur 2 jours pour une boucle avec 3 sommets.

Conditions météo

Grand beau !

Récit de la sortie

Itinéraire parcouru : La Basse - Pointe 2603 - Les Mées - Refuge - Tête de l’Estrop - descente par la baisse de l’Aiguille

Dernière sortie "estivale" de ce mois de novembre 2015 anticyclonique à souhaits. Après une immersion dans le Dévoluy, je retourne à mes chères études accompagné de Jean-Marie, qui découvre le massif.

Et de quelle manière !!... cette montée par la basse est un chef d’œuvre d’itinéraire sauvage qui suit une pente naturelle et soutenue.

Nous arrivons à "Troumille qui roupille" depuis le temps de nos grands mères, dominant ses petits bois de pins en terrasse. On rêverait de remettre une bâtisse en état pour y passer les vacances de la Toussaint. Mais les mules passeraient-elles pour convoyer le matos ?

Le pas de l’arête et sa corde trempée d’ultras violets ouvrent la porte de l’arête qui réserve des vues et des dimensions fortes à mesure de l’avancée. Nous voyons de très nombreux chamois dans les pentes et sur les crêtes. Il y a trois ans lors de ma première venue c’était déjà le cas.

Du sommet, nous traversons vers les Mées par une arête facile, puis nous trouvons des pentes raisonnables pour une descente pleine de discussions vers le refuge.

Le lendemain, montée à l’Estrop par la classique, qui n’a rien à rendre aux autres itinéraires. Quelle belle pierre que ce grès d’Annot ! Le sommet et les dalles qui le précèdent sont en beauté dans une neige propre.

Pour le retour nous prenons la direction de la baisse de l’Aiguille où le grès est encore plus joli avec ses dalles roses marquées parfois de bénitiers, des barres lacérées de fissures franchissantes où je m’essaye à quelques escalades en grosses.

Arrivés sur une large terrasse, remake miniature des Eaux Tortes, où git un gros matelas style crashpad, nous faisons une petite sieste très confortable. Il s’en faut de peu que nous restions pour la nuit..

Descente par le refuge et la vallée de la Bléone où j’assiste, juste avant le parking des Eaux Chaudes à une prédation de chamois par la meute locale qui nous avait déjà averti de sa présence par quelques cairns biologiques sur le chemin. Impressionnant !!

Un superbe endroit et de superbes itinéraires...
Merci à Jean-Marie Périé pour les photos.

Dernière modification : 22 novembre 2015

Photos « Tête de l’Estrop (2961m) par les Eaux Chaudes »

novembre anticyclonique canyon Malveysse Refuge et nouvel appendice Sur l'arête sous la Tête de l'Estrop sous la Tête de l'Estrop vers la baisse de l'Aiguille Prédation lupus du grès en grosses de la pointe 2603