Grande Séolane (2909m - 2892m) Sortie du 21 juin 2016

Pour la carte et l’itinéraire détaillé, veuillez consulter le topo

Auteurs : , (Avertissements et Droits d'auteur)

Conditions météo

Temps mitigé avec passages brumeux au sommet.
Encore pas mal de neige en ce 21 juin ce qui nous a forcé à mettre nos crampons et à sortir le piolet pour atteindre de haut de la barre rocheuse.

Récit de la sortie

Je contemple la Grande Séolane depuis l’année 2003, où j’ai passé mes premières vacances en Ubaye.

La table d’orientation située au-dessus du cimetière de Jausiers me désignait depuis longtemps cette montagne si particulière qui ressemble à une grosse molaire.

Il était temps d’y monter, et cette ascension n’est pas une mince affaire, surtout en ce mois de juin 2016 assez frisquet et encore marqué par les précipitations abondantes du printemps.

Parti du bas de la station des Agneliers, sur la route du col d’Allos, la montée fastidieuse jusqu’au col des Thuiles ne se révèle pas très intéressante.

Ceci dû aux omniprésentes remontées mécaniques du domaine de Praloup ainsi que les larges pistes creusées à coup de pelleteuses.

Néanmoins, le panorama dans mon "rétro", lors de l’ascension de cette partie de la randonnée avec notamment le Cimet encore bien enneigé , le Grand Cheval de Bois ainsi que le Mont Pelat, me redonne le sourire.

L’arrivée au Col des Thuiles est un soulagement, et la grimpette du ressaut rocheux permettant l’accession à la partie finale et aux 500 derniers mètres de dénivelé, tout en calcaire, me redonne le goût de l’effort.

L’itinéraire allègrement cairné est agréable et cette roche calcaire si blanche, si dure et si adhérente me rappelle avec insistance mes premières excursions dans les calanques de Marseille.

Quel bonheur d’évoluer sur ce genre de terrain !

Les crampons me sont bien utiles pour passer au-dessus de la barre rocheuse enneigée.

La neige assez molle et très présente n’est pas des plus rassurante, mais, un passage assez étroit sur cette barre permet l’accession au plan incliné final menant à la croix sommitale.

Le sommet atteint, pas de chance ! juste à ce moment-là, un gros nuage stagne sur le sommet, et je suis dans l’impossibilité de profiter de la vue promise.

Je reconnais quand même, à travers certaines ouvertures nuageuses bienvenues, la montagne de la Blanche avec Roche Close, le Dos de Chameau et l’Aiguillette, ainsi que la vallée de l’Ubaye et Barcelonnette, c’est un moindre mal !

Dernière modification : 15 septembre 2018