Pointe de la Galise (3343m) Sortie du 6 août 2016

Pour la carte et l’itinéraire détaillé, veuillez consulter le topo

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

Conditions météo

Journée très ensoleillée, température de 5°C au sommet à 10h15.

Récit de la sortie

  • Distance : 14,3km
  • D+ : 1327m

Après nous être croisés par hasard à la Grande Sassière le 08 août 2012, retrouvailles avec Alain qui séjourne en Haute Maurienne. Nous convenons d’une première rando à la Pointe Clavarini le 04 août 2016.

Lors de la descente, nous pausons au bord du splendide lac des Sources Inférieures et pendant une discussion, nous projetons une autre rando pour le surlendemain. Pointe de la Galise ? Ok, benissimo !

Départ du Pont Saint-Charles à 05h30 pour s’assurer de bonnes conditions sur le glacier. Calme absolu pendant la traversée du vallon de Prariond, les marmottes dorment encore tandis que les premiers rayons illuminent les cimes environnantes.

Nous remontons tranquillement le ruisseau du Niolet puis, après son franchissement, arrivons au pied des moraines. Le bon sentier prend fin, il s’agit maintenant de trouver la trace cairnée permettant de remonter le couloir qui nous fait face et rejoindre ainsi le front du glacier.

Seulement voilà, nous ratons quelques cairns et au lieu de suivre la crête d’une moraine bien marquée, nous restons sur sa droite en contrebas, le long du ruisseau provenant du glacier.

Nous nous trouvons alors au pied d’une barre rocheuse de couleur ocre, un peu sceptiques quant à ce cheminement. Nous nous engageons sur une vire dans cette barre rocheuse, quelques traces de pas nous font penser que d’autres sont déjà passés par là. À moins que ce ne soient que des bouquetins ou des chamois !

C’est très raide, croulant au possible et nous comprenons rapidement que la bonne trace doit passer plus en amont. Trop tard, nous sommes déjà bien embarqués et continuons à l’aide des mains pour sortir de ce rude passage.

Au sommet de cette barre rocheuse, un cairn ! La trace passait bien en amont, au pied des imposantes parois rocheuses du Roc de Bassagne. Nous l’emprunterons donc au retour.

Après une montée sur des dalles plus ou moins couvertes de débris morainiques, nous atteignons le front du glacier sur sa rive droite.

Crampons aux pied et encordés, nous traversons cette grande étendue neigeuse qu’est le glacier de Bassagne. Glacier en très bon état sur pente modérée, cela laisse le temps d’apprécier le paysage. Pourtant, ce glacier comporte pas mal de crevasses mais elles sont encore toutes bouchées.

Nous marchons au même rythme, avec Alain en premier de cordée, la corde se tend un peu lorsque je prends des photos. Le vent se lève en amont du glacier, soufflant la poudre tombée récemment.

Quelques pas sur la glace vive sous le sommet puis nous trouvons dans le pierrier, la trace qui mène au cairn sommital de la Pointe de la Galise.

De nombreux sommets sont visibles (Vanoise, Mont Blanc, Gran Paradiso, Valais), la vue plongeante sur l’abrupt versant italien (Valle dell’Orco) et le lago Serru est vraiment extra.

Après une petite collation, nous entamons la descente avec une allure proche de celle d’un escargot. La neige est encore ferme, nous apprécions ce glacier tranquille et faisons même un crochet par le col sans nom qui donne sur le Val di Rhêmes.

De retour sur le front du glacier, nous nous débarrassons de nos équipements et continuons par un peu de glisse sur les névés.

Cette fois, nous suivons la trace cairnée qui passe en amont de la barre rocheuse de couleur ocre. Effectivement, c’est beaucoup plus simple et confortable par là ! Il en restera une bonne anecdote pour cette randonnée, quant à la lecture du terrain, nous en apprenons encore à chaque sortie en montagne.

Dernière modification : 14 août 2016