Ouille de Gontière (3181m) - Arête Nord et traversée du col de Gontière Sortie du 1er septembre 2016

Sortie réalisée le 1er septembre 2016.

ACCÈS et ITINÉRAIRE : Consulter le topo

Un sommet que je n'avais pas encore gravi sur ce secteur de la Haute Maurienne. Itinéraire réalisé en sens inverse, en commençant par un tour des lacs Noir et Blanc situés près du refuge du Carro.

Conditions météo

Journée très ensoleillée avec quelques cumulus de beau temps. Température de 9°C au sommet à 12h15.

Récit de la sortie

Plusieurs randonnées m’ont mené aux abords de l’Ouille de Gontière mais jamais au sommet. Cette fois, j’y vais !

M’attarder un peu aux lacs Noir et Blanc me tente bien, je décide alors de réaliser cette randonnée en sens inverse pour apprécier les lacs avec la luminosité et le calme du matin.

Bel endroit, avec ces 2 lacs aux couleurs différentes et séparés d’une vieille moraine végétalisée. Le turquoise du lac Blanc vient du fait qu’il est alimenté par le glacier de Derrière les Lacs, ses eaux contiennent de la farine de roche (abrasion glaciaire) en suspension qui réfléchit une certaine longueur d’onde sur le spectre de la lumière.

Après ce petit tour, je prends le sentier qui mène au Col du Carro. Vers l’altitude 2820m, je le quitte en virant à gauche dans un couloir bien marqué.

L’orientation est ici assez simple, cap au nord-ouest jusqu’au Col de Gontière, en restant à peu près dans l’axe de la Grande Aiguille Rousse.

Sur le replat de l’altitude 2900m, je me trouve au pied d’une large moraine terminale qui semble bien raide. Au loin en amont, une petite harde de chamois m’a repéré. Je pause un peu et les laisse traverser en direction du versant est de l’Ouille de Gontière, afin de ne pas les effrayer. Ils déambulent tranquillement et prennent leur temps.

J’attaque ensuite la moraine, assez croulante comme prévu. Cette moraine présente un petit sillon creusé par les eaux de fonte, je décide alors de continuer par cette voie. Rochers stables et bien calés, tout est OK.

Un dernier pierrier (gros blocs) à franchir et me voilà au Col de Gontière. Pour la traversée de l’arête, je chemine comme décrit dans le topo. Plus ou moins sur le fil, avec des passages en contrebas (versant ouest), j’en profite pour effectuer quelques repérages pour le retour.

Final tranquille pour accéder à la large croupe sommitale de l’Ouille de Gontière. Nouveau sommet, nouveau point de vue sur les cimes de la Haute Maurienne.

Pour revenir au col, je choisis de rester sur le fil de l’arête, de bout en bout. Ça passe partout, sauf le gendarme qu’il faut bien contourner. En approche de ce dernier, j’aperçois une sente sur son versant est. Au pied du gendarme, elle descend raide et continue ensuite à flanc. Là encore, ça passe bien mais c’est vertigineux.

Gypaète en vue ! Comme à chaque fois, il effectue un "low pass" puis s’élève progressivement dans un mouvement circulaire, avant de disparaître. Toujours un grand moment.

Encore trop courte ! J’étais bien sur cette arête, face aux parois rocheuses de la Grande Aiguille Rousse et de la Cime du Carro.

Du col, descente vers le lac coté 2956m (lac de Gontière) pour en faire le tour. En voyant les barres rocheuses qui défendent la face sud des Aiguilles Rousses, je repense à la rando effectuée vers ces sommets avec Alain, un peu plus de 3 semaines auparavant.

Je sais maintenant le passage dans ces barres rocheuses ! Et la corniche du col 3368m est toujours là, certainement moins épaisse.

Il fait chaud lors du retour à l’Écot, pas ou peu de vent. Le rafraîchissement au ruisseau du Montet n’ayant pas suffi, me vient alors l’idée de faire une halte au pont de la Lama (1 kilomètre en aval du pont Saint-Clair) pour faire trempette dans l’Arc, au bord d’une petite cascade.

C’était vraiment une bonne idée.

Dernière modification : 15 septembre 2016