Topo de référence

Pour découvrir la carte, l’itinéraire et les infos détaillées, veuillez consulter le topo de référence

Conditions météo

Clair le matin, gros nuages dès 11h

Récit de la sortie

Cela faisait près d’un an que je nourrissais l’envie de monter rendre visite à ce coin de Belledonne que je ne connaissais pas encore. Le topo d’Aude sur le Lac de l’Âne a été le déclencheur, et c’est la sortie récente de Valverco qui a rappelé cette destination à mon bon souvenir. En ce premier samedi d’automne, décision est donc prise de monter au Pic de l’Agnelin. Ou tout du moins tenter de le faire, car le sommet semble, en tout cas sur papier, difficile d’accès. Après tout, peu importe, c’est bien le cheminement par le lac de l’Âne et l’espoir de croiser nombre d’animaux dans ce coin sauvage qui m’intéressent.

Parti à 8h, je presse le pas afin d’atteindre rapidement la Bergerie située près du ruisseau de l’âne, ou je reçois en même temps la chaleur du soleil matinal et la sympathique vision d’un couple de bouquetins qui, visiblement dérangé par ma présence, ne tarde pas à prendre congés. Je prends le temps d’arpenter les pentes herbeuses qui bordent la cabane, dérangeant un lagopède, et contemple sans grande envie le raide couloir, encore dans l’ombre, qu’il va falloir remonter pour accéder au Lac de l’Âne. Une fois dans ce couloir, néanmoins, l’ascension s’effectue sans trop de difficultés, et sous le regard d’un bouquetin siffleur. J’interprète son œil placide comme regard de dédain : "ça va, tu ne transpires pas trop ?"

Arrivé au replat, je tombe sur les camarades de mon bouquetin, ils sont une demi-douzaine, majoritairement des jeunes, à profiter des dernières chaleurs. Je tente de me faire discret, mais après quelques minutes d’observations, le petit troupeau s’en va voir ailleurs si l’herbe est plus grasse. Quelques centaines de mètres à travers les pentes herbeuses, et voici que j’arrive enfin au Lac de l’Âne, splendide dans la lumière du matin. L’écrin rocheux dans lequel il se trouve rompt avec le caractère plus débonnaire de la première partie de la randonnée.

Pour atteindre le Col de l’Agnelin, il faut en effet naviguer au mieux entre les éboulis, guidé par quelques cairns, dans une ambiance qui me rappelle l’ascension finale du Lac des Quirlies tout proche (à vol d’oiseau) effectuée quelques années plus tôt. Au Col, la vue sur le Lac du Cos et le Pic de la Belle Étoile et saisissante. Je prends la direction du Pic, en prenant pied sur une crête raide et trop instable à mon goût. Je chemine ainsi quelques dizaines de mètres, mais l’ascension est dangereuse, et je ne parviens pas à me sentir en sécurité. Je préfère donc rebrousser chemin pour me "contenter" du Col et arpenter plus longuement le cirque minéral qui entoure le Lac de l’Âne. Tant pis pour le sommet.

J’arrive au Lac au moment où les nuages, déjà très présents (quasiment aucune vue sur le Pic de l’Etendard et les Grandes Rousses ce jour), englobent le Pic de l’Agnelin et rendent l’ambiance un peu plus automnal. La descente, dans les belles pentes herbeuses de la Combe d’Olle, clôt parfaitement cette randonnée qui s’achève sous quelques gouttes de pluie. L’automne commence bien !

Dernière modification : 24 septembre 2016

A propos

Auteur de cette sortie :

Installé depuis 2009 en Chartreuse, je ne me lasse de ces découvertes montagnardes qui éblouissent les yeux et remplissent l'âme.

Randonnée réalisée le 24 septembre 2016

Publiée le 24 septembre 2016

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !