Croix du Nivolet (1547m), Fissure des Lutins

  • Difficulté Alpinisme AD
  • Dénivelé 900m
  • Durée 1 jour
Localiser le sommet

Avertissements et Droits d'auteur

Petite escalade , dans la grande et profonde faille de la face Ouest du Mont du Nivolet, qui domine Chambéry. Etonnante faille/canyon qui sort au sommet par un énorme trou béant !

Accès

De Chambéry, prendre la D 912 jusqu’à Saint-Jean-d’Arvey. Au centre du village de St-Jean-d’Arvey, prendre à gauche la petite route qui dessert le hameau de Lovettaz. (panneau)

Itinéraire

Carte  : IGN TOP 25 3332OT

DIFFICULTE

Escalade peu difficile : AD inf, passage 4c protégé par une corde fixe au départ, nombreux pas de 3c faciles et protégés.

A EVITER EN CONDITIONS HUMIDES.

ITINERAIRE

Depuis Lovettaz, prendre le sentier de la Croix du Nivolet par le Pas de l’Echelle.

Laisser à droite, à la cote 980m, le sentier de la grotte à Carret/Col de la Doriaz.

Passer à l’alpage du Nivolet, 1040m, attention troupeau de chèvres et Patou !

Monter jusqu’au sapin isolé, à la cote 1288m (les Grands Prés), et suivre le sentier du Pas de l’Echelle jusqu’à l’orée de la forêt.
De là partir en ascendance à gauche, dans une raide forêt touffue et un pierrier/éboulis jusqu’à venir buter contre la paroi sommitale de la Croix du Nivolet (1400m).

On passe sous un pilier où on voit de manière évidente, un gros anneau noir avec une sangle.

Continuer 15m à droite, au pied d’une fissure-cheminée (on voit 3 points), 2h-2h30 depuis Lovettaz.

  • Tirer une longueur de 25m dans cette cheminée ouverte, 3 points, corde fixe pour le rétablissement (passage 4b/4c), relais 5m au dessus, R1.
  • Monter 15m dans une sorte de dièdre, 4b 2 points, qui amène à l’entrée de la fissure proprement dite, nom écrit à la peinture rouge Fissure des Lutins, R2 à l’entrée de la fissure.
  • Pénétrer dans cette fissure/canyon, 2m de large, plan incliné raide en éboulis ou terre, attention aux chutes de pierre, la remonter sur 50m environs pour venir buter conter un verrou, corde fixe 5m/4b athlétique, un pont contre la paroi de gauche à "mi longueur".
  • Poursuivre jusqu’à venir buter contre un autre ressaut, 10m/3c/2points, qui amène à l’ouverture géante de la sortie.
  • Une petite longueur de 20m, dans un bon calcaire, amène sur le plateau sommital, 2 points/3c, à gauche de la croix, à l’air libre. 2h depuis l’attaque.

On atteint la croix (et la foule) en 5m.

Descente

Par le Pas de l’Echelle

Prendre une sente bien marqué à droite (après la sortie de la fissure) et venir près de la falaise pour trouver la cheminée du Pas de l’Echelle.

Descendre cette cheminée, (échelles et câbles), et suivre un bon sentier au bas de la falaise Sud du Nivolet qui ramène aux Grands Prés et Lovettaz. 1h-1h30 depuis le sommet.

L’ASCENSION

J’avais fait cette escalade en Mai 1986, et j’avais gardé en tête le souvenir d’une ballade ludique et peu commune. Bien longtemps après avec Jérôme, nous décidons d’y retourner, pour voir...

Une montée de plus aux "Grands Prés", combien de fois ne l’ai je pas faite celle ci ? Mais elle est belle et le paysage ne me déçoit jamais.

C’est suant et transpirant, que nous faisons une sieste sous le grand sapin que je vois de ma maison, dans une chaleur et touffeur d’une chaude fin d’été. Les cumulus se développent sur la Chaîne de Belledonne, espérons que l’orage attendra.

Nous remontons le raide alpage, et entrons dans une forêt dense, où le sol est un éboulis de fins cailloux instables. Je n’ai pas souvenir de l’endroit où se trouve le départ de la voie, mais je tombe soudain juste sous l’anneau noir caractéristique. Nous longeons donc la falaise sur 15m à droite et trouvons le départ.

C’est herbeux, dirons-nous ce départ ! Nous prenons un peu le frais à l’ombre, puis j’attaque la première longueur, je trouve les points (spit et piton) quand j’arrive dessus tellement ils se confondent avec le calcaire gris.

La première longueur est raide, mais sympa, la sortie est athlétique (faut pas s’en mettre une !), mais une corde fixe aide au rétablissement (je me souvenais d’un pas "chaud", mais il n’y avait pas cette corde en 1986 !) Relais sur sangle 5m au-dessus, le nom de la voie y est peint en rouge.

La deuxième longueur est du même type et se termine par l’entrée dans le canyon par un pas raide et physique mais pas dur.

Après....C’est la mauvaise surprise, sur 10m c’est une forêt d’orties "géantes" qui gardent le départ dans la fissure. J’arrache tout pour pouvoir m’y engager, j’aurais des démangeaisons pendant toute la semaine !

Ensuite, nous remontons le canyon, c’est raide, soit en éboulis instables, soit en terre (1 point sur l’une des paroi pour se protéger) et on se bloque contre un ressaut un peu déversant et bien humide. Un gros tire-bras sur la corde fixe, han ! han ! Et ça passe.

Rebelote pour la suite, nouveau ressaut mais facile celui-ci, et puis le joli pas de15/20m à la sortie de cette fissure/canyon/grotte/cheminée et je ne sais quoi encore.

A la sortie nous faisons le spectacle auprès des promeneurs et randonneurs, tout arnachés que nous sommes au dernier relais !

Sortie au sommet dans la foule où nous ne trainons pas, même si l’odeur des merguez nous met en appétit !

Descente rapide par le Pas de l’Echelle et re-sieste sous mon gros sapin, et puis retour tranquille, sans forcer jusqu’à Lovettaz en prenant le temps de chercher les biquettes de l’alpage du Nivolet.

Nous arriverons à la voiture aux premières gouttes d’un orage qui claque fort la haut.

Nous avons adoré, c’était marrant comme escalade !

Dernière modification : 17 juin 2014

En photos Les vignettes seront mises à jour peu à peu. – Explications

Sotrie de L1 broussailleuse Ca y est nous y sommes ! La fissure des Lutins... Entrée dans la faille. Remontée de la faille. Sortie de la faille au grand jour, un pas sympa d’escalade, peut-être le meilleur Vue classique sur le lac du Bourget. Vue sur le versant Sud et Lovettaz. Vue classique, mais belle sur le Nivolet. Les biquettes de l’alpage du Nivolet

Piqué à la montagne depuis l'age de 6 ans après avoir atteint peniblement le mont joli et je suis tombé amoureux du mont blanc. Ce jour la je me suis dit qu'un jour j'irais là haut. Il y a bien longtemps que j'y suis allé au sommet du Mont blanc, et la passion de l'alpi, la rando et ski de rando ne m'a toujours pas laché ! Et que ça dure longtemps encore (...)

Topo publié le 12 novembre 2011