Grand Ferrand (2758m) et Petit Ferrand (2724m) par la voie des tunnels, en boucle par la vire Olympique

Difficulté :
Difficile
Dénivelé :
1750m
Durée :
1 jour

Un cheminement subtil franchit des pentes escarpées, se faufile dans les entrailles de la montagne, sillonne crêtes et vires insolites. Par son caractère sauvage et sa démesure, ce parcours offre une alternative de toute beauté à la voie normale du Grand Ferrand. – Auteur :

Accès

  • De Veynes ou de Gap, prendre la D.937 en direction du Dévoluy et de la Joue du Loup. Passer le col du Festre. Un peu plus loin on rencontre un carrefour, un panneau indicateur donne la direction d’Agnières-en-Dévoluy. Suivre la route jusqu’au hameau "Le Grand Villard".
  • En venant de la Mure, prendre la N.85 jusqu’à Corps puis la D.537 en direction de Saint-Disdier. Continuer par la D.937 jusqu’au hameau "Le Grand Villard".

Bien que la piste en terre reste carrossable un peu plus haut, il est préférable de se garer 250m après la sortie du hameau "Le Grand Villard".

Précisions sur la difficulté

Pour montagnards aguerris à la pratique de la montagne en terrain d’aventure. Itinéraire sauvage parfois exposé.

Casque obligatoire

Les infos essentielles

  • Carte : TOP25 3337 OT Dévoluy Obiou - Pic de Bure
  • Altitude de départ : 1240m
  • Dénivelée cumulée  :
    • Pas la Cloche (2370m) D+ : 1150m
    • Sommet du Grand Ferrand (2758m) D+ : 1590m
    • Sommet du Petit Ferrand (2724m) D+ : 1630m
    • Dénivelée totale cumulée : environ 1750m
  • Distance du parcours : environ 16km
  • Balisage : aucun hormis sur la voie normale du Grand Ferrand
  • Date de sortie : octobre 2014

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Autres variantes de départ possibles :

Vers le tunnel de la Cloche

Suivre un chemin sur presque deux kilomètres. Il mène à une cabane pastorale et sa zone de pâture (1515m).

Plus haut, on découvre de vastes étendues herbeuses constellées de tas de cailloux. Poursuivre la traversée ascendante en direction de la Barre des Fontaines (ouest).
Quelques pentes raides plus rocailleuses viennent rompre la régularité de la progression.

Atteindre le pied d’un magnifique vallon évasé. S’élever sur un terrain mamelonné en direction de la Baume Fromagère.

Quitter le Vallon du Grand Villard par son versant ouest (1980m). Un passage permet de franchir l’escarpement rocheux. Grimper en direction de l’échancrure puis basculer sur le Vallon Girier.

Vers 2130m, plusieurs gouffres béants attirent l’attention. Il faut dire que le secteur est riche en curiosités géologiques. Dolines, chourums, arches et tunnels se disputent la vedette.

Continuer nord nord-ouest en traversant quelques bosses et replats chichement végétalisés. L’itinéraire s’infléchit au nord en prenant la direction du col de "Pas la Cloche".
Suivre un ravin sur son flanc droit, puis gagner une pente herbeuse afin d’accéder au Col (2370m).

  • Il serait dommage d’esquiver le col. Ce petit supplément d’effort, c’est la promesse d’une vue exceptionnelle !

Poursuivre au sud-ouest en frôlant la grande barre rocheuse qui se présente. Celle-ci domine une jupe d’éboulis qui se franchit en dévers.

Emprunter une sente inespérée, d’abord en descente, puis remontant à l’approche d’une barre rocheuse.

Je rechigne à escalader les premiers ressauts en cherchant une voie de contournement. C’est ainsi que je découvre une baume (2350m). Visible de loin, elle peut servir de repère.

Cette fois, plus question de tergiverser !
Escalader un éboulis pentu. Juste après, l’accès au tunnel est défendu par une pente plutôt raide. Partir en zigzag de droite à gauche.
Traverser une vire étroite puis des gradins herbeux redressés.

Atteindre la terrasse qui devance l’entrée du tunnel de la Cloche.

L’instant spéléo... magique !

La galerie part sur la gauche en se faufilant dans les entrailles de la montagne. Le tunnel atteint un petit mur qui vous propulse vers la sortie (II).

Ce trou de souris débouche au beau milieu de gradins herbeux. Grimper en direction d’une vire se situant une trentaine de mètres plus haut (raide). Atteindre un replat en contrebas du sommet.

À mesure que je grimpais, la montagne se dépouillait de son manteau végétal. Sur l’escarpement, des îlots de verdure s’accrochaient encore au relief... agréable et inattendu !
Avant d’affronter l’implacable rudesse de la pierraille, je profite de l’aubaine pour une pause bucolique !

A l’assaut du Grand Ferrand

Je ne peux m’empêcher de scruter l’itinéraire de retour, de jauger les difficultés à venir. Cette vire Olympique en impose et l’emphase de son nom me paraît justifiée.

Progresser sur le fil d’une crête qui s’étend jusqu’au pied du Grand Ferrand. En atteignant l’épaulement, laisser à main droite l’itinéraire de retour (vire Olympique).

Il ne me reste plus qu’à rejoindre le sommet. Voir le topo d’Alain pour la description totale de la voie normale du Grand Ferrand.

J’aperçois un cairn, la voie n’est pas loin !
S’élever dans un grand pierrier à la recherche d’une trace viable... un trait de peinture rouge, c’est bon !

Description d’Alain pour cette partie commune :

"Rejoindre une arête par des gradins d’éboulis, remonter celle-ci par des passages rocheux en II, parfois aériens, parfois exposés (on passe à côté d’un tunnel vertical).
Après un dernier mur rocheux, la fin de l’ascension est plus facile."

Me voici à nouveau au sommet du Grand Ferrand, 19 ans après ma première ascension par la voie normale...un peu ému.

Vers le Petit Ferrand

C’est parti, plein nord vers le Petit Ferrand !

Dégringoler dans l’austère face nord-ouest. Le premier ressaut est raide mais pourvu de bonnes prises (II). Descendre à l’aplomb d’un tunnel que l’on ne tarde pas à traverser.

  • Sur la droite, il est possible de rejoindre les "arches interferrantes" (délicat).

Sinon, continuer en contournant par la gauche une muraille rocheuse. Poursuivre en traversant une vire un peu exposée. S’ensuit une courte grimpette puis le sommet du Petit Ferrand.

Probablement la plus belle vue du Dévoluy !

Retour par le même itinéraire (jusqu’à l’épaulement précité).

La vire Olympique

Coincée entre les contreforts inhospitaliers du Grand Ferrand et le rebord vertigineux de la vire Olympique, une trace ténue fait mine de traverser le dévers minéral. J’accorde une confiance relative à ce sillon que je finis par quitter pour l’option "pente rapide".

Je me rapproche peu à peu du précipice, près de l’étroite esplanade de verdure accrochée comme un balcon au dessus de l’abîme.

Poursuivre vers un gouffre aux proportions surréalistes !
S’approcher de l’antre du chourum Olympique en le contournant par le bas.

Pour rejoindre rapidement les profondeurs d’où l’on arrive, descendre la grande pente d’éboulis tout au bout de la vire !

Le couloir se resserre. Attention à bien négocier un ressaut plus délicat. Lorsqu’il s’élargit à nouveau, on se laisse emporter par son élan en dévalant le tapis roulant pierreux...

Atteindre le fond du Vallon "Goutourier" puis rejoindre le Vallon du Grand Villard... encore grisé par la beauté de cet itinéraire somptueux.

Vidéo réalisée par un autre passionné de montagnes sauvages : Mick1018

Dernière modification : 2 septembre 2018
Grand Ferrand (2758m) par la voie normale

A propos

Auteur de ce topo :

Marcher en montagne : "je suis bien là, où je me dois d'être. C'était la question cruciale de la vie. La plus simple et la plus négligée." Sylvain Tesson

Topo publié le 3 novembre 2014

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Afficher les commentaires précédents (25).
  • par Le 5 novembre 2014 à 09h50

    Salut Michel,

    La photo 31 montre bien le caractère exposé de ce parcours. Bravo pour toutes ces belles photos qui me font parfois avoir le vertige juste derrière mon PC.

  • par Le 5 novembre 2014 à 16h48

    Salut Michel - Fabien.

    Tout le monde n’étant pas nécessairement versé dans le gaélique, plus précisément l’erse (ancien écossais - existe aussi la variante irlandaise), ci-dessous la traduction du libellé de la photo 32 "Cuiridh mi clach air do chàrn" :

    J’ajouterai une pierre à ton cairn (I will put a stone on your cairn)

    Il est parfois interdit de construire ou compléter des cairns (logo spécifique). Un exemple islandais :
    http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Don%27t_make_cairn.jpg?uselang=fr

  • par Le 5 novembre 2014 à 22h48

    Salut Fabien,
    J’espère que cela te donnera envie d’y faire un tour ! (si ce n’est déjà le cas :)
    Hereme,
    Oui, l’Écosse est un pays que j’apprécie beaucoup(pour l’avoir parcouru).
    Il m’arrive parfois d’ajouter un caillou sur la petite montagne des hommes...

  • par Le 6 novembre 2014 à 10h36

    Bonjour,
    Parcours impressionnant et photos à la hauteur, question : ce parcours d’entrailles est une spécificité du Grand Ferrand ou on le retrouve dans d’autres sommets du Dévoluy ? Dans mon coin ça arrive dans les lapiaz sans cette envergure et ça reste essentiellement souterrain.

  • par Le 6 novembre 2014 à 11h12

    Salut Galipette,
    Pour l’anecdote, j’avais prévu de faire ce parcours la veille en explorant au passage toutes les arches chourums et autres curiosités du secteur. Je suis donc passé par le versant où se trouve le Chourum des Adroits (qui traverse aussi la montagne). Mais j’ai découverts tellement de choses, sur des itinéraires souvent délicats et insolites, que j’ai laissé filer l’heure. Plus possible de poursuivre car la nuit tombe assez tôt à cette saison. OUI, il y a encore bien d’autres exemples dans ce massif dont l’un traverse une grotte monumentale ! (que j’ai fais la veille)...

  • par Le 6 novembre 2014 à 12h10

    Bonjour Joëlle,
    On trouve d’autres tunnels en Dévoluy (Au Rocher de la orne par ex.) mais c’est au Grand Ferrand et dans ses soubassements (canyon des Adroits) que la concentration est exceptionnelle. Cette montagne est un vrai gruyère.
    Pour rêver (je crois que michel ira en fin d’hiver prochain si les conditions le permettent :
    http://emmanuel.lefolgoc.free.fr/Monsite/HTML/photoski_2009_10_23.htm

  • par Le 6 novembre 2014 à 12h37

    Merci pour les infos et peut être un rêve hivernal à nous faire partager...

  • par Le 6 novembre 2014 à 16h33

    Attention car le sortie du Chourum Olympique ne peut se faire (en sécurité) que sous certaines conditions. Ces belles images, (spot moderne de ski extrême), ne doivent pas nous faire oublier que le secteur est avalancheux (2 skieurs pris l’année dernière par une coulée).
    Pour la grotte dans le secteur de la Corne, je l’ai exploré cette année, j’en ferais peut-être le topo.

  • par Dyn'sLe 26 novembre 2014 à 05h11

    Encore un topo extraordinaire, bravo !
    Je serais dans le Dévoluy cet hiver, et j’aurais certainement besoin de tes précieux conseils.

  • par Le 26 novembre 2014 à 12h26

    Salut Dyn’s,
    Merci ! Tu peux me contacter sur ma page d’accueil (contacter l’Auteur)
    A bientôt...

  • par Stéphane GirardLe 26 septembre 2015 à 18h40

    Très beau parcours effectué aujourd’hui (26/09/15). Juste une petite variante j’ai fait l’AR au petit Ferrand en passant sur les arches. La neige récente encombrait un peu trop les vires de la face nord à mon gout.
    En tout cas topo impeccable et précis !

  • par Le 26 septembre 2015 à 21h51

    Bravo Stéphane pour l’ascension.

  • par Le 28 septembre 2015 à 19h20

    En effet, la descente par la face nord ne peut se faire qu’en bonne condition.
    Merci pour le retour Stéphane.

  • par Le 15 octobre 2016 à 23h03

    Superbe ! J’ai fait l’Obiou récemment et j’ai trouvé le Dévoluy vraiment magnifique, mon prochain objectif dans ce massif c’est le Grand Ferrand et ton itinéraire fait vraiment envie.

  • par Le 16 octobre 2016 à 13h44

    Bonjour Colin69,
    C’est pour moi le plus bel itinéraire du secteur :)
    Très sauvage mais plus engagé que la traditionnelle voie normale.
    J’attends toujours une sortie publiée sur ce topo !

  • par Le 5 juin 2017 à 17h37

    C’est un de mes objectifs principal. Pour cet été, j’attend juste que l’itinéraire soit sec. Tu l’auras ta première sortie ;)

  • par Le 6 juin 2017 à 20h43

    Oui, pour certains passages, c’est plus sage d’attendre qu’ils soient secs !
    Puisque tu sembles aussi apprécier les citations, l’une d’entre elles me vient à l’esprit concernant ce parcours d’exception :
    "Tous les hommes pensent que le bonheur se trouve au sommet de la montagne alors qu’il réside dans la façon de la gravir"

  • par Le 6 juin 2017 à 20h48

    yes ! ta sortie a été faite la semaine dernière (vue sur page de montagne facebook, c’était ton topo en lien). La personne m’a dit que tout passe (neige a proximité), vire olympique sèche.
    Je fais ce we peut être du coup

  • par Le 25 juin 2017 à 14h09

    Effectivement tout passe bien ! Sortie réalisée hier avec variantes par le canyon et le chourum des Adroits, et descente par la voie normale. J’enchaînerai la vire Olympique une autre fois avec la crête de l’Etoile...

  • par Le 13 août 2017 à 20h56

    J’ai suivi ton topo à la lettre. Super boulot, c’est très précis, merci ! Par contre j’ai mesuré 17,5 km avec mon GPS (j’ai vérifié, il marche au mètre près ...). Le dénivelé 1730m D+ j’ai mesuré donc c’est nikel.
    On est descendu aux arches interférrantes. Tout est grandiose... La "rando" la plus engagée que j’ai réalisée et de loin. Bordel cette vire de loin elle ne fait pas envie !
    La sortie dans quelques jours... demain c’est Pic d’Asti =)

  • par Le 14 août 2017 à 19h45

    Merci pour le retour...
    Dans le Dévoluy, mes topos classés "difficiles" sont souvent engagés.
    Ce sont des itinéraires en "terrain d’aventure" que d’aucuns qualifient de "Wilderness",
    Un anglicisme plus facile à appréhender qu’à traduire :)

  • par Le 16 août 2017 à 21h39

    En descendant aux Arches, il y avait une corde fixe en place qui descendait dans le gouffre. Ne sachant pas à quoi m’attendre et pas d’équipement pour m’aider en cas où, je n’ai pas chercher à descendre.
    Je viens de voir une vidéo, il est bien possible de monter par là (et surement d’y descendre) pour rejoindre le Grand Ferrand depuis la vire Olympique à proximité du Chourum. Une belle variante à faire pour le suivant si il est assez "fou" ;)

  • par Le 16 août 2017 à 22h49

    Hello Mick,
    Le gérant du camping de la Faurie m’avait parlé d’un itinéraire pratiqué en hiver et qui consiste à remonter le Chourum Olympique, remonter la vire Olympique et traverser le tunnel pour aboutir aux arches.
    J’ai vu passer un topo estival de B. Mazas où il arrivait sur la vire Olympique après avoir gravi la Crêt de l’Etoile et enchaînait avec le tunnel.
    https://www.bivouak.net/photos/f/Flash_back_sur_le_chourum_Olympique_7996.jpg

  • par Le 16 août 2017 à 22h54

    Oui Alain, j’avais déjà entendu parlé de ça. Le Chourum n’est d’ailleurs praticable que l’hiver il me semble. Il y a eu l’’hiver dernier une manche de compétition de ski alpinisme sur ce parcours !

  • par Le 16 août 2017 à 22h55
  • par Le 16 août 2017 à 23h17

    Merci pour l’article.

  • par Le 17 août 2017 à 18h12

    Pour la partie inférieure du chourum, et comme je l’ai écrit plus haut, il faut le faire en neige de printemps. Le couloir de sortie affiche un bon 50° et assez périlleux sans neige. La fenêtre est assez étroite pour trouver de bonnes conditions. Pour le couloir supérieur (arches interferrantes), c’est faisable sans neige bien que ce soit plus intéressant de le faire avec... L’idéal étant bien sûr d’enchaîner les deux.
    Reste à redescendre du sommet par la voie normale. Avec la neige, cela exige des compétences alpines sûres !

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !