Grotte de Bange (692m)

Difficulté :
Moyen
Dénivelé :
200m
Durée :
demi-journée

Entre Savoie et Haute-Savoie dans le massif des Bauges, à la découverte d'une grotte ou l'itinéraire est aisé jusqu'au plan d'eau souterrain appelé "lac des Touristes". – Auteur :

Accès

Entre Annecy et Aix-les-Bains prendre la direction de Cusy puis de Lescheraines. Le point de départ non indiqué se situe au lieu-dit "Chez Martinod". A la sortie du hameau (direction Lescheraines), il faut trouver le chemin des Grottes. Cette petite route se transforme ensuite en un sentier.

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Présentation de la randonnée :

Nul besoin d’être spéléologue pour visiter cette grotte. De bonnes chaussures (le sol est glissant), des vêtements chauds et surtout un bon éclairage suffisent.

Le cheminement à l’intérieur de la grotte est environ de 600m aller-retour.

Un passage a même été creusé dans la roche afin de faciliter la progression.

Cette randonnée à la demi-journée peut très bien se combiner avec une visite des Tours Saint-jacques qui se situent seulement à quelques kilomètres.

Renseignements pratiques :

  • Carte : 3432 OT Massif des Bauges.
  • Durée approximative : 30mn d’approche, 45mn dans la grotte pour accéder au lac.
  • Dénivelé : environ 200m au total.
  • Difficulté : le sol est très glissant à certains endroits car très humide. Pour sortir par le deuxième accès il faut ramper et se contorsionner dans un tout petit espace.
  • Matériel : lampe puissante, bonnes chaussures, vêtements chauds.
  • Période : à éviter par temps de pluie ou d’orage.

Description de l’itinéraire :

De "Chez Martinod" continuer sur la petite route qui se transforme en sentier. On arrive à une intersection avec le sentier du tour des Bauges. Continuer en tournant à droite. Vers 680m quitter le sentier principal pour prendre celui à gauche qui grimpe vers la falaise et débouche sur le porche principal de la grotte.

Un tunnel en pente, spacieux s’enfonce dans la grotte. Le chemin se resserre ensuite et passe dans une tranchée artificielle d’un mètre de hauteur. Celle-ci a été creusé au 19e siècle pour permettre à la reine de Hollande Wilhelmine alors en cure à Aix les Bains, de venir s’y promener.

Après une petite descente à l’aide d’une échelle, on arrive à - 6om dans la dernière salle, là ou se trouve le lac. Après c’est le domaine réservé des spéléologues.

Le retour s’effectue par le même itinéraire avec une petite variante possible. Il est possible de revenir par l’entrée annexe en empruntant un boyau très étroit au niveau de la cascade de travertin. Il faudra ramper sur quelques mètres ( c’est vraiment étroit). Sortir de la grotte et longer la paroi pour revenir à l’entrée principale.

Dernière modification : 16 mai 2018
Les Tours St-Jacques (900m) en aller-retour par Saint-Jacques

A propos

Auteur de ce topo :

Topo publié le 8 janvier 2014

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

  • par Le 28 janvier 2014 à 16h30
    • La grotte de Bange en 1824.
      Extrait du "Guide du voyageur en Suisse", page 48 sqq, par Richard (pseudonyme, i.e. Jean Marie Vincent Audin.) - Ingénieur Géographe - Librairies Audin-U.Canel - Paris - 1824
      Orthographe originale.

    Les environs du Mont-Blanc renferment beaucoup de grottes remarquables, surtout dans les environs de Chambéry et d’Annecy. La montagne de Margériat offre plusieurs cavernes en forme de puits,, où il y a même l’été des blocs de glace. On vante, dans le pays, la Maladière, grotte située sur les bords du Rhône ; mais on parle davantage de la grotte de Bange, dans la commune d’Alève.
    A la sortie de la montagne des Bauges, on traverse, sur le pont de Bange, une gorge étroite, où coule le torrent de Chéran, qui se réunit au Fier. Lorsqu’on est arrivé au village d’Aiguebelette, on aperçoit les Tours-de-Racheroche : c’est une masse de rochers, taillés à pic, et hauts d’environ 200 pieds, qui ressemblent à de vieilles tours demi-ruinées, prêtes à tomber sur le village ? C’est dans cette masse qu’est située la grotte de Bange. Le chemin par lequel on y arrive est extrêmement périlleux. C’est une espèce de corniche, bordée d’un côté par des précipices. Si on a le courage de prendre ce chemin, on verra une première et une seconde entrée de la grotte, puis une plate-forme où, suivant la tradition, il y a eu jadis un moulin à vent. En suivant plus loin cette redoutable corniche, on arrive aux ruines du chàayeau du Cengle. On est étonné d’apprendre qu’il y a eu un château sur un terrain de dix-huit pieds de large, entre un rocher à pic et un précipice profond, qu’on ne peut aborder que par un chemin qui, loin d’être praticab
    le pour les chevaux, offre de grands aux gens de pied : cependant on ne peut nier qu’il n’y ait un bâtiment dans ce lieu, puisqu’on y voit encore un pan de mur.
    Les deux entrées de la grotte aboutissent à des glacières très-étroites et très-basses, où l’on ne peut pénétrer qu’en se baissant. Elle n’a que très-peu de stalactites, et point de cristallisation. On y voit un puits de cinq pieds de profondeur. Plus, il y un lac dont l’eau s’échappe à travers le roc, pour former la source des eaux mortes, tandis qu’un autre filet fait aller plus bas le moulin des Martinods. Il y avait autrefois un baeau sur ce lac, dont l’eau est très-froide. “ Nous avons examiné, dit un naturaliste, le limon du fond du lac, et nous n’y avons vu aucune substance métallique. Dans les environs, on croit cependant que c’est au fond de ce lac que des Genevois venaient, chaque année, avant la révolution, chercher du sable mêlé de paillettes d’or. Ils avient, dit-on, le soin de ce cacher, et si l’on entrait dans la grotte pendant le jour, on n’y trouvait personne ; mais au mois d’’août, on voyait, la nuit, à l’entrée, un feu auprès duquel ils faisaient cuire leurs alimens. "
    On n’apprend pas sans pitié toutes les folies superstitieuses auxquelles a donné lieu l’erreur du peuple sur l’or de la grotte de Bange. Vers 1740, quelques fanatiques d’Héri-sur-Albi voulurent engager un prêtre à dire la messe à reculons, et à baptiser un chevreau, pour obliger le diable à leur découvrir les trésors de cette grotte. Peu de temps le désastre de Lisbonne (1), d’autres fanatiques eurent recours aux mêmes cérémonies devant la vaverne, pour se procurer l’or englouti par le tremblement de terre.

    Notes.
    (1) Tremblement de terre (magnitude estimée 8,5 à 9) + tsunami et incendies du 1er novembre 1755 - 50 000 à 100 000 victimes.

    • Légende : le crime d’Eustache dans la grotte de Bange(s) et son châtiment

    Tirée de HYPOGEES ("Les Boueux") Le rôle des cavernes dans le folklore savoyard . Bulletin de la section de Genève de la société Suisse de Spéléologie. Par Jean Jacques Pittard
    Extrait lisible sur plusieurs sites, par exemple http://phylos.perso.libertysurf.fr/cheran/eustache.htm

  • par SalantLe 30 avril 2014 à 20h16

    Réalisé le 9 mars 2014 avec un lac arrivant au pied de l’échelle. Le parcours en vidéo : http://www.matvpratique.com/video/25184-randonnee-grotte-de-bange-alleves-74540-bauges

  • par AlexandreLe 21 septembre 2016 à 22h23

    Grotte visitée cet été 2016, plusieurs fois. Facile à parcourir, du moins si on y va par l’entrée principale, la seule chose à laquelle il faut faire attention est le sol très glissant... prévoir des chaussures qui tiennent en conséquence. Et bien sûr prévoir de la lumière, et au moins une lampe de secours (voire même deux). On est dans le noir complet.

    Il n’y a pas énormément de concrétions dans la grotte, du moins dans la partie visitable, mais on peut quand même apercevoir un certain nombre de stalactites au niveau de la première grande salle, juste avant la "tranchée" aménagée. Penser à regarder vers le plafond pour ne pas les rater.
    Les amas de gouttes d’eau sont également très jolis à voir.

    Le lac souterrain est vraiment beau, l’eau est toute claire... quelques concrétions sont aussi présentes à cet endroit.
    Avec une lampe puissante, on peut arriver à voir le reflet dans l’eau, ce qui donne l’impression que le lac est plus profond qu’il ne l’est en réalité. En tout cas, c’est vraiment beau !
    J’aime beaucoup venir à cet endroit et y rester un moment, pour regarder et écouter les gouttes tomber dans le lac... une ambiance vraiment apaisante ! J’invite d’ailleurs les visiteurs à rester silencieux pendant un petit moment à cet endroit, pour apprécier l’ambiance.

    Attention, avant d’aller dans la grotte si on y va en semaine : Bien regarder le panneau sur au bord de la route, au niveau du panneau du lieu-dit Martinod (donc un tout petit peu après le Chemin des grottes en arrivant de Lescheraines). Le lac souterrain est situé près d’une carrière dans laquelle sont parfois réalisés des tirs de mines. S’il y en a ce devrait être indiqué sur le panneau, bien sûr ne pas y aller pendant l’horaire indiqué.

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !