Mont Colombier (2045m) en traversée par les Rochers de la Bade (1850m) et le Roc de Poyez (1954m)

Difficulté :
Difficile
Dénivelé :
1500m
Durée :
1 jour

Les crêtes du chaînon du Mont Colombier en traversée de Crévibert à Montlardier. Un long itinéraire engagé par la crête des Rochers de la Bade, les arêtes sud-ouest et nord-est du Colombier, la crête du Roc de Poyez et la combe de l'Illette. – Auteur :

Accès

De Chambéry suivre Massif des Bauges puis Lescheraines, Aillon-le-Jeune et se garer à Crévibert sur la route vers la station des Aillons.

Pour le retour, soit prévoir un deuxième véhicule où soit faire du stop !

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Cartographie

Données

  • Altitudes :
    • Crévibert : 930m
    • Rochers de la Bade : 1850m
    • Col de la Cochette : 1694m
    • Colombier : 2045m
    • Roc de Poyez : 1954m
    • Montlardier : 743m
  • Dénivelé total : 1500m
  • Temps total : 8/10h

Difficultés

  • L’itinéraire ne doit se parcourir que par temps sec.
  • Sens de l’orientation nécessaire.
  • Rochers de la Bade :
  • Passages exposés sur la crête.
  • Passages dans le dévers de pentes raides.
  • Balisage bleu abondant.
  • Colombier :
  • L’arête sud-ouest est bien accessible.
  • Le début de l’arête nord-est est un peu raide.
  • Roc de Poyez :
  • Passages exposés sur la crête.
  • Passages dans le dévers de pentes raides.
  • Pas de balisage (ni de sentier sur la carte). Seulement une petite sente.
  • Combe de l’Illette :
  • Plusieurs sentes de vaches qui se perdent plus ou moins dans la dense végétation. Peut se révéler très "paumatoire" selon la sente suivie.

De Crévibert au sommet des Rochers de la Bade

Du parking de Crévibert (930m), suivre en direction de La Bade sur le GR96.

Continuer jusqu’à l’intersection des chemins vers les Rochers de la Bade et le Col de Cochette par le GR96, suivre Rochers de la Bade.

Suivre le balisage bleu dans la forêt, on longe par moments les rochers de la montagne de Motzon.

Continuer jusqu’au sommet des Rochers de la Bade (1850m).

Du sommet des Rochers de la Bade au Col de la Cochette

Après la crête comporte quelques passages exposés jusqu’au col de la Cochette (1694m).

Cette deuxième partie est plus difficile que la première car elle est plus exposée et du fait qu’elle s’effectue en descente et que par endroit, le cheminement est plus raide.

Sommet du Colombier

La montée au sommet du Mont Colombier (2045m) se fait par l’arête sud-ouest.

Cette partie n’est jamais aérienne et se fait sans difficultés par sentier très bien tracé. En effet, elle constitue un des deux accès principaux au sommet du Colombier, souvent fréquenté.

La crête du Roc de Poyez

Du sommet, descendre côté nord-est pour arriver face à la crête du Roc de Poyez.

La première partie de la descente est un peu raide, être vigilant dans ce passage. On arrive à un gros ressaut que l’on doit contourner par la gauche. Après, la crête se fait plus facile.

Une sente traverse l’ensemble de la crête du Roc de Poyer, elle ressemble beaucoup à la deuxième partie de la crête des Rochers de la Bade mais sans le balisage ! Sens de l’itinéraire recommandé !

Continuer jusqu’au sommet du Roc de Poyez (1954m). Pas de cairn au sommet, ni de borne. Seulement un gros rocher.

Puis suivre la crête jusqu’à la cote 1935m. A noter le passage sans difficultés majeures d’une petite faille.

Descente

De là, descendre par la pente de l’alpage jusqu’au col de Rossanaz (1782m).

Du col, prendre par la combe de l’Illette. La descente vers Montlardier est bien décrite dans le topo de Galipette.

La sortie

Réalisée seul le 06 juillet 2014.

  • Faune sauvage : deux chamois sur les Rochers de la Bade.
  • Flore : beaucoup de fleurs, orchis en tout genre, anthyllide vulnéraire, myosotis, silène enflé, aster, lys de Saint-Bruno, gentiane printanière, gentiane jaune, primevère, valériane, centaurée des montagnes, renoncule, trolle des Alpes, ancolie, mélampyre, pulsatile alpine, rhododendron ferrugineux, etc.

Départ à 6h45 de Crévibert, je me mets en chemin vers les Rochers de la Bade. J’ai déjà pris cet itinéraire cet hiver. Le balisage bleu est abondant et mène jusqu’au sommet que je n’avais pas atteint à cause la neige, il est 9h00 quand j’y arrive. Petite pause avant de continuer.

Puis, je traverse la suite de la crête des Rochers de la Bade sans difficultés, quelques passages exposés tout de même. J’arrive à 10h00 au col de la Cochette. Puis montée en plein soleil sur l’arête sud-ouest du Colombier. La pancarte indique 1h15... 30 minutes m’ont suffit pour atteindre le sommet.

Je repère si l’arête nord-est est praticable, ça m’en a tout l’air...
Petite pause au sommet du Colombier avant qu’il soit bondé en ce dimanche de beau temps.

Puis, à l’aventure, j’entame la descente de l’arête, assez raide au début. J’arrive au dessus du ressaut vertical de plusieurs mètres que je contourne par la gauche. Puis je continue sur un morceau de crête facile avant de retrouver le même type que la deuxième partie de la crête des Rochers de la Bade : bordées de pins, passages dans le dévers des deux côtés, pentes fortes à raides de l’un, et falaise de l’autre.

La vue arrière du Colombier est magnifique, il parait bien imposant avec cette vue sur ses faces raides ! J’arrive au sommet du Roc de Poyez composé d’un gros rocher, pas de cairn, ni de borne... Il faut dire que l’endroit est très peu fréquenté par rapport au reste du chaînon du Colombier. Pause bien méritée au sommet, ça fait déjà 5 heures que je suis parti de Crévibert.

Je continue sur la crête qui devient très facile vers la fin au niveau de la cote 1935m. Puis, j’entame la descente en direction du col de Rossanaz, en hors-sentier parmi les pins au début puis dans l’alpage.

Du col, je descends dans la combe de l’Illette en suivant les sentes de vaches. J’arrive dans une végétation dense où la sente se perd parfois... Je galère un peu et m’enfonce de plus en plus dans le champs de rumex des Alpes (rhubarbe des moines). Je me retrouve dans une partie un peu boisée aux abords d’une pente trop raide sur la gauche qui donne sur la "clairière" que je dois rattraper. Toujours ces grandes rhubarbes sauvages, certaines semblent couchées par le passage d’une bête. Je persévère et j’arrive à rejoindre l’endroit recherché par un passage moins raide.

Je finis par rejoindre le sentier balisé, et descente par la forêt jusqu’à Montlardier. Une fois arrivé, je rejoins la route en direction des Aillons. Le stop marche plutôt bien (pour confirmer le topo de Galipette !), j’ai été pris à la deuxième voiture par une sympathique personne du coin qui se promène également dans les Bauges. Je quitte mon chauffeur à Aillon-le-Jeune après lui avoir présenté AltitudeRando ! En espérant qu’il vienne jeter un coup d’œil !

Je remonte à Crévibert à pieds, c’est tout proche ! Et je regagne ma voiture, il est 15h30. Presque 9h après avoir entamé cette traversée. Encore une belle randonnée, le massif des Bauges n’a pas fini de me surprendre !

Dernière modification : 6 juin 2018
Dent de Rossanaz (1891m) par Aillon-le-Vieux

A propos

Auteur de ce topo :

Topo publié le 7 juillet 2014

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Afficher les commentaires précédents (3).
  • par Le 8 juillet 2014 à 13h20

    Belle traversée

  • par AndreaLe 21 juillet 2016 à 16h14

    Bonjour, de votre experience sur ce trace, cela est-il aussi bien faisable dans le sens inverse ?
    Cordialement

  • par Le 21 juillet 2016 à 16h44

    Bonjour Andrea, cela doit être faisable. Il n’y a pas de passage d’escalade, ni de gros ressauts qui pourrait être surmontable que dans un sens.

  • par AndreaLe 22 juillet 2016 à 15h03

    Merci pour ta réponse Dyn’s ! C’est juste qu’en inversant le trace je fais plus de dénivelé positif que negatif ^^
    Je te dirais du coup si il y a une ou plusieurs difficulties particulieres.

  • par AndreaLe 29 juillet 2016 à 01h31

    Rebonjour Dyn’s, du coup rien d’insurmontable comme tu as dit sauf à l’endroit ou tu as precise "sens de l’itinéraire recommandé" (entre le Roc de Poyez et le Mont Colombier) : les desescalade ne sont pas à prendre à la legere, une erreur est vite arrive. En tout cas, merci pour ta topo qui m’as bien aide : surtout le gros ressaut rocheux à contourner juste sous le Colombier. Et merci pour les photos car j’ai passé ma journée dans les nuages à imaginer le paysage.
    Encore merci, cordialement

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !