Montagne de Chalufy (2385m), Grand Croix (2368m) par Beauvezer

Difficulté :
Moyenne
Dénivelé :
1450m
Durée :
1 jour
La carte

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

Voilà un superbe parcours, entre vallons arides, forêt de pins, lignes de crêtes tour à tour accidentées et débonnaires, raides montées et plans panoramiques. Une fois quitté Beauvezer, dernière enclave de civilisation, une fois atteinte la gorge de Groum, tout invite à une contemplation qui semble pouvoir s'éterniser, comme si l'on s'affranchissait des limites habituelles pour naviguer dans des confins hors de l'espace, hors du temps. C'est un territoire où l'on se retrouve face à nous-mêmes et où chaque nouvel horizon se dévoile, comme un trésor tiré d'un coffret. Il n'y aura plus rien que vous, dans ce décor retiré, à arpenter la mince frontière reliant le ciel à la terre.

Accès

Emprunter la D908 qui traverse le Val d’Allos. En montant vers Allos, s’arrêter à l’entrée de Beauvezer au parking de la maison de pays.

Précisions sur la difficulté

  • la montée pour rejoindre la crête de Chalufy, hors sentier, présentant comme difficulté une pente soutenue, entre 35 et 50° environ. Passages dans quelques roubines à la fin de la crête Sud de la Grand Croix, et entre la Cabane des Abéurons et de Chalufy.

Les infos essentielles

  • Carte IGN : TOP25 n°3540OT "Barcelonnette-Pra Loup-Allos"
  • Altitude minimum : Beauvezer, 1150m
  • Altitude maximum : Montagne de Chalufy, 2385m
  • Distance : environ 20 km
  • Horaires : compter 8 à 9 heures sans les pauses
  • Période conseillée : Sortie effectuée début septembre 2015. Accessible de mai à novembre (à voir selon les conditions d’enneigement). Si vous souhaitez que ce paysage vous apparaisse dans toute sa beauté sauvage et solitaire, je ne peux que vous conseiller d’entreprendre ce voyage à la fin de l’estive, quand les cabanes de bergers ainsi que les alpages auront été désertés.
  • Balisage : une bonne partie du parcours se déroule sur le sentier GR "Pays du Tour du Haut Verdon Sud", traits jaunes et rouges. Crête non balisée, mais sente existante.
  • Variante pour le point de départ : Vous pouvez vous épargner la montée dans Beauvezer en garant votre véhicule plus haut. Ne vous engagez pas vers l’Ouest vers Champalay, vous vous retrouveriez dans une propriété privée. Poursuivez plutôt vers la route à droite, la RD 352, en direction du Bois des Fabres, et en stationnant par exemple dans le virage de la piste forestière au point coté 1142 (qui me semble être faux vu les cotes de la carte et devrait être plutôt 1392). Pour cette dernière option, compter 200m de dénivelé positif et une 3/4 heure environ de marche en moins.
  • A faire : Si elle est ouverte, je vous conseille un détour à la Maison de Pays pour l’achat de produits locaux (miel, bière, fruits et légumes de saison, confitures...)
  • Ravitaillement en eau : présence d’une source à la cabane de Chalufy (sans doute aussi à celle des Abéurons, mais non vérifié). Le parcours peut être assez sec selon la saison (terrain calcaire), et la température assez élevée.
  • Pastoralisme : en saison d’estive, présence de troupeaux dans les alpages, et donc rencontre potentielle avec des patous, soyez attentifs et prudents. Cependant, les bergers rencontrés lors de ma sortie n’en avaient pas, sans doute parce qu’ils gardaient leurs troupeaux dans des enclos jouxtant leurs cabanes.

Itinéraire

Une dernière portion de piste traverse le Bois des Fabres, avant que l’on se retrouve pour de bon sur un sentier. Ce dernier navigue en légère montée vers le Sud-Ouest pour franchir par en-dessous la Barre de Meyllère. La vue sur les sommets marquant la frontière Est du Val d’Allos est déjà fort sympathique, et se dévoile entre les faîtes des pins sylvestres.

Le cheminement continue en s’incurvant vers le Nord dans une pente plus prononcée. La végétation se fait plus buissonnante, et le sentier se garnit de pierres. Nous arrivons dans le creux du vallon de la Gorge de Groum, un quasi replat où déjà le sentiment d’isolement, de beauté sauvage se fait prégnant.

Passé le replat, la pente s’accentue et le sentier décrit de courts virages dans une zone d’éboulis. Un dernier effort et l’on débouche sur une baisse marquée par une balise à l’altitude 1920. Nous voici sur la bordure d’un ensemble de "modestes" sommets, couverts par l’herbe rase des alpages, où s’accrochent sur certains flancs des forêts de conifères, et où l’érosion a par endroits mis à nu le sol, dans des roubines stériles creusés par des cours d’eau moribonds qui n’attendent qu’un orage pour poursuivre leur travail de sape.

Pour ceux qui le souhaitent, possibilité de se rendre sur le Pic de Mal Ubac, pas loin du tout et à peine 30 mètres plus haut, afin de bénéficier d’une belle vue plongeante sur la vallée en-dessous.

On poursuit sur le GR dans le paysage vallonné de la plaine de Jassaud, entre la langue Nord de la Montagne de Chamatte, le Pié du Serre, le Raichas à main gauche, et sur la droite se détachant au-dessus des autres sommets la longue crête de la Montagne de Chalufy, que nous allons bientôt parcourir.

On atteint une fourche de sentier au point coté 1925 où l’on abandonne le GR pour le sentier PR et ses marquages jaunes. Celui-ci va nous faire descendre dans une vaste zone de roubines, nous allons passer au large de la cabane des Abéurons, avant de dépasser le fond du vallon de la Frache collectant les multiples ruisseaux de cet entonnoir naturel. On remonte ensuite l’autre versant du vallon de la Frache pour rejoindre la cabane de Chalufy.

On passe à proximité d’un oratoire, et l’on grimpe un vallon herbeux pour atteindre un replat marquant l’entrée du ravin de Chalufy.

De là, plusieurs options pour gagner la crête s’offrent à vous. Vous pouvez par exemple poursuivre sur le sentier (qui, sur la carte, est signalé délicat par une ligne discontinue) jusqu’à retrouver le Col de Chalufy. Cela signifie un parcours plus long et une montée que je ne peux vous décrire faute de l’avoir effectuée, mais cela semble tout à fait praticable au vu de la carte. Important  : la carte IGN "s’arrête" à cet endroit, et je vous conseille d’imprimer la portion manquante si vous souhaitez suivre cet itinéraire.

L’option que j’ai retenue est une montée directe, passant à peu près par le point coté 2009 (au niveau de la baisse sous la Colle Meyère) jusqu’au sommet sans nom coté 2385. La pente va être assez soutenue (35-50° environ), mais la navigation dans les quelques blocs rocheux au milieu de ces talus herbeux ne devrait pas poser de problème.

L’idée est de suivre la crête passant par différentes éminences jusqu’à la Grand Croix. Une belle dorsale de blocs de grès entame cette traversée et se franchit aisément. Les quelques becs rocheux parsemant ce cheminement sont plus impressionnants que difficiles à franchir. Une sente assez bien marquée court le long de l’arête côté droit et évite les modestes cimes en passant sous les blocs.

Une dernière remontée et l’on atteint le modeste dôme herbeux que constitue le sommet. En guise de Grand Croix, vous ne trouverez qu’une croix en bois de taille assez modeste, et plantée de guingois. Par contre, de là-haut le panorama est plutôt bluffant sur le Haut-Verdon, et vous ne devriez pas être dérangé dans votre contemplation depuis ce sommet, oublié de la plupart des randonneurs. Deux étranges colonnes carrées de cairns et des vestiges de construction sont situés dans la descente, ainsi qu’un abri de berger, gias en pierre circulaire, avec également le petit renfoncement pour accueillir le chien.

Maintenant il suffit de suivre la crête descendante en direction du Sud pour rejoindre le GR au niveau de la plaine de Jassaud. La sente de crête permet de franchir les roubines par la gauche, sinon vous pouvez aussi vous lancer dans les pentes de celles-ci pour une descente plus aventureuse. Décrire un arc de cercle dans la plaine afin de rester de niveau et de rejoindre le GR sans varier d’altitude.

On retrouve la baisse et le panneau au point coté 1929. D’ici, le chemin de retour est identique à l’aller.

Variantes :

Proposée sur un blog très fourni, l’une d’entre elle s’effectue au départ du vallon de Chasse, avec un dénivelé et un temps de parcours un peu moins important que l’itinéraire présente ici. Vous trouverez le lien ici.

Au moins deux autres parcours par le Nord-Ouest semblent possibles, en partant de la vallée de la Bléone, en empruntant des pistes forestières (départ de la cabane de Mourréen et celle de Faillefeu Haut). A voir selon la praticabilité de ces pistes pour partir le plus haut possible...

Dernière modification : 16 mai 2018

La carte du topo « Montagne de Chalufy (2385m), Grand Croix (2368m) par Beauvezer »

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours