Tête Sud du Replat (3428m) par le refuge du Châtelleret

Difficulté :
Difficile
Dénivelé :
1720m
Durée :
1 jour
La carte

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

La Tête Sud du Replat est l'une des cimes qui, entre Râteau et Plaret, jalonnent la longue arête séparant le cirque de la Selle et la vallée des Etançons. Ces seuls noms suffisent à faire imaginer la splendeur du panorama qui nous y est offert... Un panorama où la Meije, naturellement, déploie sa fascinante attraction. Une randonnée soutenue, mais particulièrement gratifiante !

Accès

  • Du Bourg-d’Oisans, emprunter la D1091 en direction de Briançon ;
  • Après un peu plus de 4km, au lieudit "Le Clapier", quitter la D1091 pour prendre à droite la D520 (Venosc, Saint-Christophe-en-Oisans, La Bérarde.
  • Stationner au terminus de cette route, en contrebas du village de La Bérarde (vaste aire de stationnement).

Précisions sur la difficulté

  • Dénivelé et distance non négligeables ; toutefois, il est possible de faire cette randonnée sur deux jours (6km et 520m de D+ le premier jour / 15km et 1200m de D+ le second jour) en passant une nuit au refuge du Châtelleret.
  • Hors sentier à partir de 2700m (sente intermittente et cairns pas toujours faciles à repérer) ;
  • Pénible pierrier entre 2950 et 3300m ;
  • Final exigeant de "mettre les mains" et un peu exposé.

Les infos essentielles

  • Carte IGN : 3436 ET Meije - Pelvoux
  • Altitude minimum : 1713m
  • Altitude maximum : 3428m
  • Distance : environ 21km
  • Horaires : comptez entre 8 et 12 h
  • Balisage : chemin balisé jusqu’au refuge du Châtelleret / Bon chemin non balisé, ensuite, jusqu’à la cote 2700m environ

Itinéraire

Du parking, monter au village de la Bérarde et emprunter la rue qui s’élève à droite de la chapelle. Quelques dizaines de mètres plus loin, prendre le chemin qui se présente à droite, en direction des refuges du Châtelleret et du Promontoire (panneau indicateur).

Un long faux-plat de près de 6km conduit au refuge du Châtelleret (2232). A hauteur de celui-ci, prendre, à gauche, le Sentier de la Gandolière (panneau indiquant la direction du col du Replat).

Par d’innombrables lacets, ce sentier s’élève avec efficacité dans les pentes dominant le refuge et débouche, vers 2550m, sur le bord droit d’un vaste pierrier que surplombe une barre rocheuse. Il traverse ce pierrier (sud-ouest) pour en gagner le bord gauche (photo 3), sous l’impressionnante paroi nord de l’Aiguille de la Gandolière, et ainsi contourner la barre rocheuse.

Parvenu à ce point (2650m environ), le chemin s’estompe entre les moutonnements rocheux que la fonte du glacier de la Gandolière a mis au jour. L’on doit désormais se contenter d’une vague sente intermittente et de cairns pas toujours faciles à discerner dans cet univers minéral. Il est à vrai dire inutile de perdre du temps à les repérer : il faut s’orienter plein nord, puis nord-est, en ayant pour point de repère la base de l’arête sud-est de la Tête Sud du Replat (photos 7 et 8), passage obligé vers le col du Replat .

Une fois ce point dépassé (2950m environ), se réorienter vers le nord. Commence la section la plus éreintante de l’ascension : un pierrier raide et, quoique fait de gros blocs, généralement instable. En début de saison, la neige doit y faciliter la progression.

On a alors en vue, droit devant, le col du replat (3335m), brèche étroite rompant l’arête qui relie les deux Têtes du Replat. Contourner par la droite une barre rocheuse, vers 3200m, puis s’orienter vers l’ouest (photo 15), en direction du couloir, facile à repérer, débouchant sur cette brèche.

Il est tentant de monter dans ce couloir, en apparence anodin (photo 38). Mais il est en réalité très raide (plus de 45°, je pense) et, une fois au col, il reste encore à escalader, pour gagner l’arête, le versant non moins pentu de la brèche. Mieux vaut par conséquent dépasser ce couloir en continuant de longer la base de la montagne (sud-ouest) sur une vingtaine de mètres, jusqu’au moment de trouver un ensemble de vires permettant de s’élever en biais (nord) dans la paroi. Cet itinéraire impose évidemment de "mettre les mains" et est parfois un peu exposé, mais ne présente pas de difficultés techniques et permet de déboucher sur l’arête au dessus du col du Replat.

L’arête elle-même est facile. Son unique ressaut, sous l’antécime, (photo 23) se contourne par la gauche (versant sud-est ; le versant nord-ouest est praticable également, mais très exposé).

Le sommet offre un panorama extraordinaire : Pic de La Grave, Râteau, Meije, Pavé, Pointe Emma, Pics des Cavales, Grande Ruine, etc...

Descente par le même itinéraire.

  • S’il reste un peu de batterie, on peut faire un détour par les cascades de Plaret Gény : cela ajoute environ une heure de marche et 230m de D+, sur un bon sentier. Très bel endroit !
Dernière modification : 22 août 2018
Tête Nord du Replat (3342m), Arête Sud-Est par le Châtelleret

La carte du topo « Tête Sud du Replat (3428m) par le refuge du Châtelleret »

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours