Tête de l’Estrop (2961m) et Pic des Têtes (2662m), en boucle par les Eaux Chaudes

Difficulté :
Difficile
Dénivelé :
2760m
Durée :
2 jours
La carte

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

Point culminant du massif des Trois Evêchés, la Tête de l’Estrop domine la vallée de la Haute Bléone. Rajoutez-y le sommet très sauvage du Pic des Têtes, et vous êtes partis à l’aventure dans une Haute-Provence préservée et méconnue.

Accès

Départ du parking des Eaux chaudes (1270m), au bout de la vallée de la Haute Bléone, à une vingtaine de km de Digne-les-Bains par, la Javie et Prads-Haute-Bléone.

Itinéraire

Attention : la 2eme journée est très longue sur un terrain très difficile (hors sentier, peu de balisage) et mériterait d’être coupée en 2 (on peut facilement bivouaquer aux lacs sous le col de Vautreuil) afin de profiter pleinement des paysages sublimes de cette région encore très sauvage.

  • Carte : IGN TOP25 3439ET

Jour 1

  • Dénivelée + : 800m
  • Temps : 3h

Montée sans difficulté sur un sentier bien entretenu jusqu’au refuge de l’Estrop (2050m). Le refuge n’est pas gardé après la saison estivale, mais il est ouvert en refuge d’hiver (3 euros par personne, pas de gaz, des matelas et quelques couvertures).

Ne pas tenter cet itinéraire l’hiver cependant, trop dangereux et avalancheux (avant la cascade de la Piche le chemin est a flanc de falaise et fait moins d’1m de large, des câbles sont en place pour s’assurer).

Jour 2

  • Dénivelée + : 1660m
  • Dénivelée - : 2550m
  • Temps : 12h30

Le lendemain, monter au sommet de la Tête de l’Estrop (2961m), pas de sentier mais quelques marques rouges et cairns, bien ouvrir l’œil pour ne pas les louper. Là-haut, superbe panorama qui s’étend jusqu’au massif des Ecrins et au Viso. Et top du top, au sommet des aigles sont venus me survoler tout un moment !

Ensuite descendre 400m par le même itinéraire jusqu’à la bifurcation qui indique Laverq a environ 2550m. Suivre cette direction et monter au col Millet (2848m), aussi appelé col du Glacier, entre la Tête de l’Estrop et la Tête de Chabrières. D’après la carte IGN, il n’y a pas de sentier mais c’est balisé. Il n’y a cependant que quelques rares cairns très espacés et il faut deviner l’itinéraire. Mais le caractère sauvage de cet itinéraire n’a pas que des inconvénients, il m’a permis d’apercevoir des chamois a plusieurs reprises.

Du col, il faut descendre jusqu’aux lacs bien visibles plus bas en contournant ce qui reste du glacier de la Blanche (invisible, recouvert de cailloux). La première partie de la descente est une traversée dans des schistes durs où l’on n’a pas le droit de glisser vu la pente, puis on traverse pendant une heure un pierrier assez infâme (gros blocs instables) ! Heureusement il y a des cairns et des marques de peintures rouges.

On longe alors la moraine, puis une fois arrivé au lac le plus bas, on rejoint le sentier qui arrive de Laverq. Le remonter jusqu’au col de Vautreuil (2582m), là une sente part en direction du Pic des Têtes, en venant frôler la ligne de crête. De la crête, panorama grandiose et on devine l’itinéraire qu’il faudra suivre a la descente pour atteindre Saume-Longe.

Cependant le sentier est un cul de sac et on se retrouve alors au dessus de barres rocheuses, car il faut redescendre à un col avant de remonter au Pic des Têtes (2660m). Descente encore une fois assez galère dans des pierriers plus ou moins stables, aucun marquage. Finalement on retombe sur une sente et des cairns au niveau du col et il y a des chaines pour s’assurer a la montée dans les passages délicats. Arrivé au col des Têtes, la montée au sommet est facile. Profitez en pour souffler car le plus dur reste à venir : la descente !

L’itinéraire sur la carte IGN qui longe la crête jusqu’au col de Mariaud (1561m) me parait largement fantaisiste, passant à travers des barres rocheuses ! Il faut donc encore contourner par des pierriers « à la con », puis dans une pente assez raide, de fins graviers sur un sol dur, et donc très glissante. C’est vraiment le passage le plus dangereux (et stressant) de ces deux jours, car en plus de la glissade à éviter, les chutes de pierres ne sont pas rares… Il faut donc descendre en traversant vers le Sud pour rattraper la ligne de crête vers 2300m où l’on retrouve des cairns.

Enfin on arrive dans les alpages et on rattrape un sentier qui mène au col. Au lieu de faire le détour par la cabane de Val Pousane 1812m, on peut s’y abriter et y passer la nuit en cas d’urgence, on peut descendre directement plein Sud sur le replat (abreuvoir à vaches) pour retrouver le sentier qui descend vers les granges de l’Immérée (inhabitées). On retrouve des marques jaunes dans le lit du ruisseau à l’Est du « plateau » avant d’attaquer la descente. Ne pas les perdre de vue, les balises sont parfois très espacées.

Aux granges, il faut traverser a gué le torrent (cairns), puis le sentier monte et descend encore pendant une heure avant d’atteindre le hameau de Saume-Longe (là encore ne pas perdre le balisage jaune de vue).

A Saume-Longe, on rattrape la piste, il n’y a plus qu’à suivre. En 1/2h on est de retour au parking des Eaux chaudes.

Dernière modification : 16 mai 2018
Tête de l’Estrop (2961m) par les Eaux Chaudes

La carte du topo « Tête de l’Estrop (2961m) et Pic des Têtes (2662m), en boucle par les Eaux Chaudes »

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Photos « Tête de l’Estrop (2961m) et Pic des Têtes (2662m), en boucle par les Eaux Chaudes »

Couleurs d’automne Cascade de la Piche Vallon où se niche le refuge Arrivée au sommet de la Tête de l’Estrop Vue vers le Nord depuis le sommet Le pierrier à la descente du col Millet Lac sous le col de Vautreuil Le Pic des Têtes vu depuis la crête après le col de Vautreuil Vue sur l’itinéraire de descente Sommet du Pic des Têtes L’immonde pierrier qu’il faut descendre Enfin je retrouve le balisage ! Traversée du gué de l’Immérée