Traversée des Aiguilles de la Saussaz (3361m) et du Bec du Grenier (3298m)

Difficulté :
Alpinisme F
Dénivelé :
1800m
Durée :
2 jours

Superbe itinéraire, passant par le sauvage vallon de Maurian, et notamment aux abords du magnifique lac du Goléon, puis poursuit sa route par une somptueuse course d’arête à caractère très aérienne le long des 3 aiguilles de la Saussaz, dans cet endroit époustouflant qu'est le cirque du glacier Lombard. Les points de vue depuis les sommets des aiguilles sont tout simplement à couper le souffle, de superbes 360°, d'où on pourra y voir : l'aiguille du Goléon et certaines aiguilles d'Arves au premier plan, puis plus loin le massif des Écrins, les Grandes Rousses, les Cerces, le massif du Mont-Blanc, les Grandes Jorasses, et j'en passe. Possibilité de nuit en refuge (refuge Goléon) ou de bivouac plus haut plus près du début des hostilités sur les aiguilles de la Saussaz. Attention à la période, ce topo a été réalisé en septembre, sur des aiguilles de la Saussaz totalement sèches. Plus tôt dans la saison, des parties de la traversée des aiguilles seront en neige, et modifieront donc la difficulté de cette course, qui se transformera en Alpinisme neige/glace/mixte. – Auteur :

Accès

De la Grave, prendre la direction des Hières. Après les Hières, poursuivre par une courte route mais non goudronnée vers le hameau de Valfroide, parking Entraigues (1874m).

Précisions sur la difficulté

Praticable en conditions estivales, lorsque la neige a libéré les parties raides de l’itinéraire. Éviter le terrain humide, pour garder la très bonne accroche qu’offre le rocher.

La traversée des aiguilles de la Saussaz qui longe au plus près des crêtes est périlleuse et non réservée à des débutants en randonnée, une grande partie de traversées de pentes assez inclinées voir bien raides par secteurs, itinéraires à chercher quand la crête parait trop exposée. Les redescentes des aiguilles Orientale et Centrale sont pentues et dans un mélange éboulis et grandes pierres assez instables, succession constante de passages où soit on a un bon équilibre soit on met la main pour assurer.

À noter la notion de vide impressionnant qui nous accompagne sur notre droite durant une grande partie de la traversée des aiguilles, notamment très présent sur les arêtes des aiguilles Orientale et Centrale de la Saussaz et du bec du Grenier. Personnes peu à l’aise avec le vide à éviter.

Les infos essentielles

  • Carte IGN : 3435ET - Valloire - Aiguilles d’Arves - Col du Galibier
  • Altitude minimum : 1874 m
  • Altitude maximum : 3361 m
    Randonnée assez longue, raisonnable de faire sur 2 jours. Partir très tôt si volonté de faire en 1 jour, pour ne pas se faire rattraper par la nuit à la redescente finale.

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Du parking (1874m), remonter le vallon par l’unique sentier jusqu’à un verrou qui donne sur le refuge du Goléon (2450m), puis contourner le lac du même nom en longeant par la gauche en continuant sur un sentier assez plat pour arriver à l’ex refuge Carraud (2480m).

Continuer sur le sentier, qui se redresse petit à petit, l’herbe disparaît pour faire place aux cailloux, monter toujours sur le chemin tracé jusqu’à une bifurcation entre le chemin qui va au col Lombard (vers la droite) et celui qui va en direction du glacier Lombard tout droit.
À cet endroit on se situe alors sur une sorte de zone de replat, à environ 2750m.
Ne prendre aucun des 2 chemins cités au-dessus mais partir hors sentier dans une direction située entre les 2, en traversant le ruisseau (vers la droite) et en visant vers le départ d’une arête que l’on distingue aisément : l’arête SE de la première aiguille de la Saussaz de notre parcours : l’aiguille Orientale de la Saussaz.

Pour info, dans la dernière portion de l’itinéraire que l’on vient de traverser entre 2600 et 2750m se trouvent quelques emplacements de bivouac biens évidents car non loin du sentier, il y en a même 1 ou 2 plus haut (en reprenant direction voie normale du Goléon).

Reprenons l’itinéraire au départ de l’arête SE de l’aiguille Orientale de la Saussaz.
C’est donc à partir de ce point que cette course prend une toute autre tournure, toute la marche d’approche n’était alors qu’une ballade de santé. Maintenant le parcours va devenir très aérien, sur un terrain abrupt, où la pente va se raidir parfois fortement et nécessitera un très bon équilibre et quelques passages où prendre appui avec les mains semblera indispensable, à la montée comme à la descente.

D’une manière générale, suivre au mieux la crête le long des 3 aiguilles de la Saussaz. En montée, rester au plus proche du fil, le rocher un peu abrasif accroche très bien et offre stabilité dans ce milieu scabreux.
En descente des aiguilles, chercher le meilleur passage en descendant légèrement coté glacier à certains endroits où longer l’arête parait très délicat (présence du vide de l’autre côté), préférer les parties en éboulis plus éloignées de l’arête dans certains cas.
Attention à rester vigilant dans ces cas-là, en quittant le fil de l’arête où le vide est omniprésent sur notre droite, ne pas négliger la pente raide qui figure également sous nos pieds sur notre gauche.

Notes :
Pendant la montée de l’aiguille Centrale de la Saussaz :
en partant du col entre aig. Orientale et Centrale Saussaz, une bonne partie de la montée (toute la partie centrale) se fait en s’éloignant de l’arête, en redescendant légèrement côté glacier, ce passage se devine par de sortes de grande marches se dressant devant nous, qu’on peut passer soit en escaladant (je déconseille vu le gaz à gauche et à droite !) soit en contournant en redescendant un peu par la gauche (côté glacier) ce qui semble la voie la plus raisonnable.

La 3ème aiguille dans le sens de notre parcours, l’aiguille Occidentale de la Saussaz, est la moins compliquée à franchir, mais restons vigilant dans ce bric-à-brac de cailloux.

Après le sommet de l’aiguille Occidentale de la Saussaz, continuer sur la crête direction N vers le Bec du Grenier, ce dernier peut se passer de 2 façons :

  • par le haut :
    en longeant au mieux la crête, en restant côté glacier, parfois sur la crête, parfois 3 ou 4 m en dessous quand l’arête est trop effilée, à noter qu’il faut quand même mettre beaucoup les mains dans cette partie, cela s’apparente à de l’escalade simple.
    Pour redescendre du bec du grenier, il y a un passage évident, au 3/4 de la crête (en allant vers N), une brèche sur la gauche, on désescalade un peu (faut mettre les mains) et on rejoint le col à la cote 3236m par 20/30 m de marche, col 3236m d’où part l’arête NO en direction de l’Aiguille du Goléon.
    J’ajoute que une certaine aisance d’escalade / désescalade sera demandée, passages assez simples et évidents mais le rocher est un peu traitre dans ce secteur, et beaucoup de pierres bougent, certaines prises se détachent, donc grande vigilance requise. Autrement dit, randonneur débutant, à éviter.
  • passage du bec du grenier par le bas :
    passage une dizaine de mètres au-dessus du glacier, en longeant le glacier direction N donc, aucun souci, c’est une sorte de vire au pied du bec du grenier, bien large et très praticable sans grand danger apparent à part les chutes de pierre venant du bec du grenier au-dessus.
    Je pense que ce passage est rendu possible de part cette période de fin de saison ; pas de neige présente au sol et glacier au plus bas de son état, donc la place pour passer sous bec du grenier.
    Ce passage est donc bien sûr à étudier selon l’état du glacier à cette période.

Précision, nous avons effectué les 2 passages (haut et bas) afin de les proposer dans ce topo.

Ensuite du col 3236m, possibilité de retour par une courte traversée du glacier, puis retour par le sentier dans le vallon de Maurian, ou possibilité d’enchaîner avec la voie normale de l’Aiguille du Goléon (arête rocheuse NO) en aller-retour ou en traversée en redescendant par la face S du Goléon. Voir les topos à ce sujet.

Pour info, pendant la traversée des aiguilles, possibilité de rejoindre facilement le glacier Lombard à chaque col entre aiguilles.

Dernière modification : 6 octobre 2018
Aiguille du Goléon (3427m), voie normale du versant nord

A propos

Auteur de ce topo :

L'aventurier conserve intacte sa capacité d'émerveillement et la renouvelle chaque jour. Océans de calcaire, déserts d'altitude, curiosités naturelles, voilà mes endroits favoris pour dormir une nuit :-)

Crédits : Merci à Pascal et bibox qui m'ont donné les premières infos essentielles pour me permettre cette première contribution aux Aiguilles de la Saussaz. Et merci à Sarah avec qui j'ai fait cette belle ballade! Notre premier bivouac à 3000 m !!

Randonnée réalisée le 30 septembre

Topo publié le 6 octobre

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

  • par Le 6 octobre à 08h47

    Bienvenue sur le site pour ce 1er et beau topo.

  • par Le 6 octobre à 13h47

    Superbe !
    Merci pour ce topo très complet. Cette traversée me taraude depuis longtemps ; avec toutes ces bonnes infos ça va beaucoup simplifier la tâche pour l’an prochain !

    Les bivouacs à 3000m, ce n’est que du bonheur ;-)

  • par Le 6 octobre à 19h59

    Den’s content d ’entendre ça !
    En fait en cherchant des infos avant de faire cette course je n’ai trouvé que des brèves d’infos à droite ou à gauche, rien de vraiment complet. donc c’était à faire.
    C’est vrai que desfois l’aventure c’est bien mais quand on a pas trop le temps de s’aventurer dans l’inconnu c’est bien aussi d’avoir les infos de la ballade ;-)
    Oui le bivaouc à 3000 au top ! le coucher et lever du soleil était magique
    a bientôt

  • par Le 6 octobre à 20h05

    La voilà cette fameuse sortie ! Merci pour ce beau partage. Quand je relis d’où la conversation est partie et que je vois ton parcours final, c’est asses rigolo. Bravo et au plaisir !

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !