Abonnez-vous à notre newsletter !

Sortie du 13 août 2019 par vermatoiz Le Taillefer (2857m) par la Morte

Beaucoup de randonnées autour du Taillefer mais jamais le sommet, cette fois il faut y aller ! Ce fut long, mais que ce fut beau !

Vous consultez actuellement une sortie. Pour découvrir la carte, l’itinéraire et les infos détaillées, rendez-vous sur le topo de référence.

Topo de référence

Pour découvrir la carte, l’itinéraire et les infos détaillées, veuillez consulter le topo de référence

Publicité

  • Tentes de rando
  • Sacs de couchage
  • Chaussures de rando
  • Sacs à dos

Conditions météo

Temps couvert le matin, belles éclaircies au fil du temps, puis brouillard pour la descente.
Assez frais au sommet mais pratiquement pas de vent.

Récit de la sortie

"Faire le Taillefer" était un projet de longue date, et après avoir baroudé tout autour au cours de nombreuses balades, je me décide, avec 4 amis, à tenter l’aventure.
Aventure toute relative, puisque le balisage est quasiment omniprésent et le sentier bien tracé et très fréquenté.

Nous partons comme à mon habitude du chemin Bonniot (ben oui !) pour accéder au lac de Brouffier par le vallon du Guiliman, il est 8h15, il fait frais et le ciel est couvert, mais d’après Isabelle... ça va se lever !

Nous atteignons rapidement la cabane du Louvet, traversons le ruisseau et là, fini de rire, la montée démarre sec ! Il y en a qui ne connaissaient pas...

Nous montons tranquillement, arrivons au petit plateau qui est un ravissement et permet de relâcher un peu la tension des mollets, puis on grimpe à nouveau jusqu’à atteindre le lac de Brouffier, toujours aussi beau sous les falaises.

Nous allons prendre à droite la montée vers le Clos des Jensannes (belles vues sur le lac de Brouffier vu du dessus et sur le Taillefer) puis par la crête aérienne et un petit passage rocheux rejoindre le Pas de la Vache.

Belles vues sur la vallée de la Roizonne, sur le Tabor, et l’Obiou

Remonter l’arête de Brouffier bien cairnée jusqu’au Pas de la Mine ne présente pas de difficulté, puis c’est la montée vers la Croix du Sergent Pinelli, plus raide et escarpée.

On découvre sortant des nuages le Grand Armet, le Coiro, au loin les sommets de l’Oisans, la Muzelle, puis en contrebas le petit lac de l’Emay sous les falaises du Taillefer).

L’arrivée à la croix est déjà une jolie balade, et permet d’apprécier la vue panoramique sur les sommets alentour.

Au loin Belledonne, Grand Pic, Croix et Grande Lance d’Allemont se devinent sous les nuages.
En bas, sous nos pieds, le petit lac de la Courbe et plus loin en arrière le lac de Brouffier.

À partir de là c’est la découverte, aucun d’entre nous n’étant allé plus loin, sauf l’une à ski de rando, trente ans plus tôt !

Nous nous engageons sur les arêtes, bien escarpées et assez vertigineuses.
La vue est saisissante et on a l’impression d’être suspendu... C’est magnifique !

Nous allons cheminer ainsi un bon moment, passant de dalles en dalles, puis cherchant le chemin le plus commode, certains passant sur le sentier en dessous.
Puis c’est la crête du Petit Taillefer aux couleurs changeantes, face à l’impressionnante falaise abrupte du Rocher Culasson, quel paysage !

On est dans un monde totalement minéral, et au moins là, il n’y a pas de moutons, y a rien à bouffer !

Nous descendons ensuite dans un vallon sauvage mais bien cairné pour remonter vers le col du Grand Van en longeant un restant de névé.
De là il ne reste (!) qu’à remonter la pente caillouteuse à souhait jusqu’au plateau du Taillefer,où nous débouchons après presque 5h de marche.

Nous découvrons cet immense plateau avec son St-Eloi au milieu, le panorama de sommets à 360°, la Meije et les Écrins, des Aiguilles d’Arves à Belledonne en passant par les Grandes Rousses, et même le Mont-Blanc très loin entre 2 nuages, la Pyramide en face de nous, le Dévoluy et le Pic de Bure, le sud et le Vercors étant cachés par la brume, et puis cet imposant Rocher Culasson, et la vue arrière sur le chemin de crêtes parcouru et ses couleurs différentes de terre et de pierres , tout cela nous émerveille...

Après un rapide casse-croûte à l’intérieur d’un des nombreux abris de pierres, nous entamons le long chemin du retour, peu pressés de quitter ces lieux enchanteurs.

La descente sera sans problème, surtout que nous ne prendrons pas les arêtes mais un sentier en contrebas, puis retour à la Croix Pinelli, au Pas de la Mine, et de là nous ferons une boucle en revenant par la crête de Brouffier jusqu’à la côte des Salières, puis descente sur la cabane du Louvet pour retrouver notre chemin de départ, fourbus mais heureux !

Dernière modification : 21 août 2019

Sensibilisation

Pour une montagne plus propreLe milieu que vous allez traverser durant cette randonnée est fragile. Faites attention à la flore et ne dérangez pas la faune locale. Rapportez vos déchets chez vous et ramassez aussi ceux que vous trouverez. Vous soutiendrez ainsi le mouvement KeepTheMountainsClean

A propos

Auteur de cette sortie :

"Les vraies merveilles ne coûtent pas un centime. La marche nettoie la cervelle et rend gai". SAMIVEL (Le Grand Oisans Sauvage)

Randonnée réalisée le 13 août

Publiée le 22 août

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

  • par Le 27 août à 16h00

    Bravo Nadine ! Un vrai plaisir de voir cette sortie depuis mon canapé et de te lire ! Bon, si on s’en tient au texte, j’ai l’impression que tu as grimpé sans beaucoup d’efforts, dans les parties hautes mais rassures-moi, après le replat sous le Petit Taillefer, tu as quand même senti ta douleur dans la montée au col du Grand Van puis au sommet ? clin d’œil :)
    Le passage entre la croix et le Petit Taillefer est pas évident. Bien joué !

  • par Le 27 août à 22h07

    Même pas mal ! Non, je rigole..... C’est sûr que la pente finale fait mal aux pattes, surtout après presque de 5h de marche, bien qu’on n’ait pas marché vite.
    Merci de tes commentaires toujours sympas !

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !