Le Cimet (3020m) par la Cayolle Sortie du 30 août 2015

Pour la carte et l’itinéraire détaillé, veuillez consulter le topo

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

Conditions météo

Beau temps.

Récit de la sortie

Me voilà de retour vers Barcelonnette, je viens de gravir la Tête de Sautron, mon premier 3000 d’une petite série de trois et le suivant sera le Cimet, je me rappelle que le topo parlait d’une des plus belles arêtes des Alpes du Sud...

C’est parti pour le col de la Cayolle par la très belle route franchissant les gorges du Bachelard, je trouve un agréable parking avant le virage du départ de l’ascension. En fin de soirée, les nuages se sont tous volatilisés promettant une très belle journée pour demain.

Réveil vers 5h30, café, brioche, préparation du sac, laçage des pompes, fermeture des portes et me voilà, fin prêt pour entamer cette nouvelle ascension !

La piste me mène rapidement à la cabane de la Cayolle, puis le sentier suit en lisière de mélèzes puis remonte en lacets le vallon de la Grande Cayolle.

Peu avant 7h00, les premiers rayons de soleil rougeoient les sommets du Pelat, du Téton et du Cimet. Plus je m’avance, et plus les parois tournent au jaune-orangé. Un quart d’heure plus tard, c’est l’embrasement du décor tout entier qui prend place.

Puis un autre quart d’heure après, c’est le Petit Col de Talon que j’atteins. Il me faut encore monter et déboucher au petit vallon suspendu pour apercevoir cette fameuse crête du Cimet. Elle m’a l’air très esthétique. Le sentier passe à contre bas, mais je m’efforce à rester sur l’arête le plus possible. Je me retourne souvent pour admirer cette belle crête dentée.

J’arrive au sommet à 8h30, le panorama est splendide, le ciel est limpide et la vue porte loin notamment sur le Dévoluy à l’horizon avec l’Obiou, le Grand Ferrand et le Pic de Bure. Les Ecrins avec l’Ailefroide, la Barre et le Pelvoux sont resplendissants. Même le Mont Blanc dépasse au loin. Le Viso règne sans partage à l’est. Je reconnais les lignes de crêtes des Aiguilles et du Brec de Chambeyron ainsi que quelques sommets du secteurs dont la Tête de Sautron, gravie la veille. Devant moi, s’étend le chaînon du Grand Bérard, au nord de Barcelonnette, dont je reconnais la cime triangulaire. Ce sera le suivant de cette série de 3000.

Le silence du sommet n’est brisé lorsque quelques abeilles viennent bourdonner à mon oreille. Puis c’est un petit chocard par de faibles cris tout en exécutant sa ronde au dessus de moi. Il lâche sa fiente en plein ciel et s’en va vers l’horizon, libre comme l’air.

Je reste bien deux heures, seul au sommet, avant que les premiers randonneurs arrivent. Il fait grand beau, le sommet est facile et dépasse la barre des 3000, il risque d’être bondé très rapidement.

L’heure de la descente est arrivée, j’entame l’arête ouest jusqu’à la croix du Paris-Saïgon (rebaptisée Hô-Chi-Minh-Ville depuis 1976), témoignage de l’accident d’avion du 1er septembre 1953.

Pendant la descente de la croupe qui me ramènera à proximité du lac du Cimet, j’aperçois une harde de chamois, je me pose pour les observer. Ils restent tranquille un moment, puis avec les randonneurs qui ne tardent pas à arriver, ils commencent à se disperser. J’essaye de suivre à l’œil nu l’évolution des groupes dans ce versant ouest du Cimet mais les chamois ont l’art de se fondre au décor et j’en perds quelques uns de vue.

Certains randonneurs arrivent à ma hauteur et continuent leur chemin, j’observe encore un peu les chamois et continue la descente. Je passe au dessus du beau lac du Cimet où les randonneurs entament leur pause pique-nique. Je trace directement vers le Petit Col de Talon, je retrouverai plus de tranquillité dans le vallon de la Grande Cayolle.

Descente de ce dernier en prenant le temps de flâner, une petite pause à la lisière et à l’ombre du mélézin avant le retour final vers 14h30.

Pour en revenir à cette fameuse crête... "une des plus belle des Alpes du Sud" que certains affirment. Elle est remarquable et très esthétique sans aucun doute, elle vaut vraiment le détour !

Dernière modification : 7 septembre 2015