Sortie du 26 juin 2016 par patrick73 Pélaou Blanc (3135m) par l’arête Sud

Topo de référence

Pour découvrir la carte, l’itinéraire et les infos détaillées, veuillez consulter le topo de référence

Conditions météo

Brouillard à Bessans en partant à 4h.

Brouillard au pont de la neige à 4h30.

Grand bleu au dessus de la mer de nuage au Grand Fond à 5h15.

Cumulus qui remontent les pente à 6h vers le sommet, puis les sommets s’accrochent au fur et à mesure au cours de la journée.

Récit de la sortie

« Un Bouchon de Neige ! »

Je muris ce plan depuis le début de la semaine. L’été est enfin là, nous prenons nos quartiers à Bessans.

Ce sera un Pélaou Blanc depuis le Pont de la Neige, un petit déj’ au refuge du Fond des Fours, et puis on traversera le col des Fours pour rentrer.

Sympa non ?

4h du mat’, au Pont de la Neige je démarre skis au pied. Les brumes du fond de la vallée me talonnent. Dans la nuit d’encre, piquée d’étoiles scintillantes je trace ma route solitaire. Le grondement du torrent des Illards résonne et remplit tout l’espace.

Insensiblement la sublime noirceur du monde laisse la place à la lumière qui tarde à venir.

Seulement au passage du Grand Fond je prends conscience du jour naissant et des couleurs éclatantes, cristallines...

Au dessus de moi, le sommet, une calotte de neige étincelante au milieu de la brume qui insensiblement remonte le vallon.

J’évite le col des Fours par une raide pente. Le rythme est bon, la neige accroche bien, c’est un vrai plaisir. Et puis l’arête. À mon grand étonnement, le versant NW est sec.

Je décide de mettre les skis sur le sac, et crapahute les schistes noirs jusque sous les rochers sommitaux.

L’escalade est simple, juste quelques pas

Une énorme corniche domine le vallon. Je reste au plus proche des rochers sans vraiment savoir sur quoi je marche... Et puis quelques rochers à grimper et le petit dôme que je voyais d’en bas.

Un petit dôme presque parfait, symétrique, posé sur l’arête sommitale comme un bouchon sur le culot d’une bouteille.

Comment le passer ? Le contourner ? Par où ?... Pas moyen.

Alors je sors le piolet pour attaquer ces quelques mètres très raide.
En plein soleil sur mon petit bouchon je m’acharne. La neige est molle, elle n’a pas de prise sous mes pieds, dès que j’enfonce le piolet j’ai la sensation de transpercer mon petit bouchon...

J’y passerai du temps ! Mais rien n’y fait, il me résiste le bougre. À part tenter une traversée sur une petite vire péteuse dans des cailloux pourris, je resterai au pied de mon sommet, 20-30, peut être 40 mètres en contrebas.

Je me contenterai alors de ce sublime lever du jour, de la danse des nuées qui s’élèvent et emmitouflent toutes les pointes puis qui disparaissent comme par magie.

Tant pis pour ma traversée, je me régalerai quand même d’une trop courte descente dans une neige trop molle difficile à skier.

Dernière modification : 17 octobre 2018

A propos

Auteur de cette sortie :

Piqué à la montagne depuis l'age de 6 ans après avoir atteint peniblement le mont joli et je suis tombé amoureux du mont blanc. Ce jour la je me suis dit qu'un jour j'irais là haut. Il y a bien longtemps que j'y suis allé au sommet du Mont blanc, et la passion de l'alpi, la rando et ski de rando ne m'a toujours pas laché ! Et que ça dure longtemps encore (...)

Randonnée réalisée le 26 juin 2016

Publiée le 2 juillet 2016

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !