Mongiron (964m) par Revel Sortie du 25 février 2017

Pour la carte et l’itinéraire détaillé, veuillez consulter le topo

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

Une agréable boucle pour meubler une demi-journée et qui offre plein d’endroits sympathiques pour un éventuel pique-nique à découvert, face au sud, avec un panorama plus que correct. Le tout à deux pas de la ville (Grenoble).

Conditions météo

Beau temps. Température plus qu’agréable.

Récit de la sortie

Il y a match de rugby (Irlande – France) en fin d’après-midi alors, pour meubler agréablement l’avant match, cette bien sympathique boucle fera l’affaire. Pour une fois je serai seul (ce qui pour moi n’est vraiment pas coutume !). Claudine est aux ‘Oignons’ (Randonnée cycliste de la Plantation des Oignons) avec des amis de notre club cyclo ; l’état de mon dos m’interdit d’y participer pour cette année.

Contrairement au topo, je pars de La Bourgeat. Pas de problème pour garer la voiture (4 ou 5 places possibles seulement).

Pour une fois la cuvette grenobloise n’est pas étouffée par la pollution … merci le vent !

Au Naysord, le panneau n’est plus sur son montant et il est quasiment caché par la végétation.

Après le Naysord je retrouve les pins qui comme chaque année sont ‘décorés’ par les nids de chenilles processionnaires.

Petite conversation avec le cheval, près de son abri, qui semble (fort logiquement !) se désintéresser de mes propos. Par contre, il semble apprécier la sieste au soleil.

Arrêt repos et contemplation bien installé face au sud, au pied de ce magnifique arbre qui trône presque au sommet du Mongiron. Bel endroit facile d’accès, à ‘deux pas’ de Grenoble, où nous venons souvent en diverses compagnies.

Je côtoie de beaux murs de pierres sèches élevés par nos anciens mais dont la végétation a pris possession depuis pas mal de temps.

Passage ensuite à cette ‘pierre debout’ gravée dont je n’ai jamais pu trouvé le pourquoi !

Retour à La Bourgeat où ma voiture n’est plus la seule.

Une bonne aération avant un match qui devrait promettre … et que les français perdront !

Dernière modification : 27 février 2017