Pic de Rochebrune (3321m) Sortie du 12 juillet 2017

Pour la carte et l’itinéraire détaillé, veuillez consulter le topo

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

Conditions météo

Beau temps se couvrant au fil de l’après-midi.

Récit de la sortie

Me voilà dans le Queyras pour une semaine, la météo annonce du beau temps, autant en profiter pour découvrir ce secteur que je ne connais pas, excepté le vallon du Cristillan dans le coin de Ceillac.

Pour une première ascension, je vise le Rochebrune. Je choisis de partir du hameau du Laus pour profiter d’un beau contraste pour la montée. En effet, la montée par l’Izoard s’effectue presque en totalité dans les pierriers.

J’arrive la veille et me cale aux abords de la piste entre le Laus et le Blétonnet. Le soir, je profite d’un coucher de soleil sur l’imposant Rochebrune en proie avec des passades de nuages.

Réveil à 4h45, le temps d’un caf’ et d’un morceau de brioche et je me mets en route vers 5h15. Je remonte la piste au dessus du Blétonnet et attaque la partie dans la forêt. Plus loin, je récupère le sentier menant à la cascade des Oules. Je traverse le torrent et remonte le long de la cascade, la franchit plus haut et finis par sortir du bois des Oules.

Je continue dans les derniers espaces de verdures parsemés de caillasses et remonte la grande casse des Oules, rejoins le sentier venant du col Perdu et continue vers celui des Portes.

Je me retrouve au pied de l’ascension finale, les cairns indique bien la marche à suivre et j’atteins le pied de la brèche sans difficultés. Du raide dans un décor dolomitique, une impression que je connais bien du Dévoluy ! La remontée est grandiose et je prends les premiers rayons de soleil de la journée en haut de la brèche ! Je descends de l’autre côté et trouve le couloir encastré. Je le grimpe et débouche dans la face terminale que je remonte par le grand couloir en tirant vers le sommet sud.

Panorama de toute beauté pour ce premier sommet de la semaine ! Je grimpe au sommet principal. Je suis seul. Une heure plus tard, je suis rejoint par un ancien du coin. Nous échangeons un peu, puis nous entamons la descente à quelques minutes d’intervalle.

Aux col des Portes, je récupère le sentier vers le col Perdu que je quitte pour les pelouses sous la crête de Côte Belle. Je rejoins plus bas le sentier ramenant au ravin des Oules par une charmante forêt de mélèzes et c’est vers 14h que je termine cette belle première ascension. Je retrouve ma voiture et pars pour les Fonds de Cervières, demain c’est le Grand Glaiza !

Dernière modification : 19 juillet 2017