Grand Som (2026m), arête nord par la Ruchère à ski.

Difficulté :
Moyenne
Dénivelé :
1150m
Durée :
1 jour
La carte

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

Rando à ski assez longue et variée avec déjà des passages un peu raides. Un ski de sanglier dans la forêt si l’enneigement est faible, de "ouf" si "l'AOC Chartreuse" est au rendez-vous ! Le cadre magnifique, pour ne pas dire magique, de la Chartreuse en hiver, ne doit pas faire oublier les risques réels de plaques dans la pente N. (Mais c'est tellement parcouru de tout temps que finalement la pente doit être vite stabilisée ????)

Accès

La Ruchère dans la vallée des Entremonts depuis Entre-Deux-Guiers (D1006) puis D520C.

Embranchement à droite pour la Ruchère juste après le tunnel du Frou.

Remonter à la Ruchère, puis vers le foyer de ski nordique.

Au niveau d’un gîte d’étape et d’une scierie, une route s’enfonce plein sud jusqu’au Habert, au pied du Petit Som (immense parking), départ de la rando.

Itinéraire

C’est la voie normale, la voie " Royale" du Grand Som en hiver. Très, trop parcourue, elle n’en reste pas moins belle et variée. Et pour peu que l’AOC chartreuse soit au rendez-vous, alors là...

FICHE TECHNIQUE :

  • Dénivelée : 920m + 2x110m (descente et remontée du pas de la Rousse au col de Bovinant) = 1140m
  • Longueur : 2x5500m en aller-retour.
  • Horaire : 3h à 4h en montée, 1h à 1h30 en descente.
  • Difficulté : 2.3 (100m/35°), PD+/E1
  • Cartographie : IGN 3340OT Massif de la Chartreuse Sud
  • Bibliographie : TOPO NEIGE Aravis-Bauges-Chartreuse.
  • Site web : http://www.camptocamp.org/routes/45158/fr/grand-som-arete-n-depuis-la-ruchere

ITINÉRAIRE :

C’est à peu de chose près, celui de l’été depuis la Ruchère.

  • Depuis le Habert (parking), remonter le long de l’ancienne piste de ski jusqu’à son sommet 1350m (0h45).
  • Suivre alors le chemin d’été N à flanc, qui rejoint la combe de Léchaud au point coté 1446m (0h15).
  • La remonter jusqu’au col de Léchaud (1704m) à travers tout d’abord une forêt clairsemée (très agréable à la descente), puis des alpages (1h).
  • Du col de Léchaud , suivre le chemin d’été qui remonte au Pas de la Rousse (1750m) avant de redescendre sur le col de Bovinant 1646m, (0h15).
  • Rejoindre alors une pente raide 100/150m passage à 35° jusque sous l’arête que l’on rejoint vers 1800/1850m (0h45).
  • Peu avant le sommet on est contraint de contourner l’arête devenue difficile par la pente raide de la face E, puis remonter le plateau sommital en pente douce jusqu’à la croix (0h30/0h45).
  • Descente par le même itinéraire.

Grand Som 2026m, arête N, le 15 Mars 2016.

Besoin de solitude.

Le jour est clair. Il n’y a pas un souffle d’air. Seules résonnent, bourdonnent dans le fond de ce sombre vallon les eaux du ruisseau du Bruyant.

Qu’il porte bien son nom ce ruisseau pourtant invisible sous l’épaisse couche de neige, qui feutre, calfeutre tout.

L’immense paroi haut perchée du Petit Som confère une austérité, une sévérité à ce lieu pourtant si accueillant quand les rayons du soleil filtrent au travers des grands sapins sombres de Chartreuse.

Ma montée dans cet univers de profond silence n’en n’est que plus solitaire, reposante, réparatrice.

Le moindre bruit, le moindre bruissement me fait tressaillir. Je ne suis pas seul, observé, épié par une multitude d’yeux secrets, craintifs ou curieux.

Mais ces yeux me demeureront à jamais invisibles et secrets.

Le rythme lent de la montée dans cette forêt magique est envoûtant. Je m’attends à chaque instant à voir apparaitre un chamois, ou le renard, je rêve d’un ours ou d’un loup, je me construis tout un univers féérique.

Un froid soleil bas m’aveugle à la sortie au col de Léchaud. Mon univers s’écroule, je reviens à moi, à la réalité des choses, du monde qui m’entoure.

Deux randonneurs me dépassent furtivement, juste quelques paroles chaleureuses échangées et je replonge dans l’immensité de ce lieu de mystère, de silence, de prières aussi.

Mon corps semble disparaître, seul mon esprit, de plus en plus léger et serein se délecte du bonheur ambiant. L’esprit de Saint-Bruno mystérieusement m’isole dans cette bulle de bonheur.

Et puis la grande croix métallique, à son pied le superbe et intrigant monastère dont tout ici semble dépendre.

Alors seulement je reprends conscience de mon existence terrestre et physique. Je vais alors savourer un autre plaisir, celui de la descente, mais ça c’est une autre histoire.

Dernière modification : 19 mars 2016
Grand Som (2026m) par le Racapé

La carte du topo « Grand Som (2026m), arête nord par la Ruchère à ski. »

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Photos « Grand Som (2026m), arête nord par la Ruchère à ski. »

Le soleil m’accueille au col de Léchaud Arête Nord du Grand Som. Au Pas de la Rousse face au Petit Som. Pins givrés sur l’arête. Immensité cartusienne. Plateau sommital. En bas, un grand mystère ! Charmant Som et Chamechaude vus du sommet. Solitude glacée. Combe des Éparres. Austérité au col de Bovinant Profonde forêt cartusienne.