Tête des Ombres - Face Nord

Difficulté :
Difficile
Dénivelé :
1250m
Durée :
1 jour

Une course hors norme se déroulant sur un terrain d'une fascinante beauté. La grande façade nord de la Tête des Ombres n'en demeure pas moins rugueuse et austère. Une ascension très physique qui n'intéressera que quelques marginaux à la recherche d'émotions fortes.

Accès

  • Départ : fin de la piste forestière "Bois de la Combe du Loup"

Du sud : prendre direction Veynes, Col du Festre, Agnieres-en-Dévoluy,Saint-Disdier. Défilé de la Souloise. Puis D.537, lieu-dit "La Taissonnière", prendre la piste à gauche (route forestière du Sapey).

Du Nord : prendre direction Corps, Pellafol, Saint-Disdier. Puis D.537, lieu-dit "La Taissonnière", prendre la piste à droite (route forestière du Sapey).

Précisions sur la difficulté

Pour montagnards aguerris ayant l’habitude de progresser sur des itinéraires alpins non balisés.

Randonnée de haute volée ou alpinisme ?... difficile de trancher :
Le niveau de difficulté correspond à la cotation T5 décrite par Camp to Camp.

  • Les 800 mètres de la paroi se grimpent dans une pente moyenne à 40°.
  • De nombreux passages sont encore plus raides avec plusieurs ressauts parfois exposés (II).
  • Terrain exigeant - recherche permanente du meilleur itinéraire.

Une fois engagé, il serait très délicat de rebrousser chemin.

Équipements :

  • La corde : aucun équipement en place. Corde rassurante.
  • Le casque : obligatoire sur le haut du parcours.
  • Le piolet : il s’est avéré particulièrement efficace pour franchir les premières pentes herbeuses encore imbibées de la rosée matinale.

Les infos essentielles

  • Cartographie : TOP25 3337 OT Dévoluy-Obiou-Pic de Bure
  • Point fort  : son caractère insolite
  • Altitude de départ : 1370m
  • Sommets atteints :
    • Tête des Ombres : sommet de la crête vers 2300m
    • Tête de Lapras : 2584m
  • Distance de la boucle : 8km
  • Dénivelée cumulée  : 950m pour la seule Tête des Ombres, environ 1250m en ajoutant l’ascension de la Tête de Lapras
  • Balisage  : aucun
  • Date de sortie : août 2015

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Remarque

  • La piste d’accès au site : Au-delà de la Maison Forestière de Peiseiriou, la piste carrossable devient éprouvante pour les véhicules.
    Si l’on ne connait pas les lieux, il est recommandé de faire une reconnaissance préalable (paumatoire).

Prémices d’une ascension

C’est en parcourant le Couravou que mon regard fut immanquablement attiré par cette vaste muraille.
Mois de mai : afin d’assouvir mon désir de découverte, je décide de faire une reconnaissance visuelle de cette grande paroi.

Vers la Tête des Ombres

Départ de chez moi à 2h00 du mat.
Il est maintenant 5 heures, j’arrive à Veynes. Je connais une boulangerie ouverte à cette heure matinale. J’achète des viennoiseries chaudement sorties du four... il faut bien ça pour me requinquer !
J’arrive au pied de la face vers 6 heures.

Le départ

Une fois de plus, je me retrouve au beau milieu de cet incroyable amphithéâtre calcaire.
Encore embrumé, le Vallon de la Combe du Loup se dérobe à la clarté du jour.

  • Départ : le Vallon de la Combe du Loup (1370m).

S’élever dans la combe en direction du Couravou (sud-ouest).

Bifurquer progressivement vers le pied de la face de la Tête des Ombres (vers 1600m).

La Tête des Ombres se dévoile par intermittence.
Ce sont de brefs instants où mon cœur bat la chamade... cette face nord au nom évocateur m’impressionne.

Les Charances

Repérer une pente herbeuse ornée de quelques sapins.

  • Il est impératif de trouver la bonne draille.

La rampe se révèle plus escarpée que je ne le pensais.
Je l’estime à 40°, voire plus raide sur un passage où quelques roches émergent.
Encore détrempée, la pente scélérate demande une bonne dose de sang-froid. Heureusement le piolet m’assure un ancrage efficace.

S’orienter sud-ouest.

De part et d’autre, de profonds ravins longent un ruban herbeux.

Appuyer sur la droite pour se rapprocher du ravin. Plus haut, le terrain se dépouille inexorablement de son manteau végétal.

Atteindre des contreforts rocheux qui semblent oblitérer toute progression.
À cet instant, je ne sais pas où se trouve le passage, je ne sais même pas s’ il en existe un !

Je tâtonne, fouille la paroi du regard... rien de probant.
Je commence alors ma prospection. J’atteins le bord d’un précipice surmonté d’une falaise infranchissable. Trop à droite et trop tôt.

Se diriger vers le centre de la paroi rocheuse. Suivre les rainures d’une dalle pentée (à gauche et en légère descente).

Monter à nouveau en repérant une vire. C’est le passage clé.
Celle-ci se remonte de gauche à droite. Elle est immédiatement suivie d’un pas d’escalade (II).

Déboucher sur le haut d’un pignon rocheux. Partir sur la droite à travers des pentes caillouteuses. Ce passage conduit au pied d’une immense combe.

Voyage des émotions contraires... entre effroi et fascination.

Le final

J’hésite entre la montée du couloir central et le bord droit de la combe.
J’opte finalement pour le bord droit de la combe :

Le terrain est rugueux, écorché de toute part.
C’est une succession de dévers délicats et de ressauts rocheux délités qu’il faut aborder avec la plus grande vigilance. Je me sens plus à mon aise dans les pentes directes où la prégnance du vide se fait pourtant ressentir.

Étrange beauté minérale dominée par la proue majestueuse de la Tête des Ombres.

De nombreux pics rocheux embellissement le final du parcours. Passer en dessous du premier d’entre eux.

De là, partir à gauche sur un dévers constitué de roches croulantes... vers la sortie.

En faire plus

  • On peut rejoindre facilement le sommet de la proue rocheuse.
  • Inutile de préciser qu’une petite visite du sommet de la Tête de Lapras s’impose !

Le retour

Par la Crête de Samaroux, puis les Aiguilles du Mas.
On retrouve un sentier vers 1700m. Traverser le joli bois Pré Rond, puis les Plagnolles pour terminer la boucle.

Ci-jointe :

La description plus détaillée de l’itinéraire de la Crête de Samaroux par un autre passionné du Dévoluy Valverco (dans le sens de la montée).

Dernière modification : 16 mai 2018
Tête de Lapras (2584m) par la crête de Samaroux et le col de Lapras

A propos

Auteur de ce topo :

Marcher en montagne : "je suis bien là, où je me dois d'être. C'était la question cruciale de la vie. La plus simple et la plus négligée." Sylvain Tesson

Topo publié le 5 septembre 2015

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Afficher les commentaires précédents (6).
  • par Le 6 septembre 2015 à 23h56

    Chapeau pour l’ascension ! Celle-ci aurait bien mérité une belle pinte ! ;)
    Les photos sont époustouflantes...

  • par Le 7 septembre 2015 à 12h35

    La difficulté technique reste raisonnable, pourtant, on pourrait dire que mes précédentes sorties furent des promenades de santé en comparaison de ce parcours.
    On ne trouvait que peu d’indication sur cette paroi ; si ce n’est des photos de descentes en ski-alpinisme par des skieurs dont le niveau me fait rêver.
    J’ai aussi exploré le secteur de la Fuvelle. Le passage principal ne peut être franchi qu’en neige, mais il existe une vire de contournement. Cet endroit est l’un des plus impressionnant du Dévoluy !
    J’aurais reconnu l’endroit où tu as pris ta mousse sans la légende des photos !
    Lorsque j’étais enfant, l’auberge était plus petite et il y avait le trophée d’un chamois accroché au mur. Je déteste ce genre de représentation et tout ce qui se rapporte de près ou de loin à la chasse. Mais à cette époque, je n’en avais encore jamais observé de vivants, et, faute de mieux, celui-ci me fascinait déjà.

  • par Le 7 septembre 2015 à 23h49

    Ce fameux secteur de la Fuvelle, c’est d’ailleurs grâce à des chasseurs que Sombardier a trouvé ce "passage évident" pour franchir la barre rocheuse. Il faut imaginer les chasseurs redescendant la barre de la Fuvelle (du 4c me semble-t-il) avec le chamois sur le dos, c’est dingue !
    Son topo sur le grand escalier de la Fuvelle fait rêver tout comme les coins proches du Petit Obiou où le terrain est éminemment dévoluard ! Mais je manque d’expérience pour aller les visiter seul sereinement.

  • par Le 8 septembre 2015 à 00h40

    Je ne connais pas le passage de la vire, donc je ne peux rien dire pour l’instant sur son niveau de difficulté. Le passage principal n’est pas du 4c, c’est juste impossible à grimper sans neige. je l’ai vu de près, la paroi est lisse sur 5/6 mètres. Je ne sais pas de quels chasseurs tu parles ? Ceux d’un autre temps peut-être, qui ne montaient pas en 4x4 et ne tiraient pas les chamois avec des fusils à lunette ? Tu l’auras compris je n’ai aucune sympathie pour cette "discipline".

  • par Le 8 septembre 2015 à 01h52

    Ce que je désignais par "passage évident", pour reprendre les mots de Sombardier dans son topo, est précisément l’accès à cette vire dont tu parles.
    J’ai trouvé un topo et quelques photos sur internet à ce lien : http://stephane-despreaux.imag.fr/4.
    Pour la chasse, je n’ai pas plus de sympathie que toi. J’aurais du utiliser le passé pour la phrase de mon dernier commentaire, effectivement il s’agissait de récits de vieux chasseurs que Sombardier a suivi.

  • par Le 8 septembre 2015 à 10h11

    De passage à Grenoble, j’ai vu qu’il y avait une "nouvelle ?" édition sur le Dévoluy qui parlait de cette vire. Je ne l’ai pas acheté parce que je trouve les passages lorsque je sais qu’ils existent. J’ai fais 2 fois le Couravou, et la Fuvelle devrait tomber un de ces quatre, mais avec de la neige c’est mieux. Au mois de mai de cette année, le passage était impraticable car la rampe de neige avait fondue les 2 derniers mètres, laissant un vide entre la moraine et la paroi.
    Ce secteur est fascinant, si tu n’y est jamais allé, tu peux suivre le sentier qui passe au Pré Rond etc...

  • par mhLe 9 septembre 2015 à 19h18

    magnifique comme dab impressionnant comme toi

  • par Le 9 septembre 2015 à 19h23

    oui mh, avec Michel on a le vertige rien qu’en contemplant les photos de ses topos :)
    Marc

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !