Topo de référence

Pour découvrir la carte, l’itinéraire et les infos détaillées, veuillez consulter le topo de référence

Publicité

  • Tentes de rando
  • Sacs de couchage
  • Chaussures de rando
  • Sacs à dos

Conditions météo

Beau week-end.

Récit de la sortie

Attention : le récit qui suit est une variante du topo original, effectuée sur 2 jours avec 1500m de dénivelé positif.


Accès

De Valloire, gagner le Plan Lachat et remonter en voiture par le chemin mal carrossable jusqu’au Mottets.

Précision sur la difficulté

Une première journée facile et un deuxième jour nettement plus difficile, avec des accès bien raide notamment au col des Béraudes et au Lac Rouge.

Les infos essentielles

  • Carte IGN : TOP 25 Ref 3535OT )
  • Altitude minimum : 1700 m
  • Altitude maximum : 2800 m
  • Dénivelé + cumulé : 1500m
  • Distance : environ 25 km
  • Horaires : comptez 15h00 - Rando effectuée sur 2 jours.

Itinéraire / récit

Jour1 :

Du parking des Mottets, on rejoint le sentier direction sud est qui nous emmène en une bonne heure au lac des Cerces qui sera notre camp de base. L’endroit est idéal pour planter sa tente et l’exposition bien dégagée vers l’Ouest vous fera admirer un coucher de soleil sur les aiguilles d’Arves magnifique !

L’après-midi sera consacrée à une petite balade au-dessus du campement, le col de la Ponsonnière et le Lac Blanc. Pour le col on suivra le GR 57 qui nous emmène en une petite heure au col et le lac Blanc se situe sur la droite en suivant l’arête pendant 30 minutes environ. Du col, belles vues sur les arêtes de la Bruyère et le Grand Lac.

Petite sieste au lac et nous sommes réveillés par les tintements d’un troupeau de moutons et de chèvres mais voilà le troupeau sans berger est protégé par 2 patous très agressifs qui nous sautent dessus et sans le recours des bâtons pour se défendre, je ne sais pas comment cela se serait terminé... ! Après quelques centaines de mètres à batailler grave, nous voici hors du périmètre du troupeau et les patous nous laisserons tranquilles ! Grosse frayeur tout de même !

Nous regagnons le campement et attendons sagement le coucher de soleil, admiratifs de tant de beauté qui s’offre à nous !

Jour2 :

C’est une journée longue et pas facile qui nous attend mais tellement belle que tous nos efforts, nos sueurs seront vite oubliés !

On part tôt du campement laissant la tente derrière nous pour gagner le col de la Ponsonnière fait la veille. Au col, il faut prendre le sentier le plus à gauche et non pas le GR 57, on passe au-dessus du lac de la Ponsonnière et l’horizon s’élargit en direction du massif des Écrins. Agneaux, barre des Écrins, la Meije... la totale quoi !

Le cheminement est en balcon et est très agréable au petit matin. Les petits lacs de Crouserocs et son parterre de linaigrettes nous arrêtent un instant pour quelques clichés et nous voilà repartis en direction du col des Béraudes.

La bifurcation se fait au niveau du contrefort du pic de la Moulinière et à partir de cet endroit, une rude montée va nous conduire au col des Béraudes 2800m.

L’endroit est sauvage et la récompense au col vaut le déplacement ! Jusqu’à présent nous étions seuls au monde mais maintenant la foule qui monte du lac nous rappelle que nous sommes bien un 15 Août...

Le lac depuis le col dévoile sa couleur turquoise et nous l’atteignons rapidement.

Nous laissons la foule des Béraudes pour gagner un lac beaucoup plus confidentiel, le lac Rouge. Pour se faire, on emprunte sur quelques dizaines de mètres le sentier qui redescend du lac des Béraudes pour prendre une sente mal tracée qui part sur la droite en traversée sous la pointe des Béraudes en direction de la Chandelle du lac Rouge. Le sentier traverse des éboulis et se redresse très nettement sous le lac. La montée est très raide et on comprend pourquoi les gens se cantonnent au lac des Béraudes !

Arrivés au lac, un spectacle grandiose attend le randonneur, en effet, le lac est entouré d’aiguilles rouges qui se reflètent dans le lac d’où son nom, un des endroits les plus beaux et sauvages des Cerces, un de mes préférés aussi... ! Tous nos efforts sont ainsi récompensés ! Il est 12h30 et les estomacs commencent à nous le rappeler mais nous préférons regagner la vallée de la Clarée pour y déjeuner !

Pour redescendre du lac rouge, je vous conseille un autre itinéraire qui évite la fastidieuse traversée sous la Chandelle et le pic des Béraudes, pour cela une fois passée la 1° partie très raide sous le lac, prendre en direction de gros blocs entourés de pelouses au pieds desquels un sentier vous ramène assez bas sur celui des Béraudes, on gagne ainsi facilement une demi-heure et le sentier est nettement plus agréable ( ce sentier n’existe pas sur la carte mais il est bien là...) !

La vallée toujours aussi belle nous attend pour un pique-nique au bord de la Clarée, toujours aussi belle ! je ne m’en lasse pas depuis plus de 40 ans... Il est 13h30 environ quand nous arrivons au bord de l’eau, cela fait 6 heures que nous marchons !

Après une courte pause déjeuner, nous décidons de rejoindre le refuge des Drayères en suivant la Clarée histoire de grignoter soit une tarte aux myrtilles ou un fromage blanc également aux myrtilles... on ne va pas se laisser abattre tout de même ! ! Cette petite halte nous fait du bien mais la journée n’est pas finie. En effet, il nous faut regagner la tente en franchissant le col des Cerces situé au-dessus du lac Rond et Grand Ban. La fatigue se faisant sentir, nous montons tranquillement il fait chaud et il nous faudra environ 1h30 pour rejoindre le col.

La vue du col des Cerces sur le lac et notre campement est saisissante en cette fin d’après-midi... Voilà, plus qu’à plier la tente, et redescendre aux Mottets polé polé car la fatigue et le poids des sacs commencent à nous rappeler que cette journée fut longue même très longue mais tellement belle et variée. 11 heures que nous sommes partis depuis ce matin...

Dernière modification : 12 décembre 2018

A propos

Auteur de cette sortie :

Tombé dans la marmite montagne dés l'age de 12 ans, J'ai commencé par l'alpinisme et la haute montagne jusqu'à l'age de 40 ans pour ensuite me consacrer entièrement à la rando. La photo a également une grande place dans cet univers. "Quand tu arrives en haut de la montagne, continue de grimper" proverbe (...)

Randonnée réalisée le 11 août 2018

Publiée le 12 décembre 2018

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !