Tête de Bostan (2406m) Sortie du 26 janvier 2012

Pour la carte et l’itinéraire détaillé, veuillez consulter le topo

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

Conditions météo

Grand beau en altitude. Mer de nuages à 1200m, remontant à 1700m en fin de journée. Neige assez fraiche, non transformée. Vent négligeable.

Récit de la sortie

Une balade hivernale sur ce beau sommet, que je voulais faire depuis un certain temps... Conditions hivernales idéales...

Mais comment monter là-haut ? En raquettes ? Mais la balade est longue en distance... Le faire en aller-retour ne me motivait pas trop... En ski de rando ? C’est lourd, et je n’ai d’ailleurs pas mon matériel ici... Et pourquoi pas en randonnée nordique ? Les pentes larges et débonnaires de ce sommet peuvent s’y prêter... Cela ne devrait pas être beaucoup plus difficile que les crêtes du Jura.

C’est donc avec une paire de ski de fond classiques que j’ai décidé de tenter l’aventure. Une vieille paire "débutant", courts et larges, à écailles... Il faudra tout de même emporter les raquettes sur le sac au cas où, en cas de passages difficiles (notamment à la descente), et par sécurité (en cas de fixation cassée)... D’autant plus que les chaussures de ski de fond ne sont vraiment pas faites pour marcher dans la neige !

Départ 13h des Allamands. On sort rapidement des nuages. La piste, relativement damée, est rapidement montée (en canard dans les parties raides). 14h au niveau du refuge de la Golèse. La suite se fait en suivant les traces de raquettes (dans les traces, ou juste à côté dans les passages raides). La neige plus dure une fois la crête rejointe, et les faux plats là-haut se prêtent bien à l’exercice. Ciel transparent, panorama... Sommet à 16h. C’est beau...

Sommet quitté à regret à 16h30 dans un soleil déclinant. En neige non damée, les skis de fond ne permettent ni de tourner, ni même de déraper ou de freiner en chasse-neige... C’est donc dans de grandes traversées-conversions que la descente s’est faite, en ajustant bien la trajectoire et la pente pour avoir une vitesse contrôlée. Heureusement les grandes pentes douces de ce sommet se prêtent vraiment bien à ça... Ce n’est pas du "grand ski" au sens commun du terme, mais c’est tout de même amusant, beaucoup plus intéressant et reposant que de "bêtement" marcher la descente en raquettes, et on se laisse glisser dans le décor sans que la pente soit avalée en juste 10 minutes... On profite, on admire, et on prend même le temps d’explorer un peu, car plats et remontées ne sont pas rédhibitoires... Et au-dessus des nuages dans les couleurs du couchant, c’est vraiment un décor de rêve...

Hélas, le soleil finit toujours par se coucher trop vite. D’ailleurs, le brouillard était bien monté, et enveloppait les parties basses de la pente. Vite, retrouver les traces de montée pour ne pas s’égarer, et finir en raquettes car il est totalement impossible de skier la descente si on ne voit pas le relief devant les spatules... Les skis seront rechaussés beaucoup plus bas sur la piste, lorsque celle-ci est suffisamment peu raide pour être descendue en chasse-neige, à la lumière de la frontale.

Dernière modification : 19 février 2018

Photos « Tête de Bostan (2406m) »

Sur la piste. On sort du brouillard. En direction du refuge de la Golèse. Hiver. Derrière le chemin parcouru, le paysage se dévoile. La pointe d’Agnolon. En bas, le refuge de la Golèse. Sur la crête débonnaire. Les Dents Blanches hivernales. Petit regard vers la Suisse. Le sommet est en vue. Les Dents du Midi vues du sommet. Regard sur le Mont de Grange et les Cornettes de Bise. La vallée du Giffre tente de voir le soleil... Tout au fond, le Mont Blanc. Descente dans un soleil déclinant. Mes traces dans le décor de rêve... Le chemin du paradis ? Les couleurs évoluent... C’est beau... C’est pas de la godille, mais c’est toujours le rêve... On profite des derniers instants de spectacle... Rideau !