Pointe de la Sana (3436m) par la Maurienne Sortie du 15 août 2017

Pour la carte et l’itinéraire détaillé, veuillez consulter le topo

Auteur : (Avertissements et Droits d'auteur)

Conditions météo

Grand soleil le matin et nuages se développant l’après-midi
Températures agréables
Pas de vent

Départ de Bellecombe : 5h30
Refuge de la Femma : 8h15- Pause jusqu’à 8h30
Coin des Stors : 9h30
Col des Barmes de l’Ours : 10h00
Sommet : 11h15 - Pause jusqu’à 12h40
Retrour au dessus du refuge de la Femma : 14h00
Plume fine : 15h15

Durée totale avec les pauses : 9h45
Distance : 27,1 km

Récit de la sortie

La Pointe de la Sana... Grand amateur des œuvres de Frédéric Dard, je ne pouvais pas ne pas ignorer ce sommet, d’autant plus qu’il occupe une position centrale permettant d’avoir un panorama à 360° au sommet (et même 400° avec le Genépi dans le sac...).

La randonnée sera longue et des nuages sont annoncés en fin de matinée.
Au parking de Bellecombe, la première navette (qui permet de gagner une bonne heure de marche) ne démarre qu’à 8h30, beaucoup trop tard pour moi.

Départ donc à 5h30 du parking ; la température s’élève à 8°, les premières lueurs du jour apparaissent rapidement,
Au passage au plan du Lac, je peux déjà profiter du jeu des reflets des dômes de la Vanoise et de la Grande Casse.

Le sentier est évident sur ce secteur et tranquillement, en finissant ma nuit, je progresse en direction du vallon de la Rocheure. Peu avant le refuge de la Femma, le soleil rejoint mes pas.

Après une petite pause déjeuner à côté du refuge, je n’ai pas trouvé la petite sente à prendre pour rejoindre le cours du ruisseau de la Femma, j’ai donc tiré directement à travers la pente.
Arrivé sur un replat à proximité du ruisseau, la suite de l’itinéraire apparaît : il s’agit de grandes pentes herbeuses avec des passages assez raides. Avec un bon rythme et sans se précipiter, ça passe bien et le temps passe assez vite (il faut dire qu’après déjà 3 heures de marche, on relativise sans s’en rendre compte !).

Au coin des Stors, je suis passé par le passage raide à droite. Il faut bien remonter le ruisseau jusqu’au maximum avant d’apercevoir la sente de l’autre côté (ce que je n’ai pas fait, mais ça passe aussi !). La remontée de la sente jusqu’au replat demande un peu vigilance et de concentration.

La suite de l’itinéraire est évidente jusqu’au col des Barmes de l’Ours (où un névé subsiste), la sente disparaît par moment mais ce n’est pas vraiment paumatoire, on reste toujours dans le domaine de la randonnée.

Peu après avoir contourné le col par la gauche, la Pointe de la Sana apparaît. Je suis surpris car je m’attendais à ce qu’elle soit plus proche ! En réalité elle n’est pas si éloignée et en une grosse heure de remontée dans de multiples sentes et éboulis, le sommet est atteint ! Le souffle déjà court est encore plus coupé par le panorama que l’on découvre.

Tout y est ! (Même une petite arête sommitale d’environ 1 mètre de hauteur qui fait office de parapet).
Le ciel est encore bleu, la vue porte loin et l’apparition soudaine de la Grande Casse quand on arrive est un régal.

Après une longue pause d’observation au sommet (1h25...), j’entame la redescente. Celle-ci sera assez rapide et le refuge de la Femma est vite rejoint... Ou plutôt la proximité du refuge (durée : 1h20).
Au retour j’ai en effet traversé le ruisseau de la Femma au niveau d’un replat pour ensuite rejoindre directement le chemin en aval du refuge (ça doit permettre de gagner une dizaine de minutes, mais comme j’avais prévu de prendre la navette à Plume Fine, ce sont des minutes qui comptent !).

Après 1h15 de marche depuis le ruisseau de la Femma, j’arrive à Plume Fine quelques minutes avant la navette qui me ramène au parking de Bellecombe.

Pour conclure, chaque année, une randonnée me marque un peu plus que les autres. Et je pense que pour cette année, çe sera (pour l’instant) la Pointe de la Sana !

Dernière modification : 3 septembre 2017