Grand Coyer (2693m) par les Gorges de Saint-Pierre

Difficulté :
Difficile
Dénivelé :
1450m
Durée :
1 jour

Un itinéraire très varié, ludique, impressionnant parfois, dans des lieux sauvages, où vous risquez de vous sentir seul au monde, surtout si vous choisissez de vous y aventurer en dehors de la belle saison ! – Auteur :

Accès

Sur la route RD 908 du Val d’Allos, versant Sud, prendre à Beauvezer, le pont qui traverse le Verdon. La route passe au petit village de Villars Heyssier, devient une piste carrossable mais étroite. Continuer sur environ 1,5 km et se garer au parking aménagé un peu avant les gorges.

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

La sortie en quelques chiffres :

  • Carte : IGN TOP 25 n°3541OT "Annot - Saint André les Alpes"
  • Site IGN : Grand Coyer
  • Altitude de départ : Villars-Heyssier, 1310m
  • Point culminant : Grand Coyer, 2693m
  • Temps de parcours : environ 7 heures sans les pauses
  • Distance : environ 18 kilomètres pour cet aller-retour
  • Balisage : rectangles jaunes du sentier PR jusqu’aux cabanes de Congerman. Sentier non balisé mais bien tracé jusqu’à la Baisse du Détroit. Sente cairnée de la Baisse du Détroit au sommet du Grand Coyer
  • Période conseillée : Sortie effectuée mi-octobre 2014. L’été et l’automne devraient être les saisons idéales, en fonction de l’enneigement

Difficultés :

  • Traversée des Gorges de Saint-Pierre : sur environ 1 kilomètre, il y a du gaz ! Randonnée déconseillée aux personnes sensibles au vide.
  • Roubines : entre les cabanes de Congerman et la Baisse du Détroit, des zones de schistes très souvent ravinées rendent la progression parfois un peu acrobatique.
  • Recherche d’itinéraire : la montée depuis la Baisse du Détroit au sommet n’est pas idéalement balisée (cairn et parfois traits rouges), néanmoins trouver le bon passage ne devrait pas poser trop de problèmes.

Les Gorges de Saint-Pierre :

D’entrée pour se mettre en jambes, un petit passage dans des roubines où il faut avoir le pied sûr ! On emprunte une passerelle puis une courte zone boisée.
Le sentier décrit un virage. Peu après, un poteau directionnel : le chemin de droite descend vers la modeste mais sympathique chapelle Saint-Pierre que je vous conseille d’aller voir si vous avez le temps.
On entre véritablement dans les Gorges, soit un peu plus d’un kilomètre de sentier en corniche, assez aérien par endroits. Le danger n’est pas tant vers le bas avec la chute dans le ravin que les possibles chutes de pierres venues d’en haut. Évitez de stationner dans les vallons...

Cabanes de Congerman :

Au bout des Gorges, on trouve une passerelle et un poteau indicateur. Prendre à droite en direction des Cabanes de Congerman. Une enfilade de lacets à travers la forêt vont vous faire rapidement gagner 400 mètres de dénivelé. Vous apercevrez dans une trouée le Laupon et "La Croix".
On trouve dans une clairière une vieille cabane, une cabane à batteries, et au-dessus la Cabane forestière proprement dite. Un câble suspendu en direction du Sud avec un chariot monté sur poulies permet aux personnels habilités (ONF) de transporter du matériel sur le versant en face.

Baisse du Détroit :

Prendre le sentier de droite au-dessus de la cabane. Rapidement un poteau indicateur se présente : quitter le sentier PR et ses rectangles jaunes et monter sur la gauche.
Une bonne série de lacets à travers une belle forêt de mélèzes vous emmènent jusqu’à des ravines, puis un passage à travers de courtes barres rocheuses sous le versant Ouest du Petit Coyer.
On arrive ainsi sur le large replat du Plateau de Pisse-en-l’air, dont les barres qui le cerne expliquent le nom évocateur !
Continuer à progresser sous le Petit Coyer en traversant une belle zone ravinée de schistes entrecoupé d’un joli bosquet de mélèzes. Une courbe et l’on arrive sur le cirque du Ravin d’Auriac. Devant vers le Nord-Est, la Baisse de Mouriès, vers l’Est le Sommet du Carton.
On s’aperçoit en se retournant que nous sommes une fois de plus passés au-dessus de barres rocheuses ! Nous traversons le cirque d’Auriac. Vous arrivez à un croisement permettant de rejoindre la Baisse du Détroit soit par le plan au dessus-des cabanes de Pasquier, soit par une montée en larges virages suivie d’une traversée de niveau jusqu’à la Baisse.
Je vous propose de pencher pour la seconde option, avec pour variante de monter droit dans la pente jusqu’à rejoindre le sentier un peu avant la crête. Ce sentier vous permet de surcroît de bénéficier d’un beau panorama, sur la Fréma notamment. Passer la crête et arriver juste au-dessus de la Baisse du Détroit.

Le Grand Coyer :

Vous êtes à la Baisse. Vous devinerez, sur le flanc Est du Sommet sans nom coté 2565, une vague sente cairnée partant vers le Sud. Suivez-la au mieux, à travers des touffes de rhododendrons, d’airelles, des mottes de terre et des blocs rocheux, pour parvenir à la baisse suivante au point coté 2478, juste sous le Grand Coyer.
Il existe une sente également parsemée de cairns partant de ce point jusqu’au sommet (quelques traces de peinture rouge peuvent également vous guider). Elle part légèrement à gauche de la crête Est-Nord-Est.
La pente est assez soutenue au départ. On navigue à travers quelques gros blocs, pour finalement parvenir à l’arrondi final sans trop de difficultés.
Pour bien voir les lacs de Lignin, descendre un peu sur la crête Sud-Est. Sinon pour le panorama, vous pourrez l’admirer du cairn sommital, avec tout un tas de sommets trop nombreux pour être détaillés :)

Le retour :

Le retour est identique à l’aller. Il est cependant possible d’envisager un raccourci intéressant au retour.
Une fois revenu sous le Petit Coyer, vous allez vous retrouver sur une crête bien marquée que vous aurez sans doute remarqué à l’aller. Notez comme les lacets orientés au Nord viennent affleurer le long de cette crête : au lieu de suivre le sentier, descendez donc tout droit sur cette bonne pente à travers de beaux mélèzes (il existe même un semblant de sente sur cette crête). Vous retrouverez ainsi les Cabanes de Congerman par un itinéraire alternatif.
Pour le sentier jusqu’à la passerelle des Gorges, vous pouvez également le couper, mais attention : la forêt est plus dense, moins facile d’accès, la pente est plus raide, et si vous sortez trop au Nord, vous risquez de croiser le torrent trop haut, sur des cascades. A vous de voir, selon votre forme physique et votre sens de l’orientation !
Bien entendu, je vous déconseille de chercher un raccourci pour traverser les Gorges de Saint-Pierre :)
Retour au parking à l’aval des Gorges.

Dernière modification : 16 mai 2018
Le Couguyon (2147m) et le Laupon (2432m) par les Gorges de Saint-Pierre

A propos

Auteur de ce topo :

Site web : Rando Terres d’Azur

Bonjour, Je suis installé à Allos dans les Alpes de Haute Provence. Accompagnateur en montagne, je vous propose des randonnées dans le Haut-Verdon et dans tout le Mercantour. Rendez-vous sur le site "randoterresdazur.fr" ou la page facebook "Rando Terres d'Azur". A bientôt ! Marc

Topo publié le 23 octobre 2014

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Afficher les commentaires précédents (6).
  • par Le 31 décembre 2014 à 12h43

    aaaaahhh ! ça y est, il est enfin là, le topo que j’attendais ! merci ALFA !

  • par Le 31 décembre 2014 à 12h48

    Vraiment sublime, encore bravo !

  • par Le 31 décembre 2014 à 13h49

    ça à l’air super ! tu n’as pas été tenté par une descente sur câble ?

  • par Le 31 décembre 2014 à 14h42

    J’irais c’est sûr !
    merci Afkaliz !

  • par Le 31 décembre 2014 à 15h51

    coucou tout le monde !
    Cyril : merci ! reste plus qu’à le faire ! on en revient à la classification des topos : pas sûr que le qualificatif "difficile" soit adapté pour les 3 habitués de hauts sommets que vous êtes (il n’est pas question ici d’alpinisme, vous l’aurez bien compris).
    Joëlle : non, pas de descente en câble, au vu de l’état du truc, ça donnait pas trop envie :)
    Paul : j’attends avec impatience les retours de celles et ceux qui feront cet itinéraire. Sûrement pas le plus engagé des Alpes, mais qui est très varié, et assez "sauvage" (autant au niveau des paysages que du peu de monde rencontré).
    Bonne balades à vous tous !
    Marc

  • par jjLe 8 octobre 2015 à 15h17

    J’ai fait seul cette balade il y a quelques années , lors d’une période de déprime .Je suis revenu de cette rando à nouveau gonflé à bloc tellement ce parcours est une merveille de variété et de vues splendides . Rencontré personne pendant toutes ces heures de solitude ,une bouffée d’air extraordinaire .Pour moi à la portée de tous .

  • par Le 10 octobre 2015 à 08h38

    oui, une rando à faire hors saison estivale quand l’envie de solitude nous prend. Je ne qualifierais pas pour ma part cette rando d’accessible à tout le monde, de par sa longueur et les quelques passages raides qui l’émaille. Les commentaires récurrents de visiteurs invitant (de manière plus ou moins diplomate) les auteurs de topos du site à surévaluer leur cotation sont déjà assez nombreux comme cela :)

  • par Le 20 mars 2017 à 11h26

    Une très belle course réalisé en mai 2015 mais pas a la porter de tous, un secteur dangereux en hiver et au printemps qu’il ne faut surtout pas sous estimer malgré ça faible hauteur

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !