Abonnez-vous à notre newsletter !

Signal de l’Iseran (3237m - 3235m)

Difficulté :
Moyen
Dénivelé :
473m
Durée :
demi-journée

Courte ascension au-dessus du Col de l'Iseran, présentant un exceptionnel panorama. Idéale quand on dispose d'un court créneau horaire. Et pour changer de la Pointe des Lessières. – Auteur :

Accès

  • Parking du Col de l’Iseran.

Publicité

  • Sac de couchage d’expédition Valandré, PROMO

    890 € 790 €

  • Veste de protection en Gore-Tex - (...)

    550 €

  • Chaussure de grande randonnée Homme (...) PROMO

    290 € 275 €

  • Sac à dos 17L - Herschel - Automne (...)

    110 €

Précisions sur la difficulté

  • Sente parfois raide dans des éboulis.
  • Un petit ressaut rocheux à négocier.

Les infos essentielles

  • Carte : IGN TOP25 3633ET
  • Altitude de départ : 2764m
  • Distance : 5km
  • Horaire d’ascension : 1h30/2h00

Itinéraire

Ouvrir en grand !

Chargement de la carte en cours

Ascension

Du Col de l’Iseran, prendre au nord, le chemin qui monte à la gare d’arrivée du Télécabine du Vallon de l’Iseran sis sur un mamelon herbeux coté 2804m.

  • Il est possible de se garer vers le lac de Céma et prendre la piste qui va rejoindre la gare de la télécabine.

Monter directement, hors sentier, sur le mamelon herbeux suivant, coté 2843m.

Une sente s’élève au nord, jusqu’à un plateau gazonné.

Se diriger vers le rebord est de ce plateau et le suivre jusqu’aux premiers rochers.

Passer entre 2 rochers, en contrebas d’un Gazex servant à déclencher préventivement les avalanches.

Remonter sur l’arête et la suivre jusqu’au sommet. Un petit surplomb (mais oui !) se négocie facilement en tirant un peu sur les bras mais rien de bien méchant. Il doit être évitable par des vires en contrebas.

Le sommet est une crête horizontale de 300m de long environ. En raison de l’altitude plus élevée, le panorama du Signal de l’Iseran est supérieur à celui depuis la Pointe des Lessières.

Suivre l’arête vers l’est, descendre une petite brèche et remontre au Sommet Est, alt. 3235m, qui permet, contrairement au Sommet Ouest, de voir le Mont Blanc.

Descente

Par le même itinéraire.

Panoramique du sommet (360°)

  • ICI
  • Cliquez sur l’image qui s’affiche dans votre navigateur et utilisez la barre de défilement horizontal
Dernière modification : 16 mai 2018
Ouille Noire (3357m)

Sensibilisation

Pour une montagne plus propreLe milieu que vous allez traverser durant cette randonnée est fragile. Faites attention à la flore et ne dérangez pas la faune locale. Rapportez vos déchets chez vous et ramassez aussi ceux que vous trouverez. Vous soutiendrez ainsi le mouvement KeepTheMountainsClean

A propos

Auteur de ce topo :

Randonnée réalisée le 7 septembre 2016

Topo publié le 15 août 2010

(Avertissements et Droits d'auteur)

Commentaires

Afficher les commentaires précédents (24).
  • par Le 21 juillet 2011 à 12h22

    Dommage que le temps nous ait contraint d’abandonner à 100m du sommet : les conditions sur l’arête était très mauvaise !

  • par Le 21 juillet 2011 à 19h23

    Bonjour, la montagne en hiver, est toujours plus difficile ! Vous dites que nous sommes en juillet ? Ah bon ! Vous avez vu cela où ?

  • par Le 22 août 2015 à 09h35

    splendide balade, à noter un passage délicat au niveau du surplomb, il peut se contourner par des dalles à droite...

  • par PASLe 21 août 2017 à 22h09

    Message à tous ceux qui seront tentés, cette randonnée est TRES difficile et absolument pas pour des amateurs.

    Le sentier n’est absolument pas balisé, en dehors de quelques cairns de pierre, pour la plupart détruits. J’ai essayé d’en remonter le maximum. A noter que certains indiquent d’ailleurs des "mauvaises" directions. Le sentier n’est pas tracé dès qu’on passe le gazex, et le terrain est dangereux à souhait. Il ne s’agit que d’ébouli d’ardoises ; coupantes et friables. j’ai même glissé sur plusieurs mètres. Je me suis perdu plusieurs fois. En cas de glissade c’est la mort assurée. Il faut escalader plusieurs fois des barrières rocheuses. Le pire reste la descente ou le terrain est encore plus instables, et ou il est difficile de retrouver son chemin.... on se retrouve rapidement pris dans les pierres friables, sans terrain "dur" sur lequel marcher. Bref randonnée qui n’en est pas une, dangereuse à souhait.

  • par Le 22 août 2017 à 12h06

    Le commentaire ci-dessus est très exagéré !!
    D’abord cette randonnée est courte et la partie "difficile "est sur 200 m de dénivelée. La sente est assez facile à repérer, la seule fois où il faut franchir une barrière rocheuse est le passage mentionné dans ce topo (qui peut d’ailleurs être contourné....) Il est vrai que le terrain est un peu raide et schisteux avant de rejoindre l’arête qui est sans difficultés.
    A mon avis on peut coter en R3

  • par Le 22 août 2017 à 16h22

    "...randonnée qui n’en est pas une..."
    Ah ! Alors c’est quoi ?
    Course d’alpinisme ?

  • par Le 22 août 2017 à 17h08

    En plus côté asphalte la DDE n’a pas fait son boulot "sans terrain "dur" sur lequel marcher"

  • par Le 22 août 2017 à 19h01

    bien vu....

  • par Le 5 septembre 2018 à 21h00

    Je ne veux pas me faire l’avocat du diable et je connais le sérieux d’Alain en ce qui concerne la rédaction de topos, mais je me suis fait avoir sur cette courte rando où j’ai préféré faire demi tour à peu prés (je pense) au niveau du surplomb (en gros à 3070m).

    Le terrain était givré, gras et bien humide et je me suis dit que la descente allait être craignos ...

    J’ai pourtant fait d’autres randos exposées (Obiou, arête NE du Grand Veymont, Arêtes du Gerbier ... etc) mais là je dois avouer que je n’étais pas du tout dans ma zone de confort (Il est aussi vrai que je n’aime pas les terrains marno-terro-foireux même si je les passe malgré tout et j’étais peut être fatigué après 3 jours de randos en Haute-Maurienne).

    Au vu du dénivelé on ne peut pas classer cette rando en "difficile", ni dire qu’elle est dangereuse ou très exposée, mais il faudrait peut être prévenir sur l’aspect foireux du terrain après le Gazex (d’après le topo je la pensais plus évidente que cela à faire).

    Ceci dit j’y retournerai à temps perdu en période de canicule, ça me fera prendre le frais et le terrain sera certainement plus sec.

  • par Le 6 septembre 2018 à 10h45

    Salut Johnny,
    Les topos, que ce soit sur AR ou sur des topos librairie, ils sont rédigés pour des conditions optimales. C’est quand même un 3200m donc le givre, la neige, la pluie, au mois d’août, c moins courant qu’il y a 30 ans, mais c dans le domaine du possible.
    a+
    alain

  • par Le 6 septembre 2018 à 18h54

    Pas grave Alain !

    Comme je l’ai souligné, cela a été certainement du à un coup de "mou" de ma part.

    Le lendemain (en fait hier), j’ai remonté sans problèmes la pente terreuse raide sous la Pointe du Grand Vallon.

    Comme il m’arrive rarement de renoncer, j’avais probablement juste besoin d’en parler.

    (La même mésaventure m’était arrivée à la Grande Sassière il y a une dizaine d’années, j’y suis retourné l’année suivante sans problèmes et en me demandant bien pourquoi j’avais fait demi tour l’année d’avant ...)

    Ciao.

  • par PASLe 19 janvier à 13h00

    Ca me rassure quand même de lire que des gens bien plus expérimentés que moi comme Johnny exprime peut-être avec des mots plus précisque les miens que ce n’est pas à la portée du premier amateur, et clouera le bec aux bien pensants condescendants qui au lieu d’une bienveillance qui devrait les animer pour éviter les accidents, préfèrent railler les gens comme moi et donne une bien mauvaise image de la communauté.

    J’aimerai personnellement bien faire cette randonnée de quasi apinisme avec quelqu’un d’expérimenté. Ma femme m’avait accompagné sur le premier essai, mais terrifiée par l’expérience du pierrier et les glissements de terrain elle n’y retournera plus.

  • par Le 19 janvier à 17h23

    Que ce soit plus difficile qu’une rando sur sentier, c’est normal, c’est du hors sentier.
    Dire que c’est du "quasi alpinisme", désolé, mais c’est du grand n’importe quoi.

  • par DanielLe 19 janvier à 18h09

    A PAS
    Glissements de terrain ? Vous avez alerté les autorités compétente avent que Val d’Isère ne soit enseveli ?

  • par Le 20 janvier à 08h20

    Hello,

    Je viens de lire la chaine de remarques et commentaires. Et finalement je suis assez partagé entre tous ce qui est dit.

    J’ai vécu la haut cet été une petite mésaventure qui c’est bien terminée malgré tout.
    On va dire que j’ai suivi une trace comme un bourrin pour me retrouver dans un pas merdique, typé Vanoise...
    Si j’avais ouvert les yeux j’aurai suivi la sente peinard jusqu’au sommet, ce que j’ai fait après coup.

    Ce que je veux dire par là, c’est que le signal de l’Iseran est facile quand on suit la sente, quand c’est sec. Rando, surement, alpi pas encore, mais le terrain est quand même assez péteux.

    Ça peut déconcerter pas mal de monde même des randonneurs avertis ! Et les commentaires vont bien dans ce sens !

    Bref c’est du terrain Vanoise, et comme on dit par chez nous, faut avoir le pied caprin... :-)

    A+

    Pat

  • par Le 20 janvier à 10h55

    Salut Patrick,
    Merci pour tes propos mesurés, J’ai vu rouge car "pas" est le rageux de service qui n’en est pas à son premier commentaire désobligeant.
    N’importe quelle randonnée, fut-elle facile, peut tourner au désastre si on sort de la trajectoire ou si la météo s’en mêle. Alors, à quoi s’attendre à plus de 3200m ?
    Comme le dit Alain, on ne peut pas prendre en compte ce genre de circonstance à la rédaction d’un topo, seule la difficulté intrinsèque peut être appréciée.
    Les auteurs des topos passent leur temps à mettre des recommandations et nous savons bien que tous les randonneurs ne sont pas expérimentés.
    Mais s’est faire un bien mauvais procès que de vilipender les auteurs qui prennent du temps pour partager leurs aventures.
    "L’homme moderne a besoin d’aventure. Il rêve de partir. Il célèbre les vastes monts et les mers lointaines. Mais il désire une montagne sans risque, une mer sans vagues. Pour un peu on s’insurgerait que le risque tue ou que la vie termine toujours aussi mal." Sylvain Tesson

  • par Le 20 janvier à 13h44

    Houla !

    Je vais essayer d’apaiser le débat (depuis 2 mois je le fais souvent dans d’autres endroits, ce qui me tient à mon grand regret éloigné de nos belles montagnes alors que je viens tout juste d’accéder au statut de retraité).

    J’ai précisé que j’avais certainement eu un coup de mou d’ordre psychologique, ça m’est arrivé rarement mais cela m’est arrivé, maintenant je suis ravi pour ceux à qui ça ne l’a jamais fait, tant mieux pour eux !
    J’ai également reconnu que je n’étais pas un fana de ces terrains branlo foireux et que j’aurais du probablement mieux appréhender cette sortie psychologiquement et techniquement car l’ayant cru assez facile par rapport à tout ce que j’avais fait jusque là.

    D’un point de vue technique c’est un 3000 en versant nord, humide, voire givré et c’était en septembre après un épisode météo de rafraichissement général.

    J’ai juste émis une petite réserve sur la description de la sortie quand à l’aspect branlo-foireux du terrain et informer les personnes qui pourraient se sentir mal à l’aise dans ce type de configuration. Ce n’est plus de la rando dans le terme familial du terme, ce n’est pas non plus de l’alpinisme, c’est assez expo de par le terrain pourri c’est tout ! S’il y en a qui le font en courant et ne se trompent jamais tant mieux pour eux, mais nous sommes tous différents et avec nos forces et nos faiblesses ...

    C’est encore une fois l’éternelle polémique sur les cotations et pour l’illustrer je choisirai l’exemple du Rocher du Caire à Rémuzat (26) coté "difficile" alors que pour l’avoir emprunté 3 fois (y compris fin novembre) il m’est toujours apparu comme "moyen" alors que le Signal de l’Iseran coté "moyen" m’apparait comme "difficile"

    Allez donc comprendre ou savoir !

    J’y retournerai, irai au sommet et redonnerai mes impressions à ce moment là et elles seront peut-être différentes ...

    Bonnes randos à vous !

  • par Le 20 janvier à 16h43

    Re hello,

    Je ne veux surtout pas polémiquer !

    Il y a un point très intéressant dans le dernier post de "Johnny", qui aborde la cotation.

    Sur C2C le signal de l’Iseran est coté PD inf ! Et beaucoup s’insurgent contre cette cotation !
    Or PD inf, cela recouvre une cotation rando T5, peut être T4, bref on est entre les deux.

    Cela éclaire bien selon moi ce débat.

    Ce petit parcours, 500m de den, 2 à 3h en AR, est justement cette transition entre rando et début d’alpi.
    C’est de la marche, il y a du crapahu, il peu y avoir du gaz, des névés (en neige c’est sympa, je l’ai fait il y a longtemps en ski, c’est soutenu, et j’avais les crampon pour la sortie...).

    F à PD, c’est facile,tranquille, mais ça devient plus technique et expo quand le temps les conditions, ou même la forme n’y est pas...

    Et c’est bien là la difficulté me semble t il. En grand forme et quand c’est tout sec on y va en courant, quand c’est tôlé avec de grandS névés on sort piolet et crampons dans du 35° (c’est l’inclinaison du couloir Coolidge au Pelvoux !!!!).

    Et le plus important en fait, quelques soient les conditions, c’est comment ressent on le truc...C’est forcement subjectif, alors que lorsqu’on écrit un topo on essaye d’être le plus objectif possible.

    Débat vieux comme l’alpinisme !!! :-)

    A+

  • par FredLe 28 février à 17h05

    Bonjour,

    Je pratique ce genre de terrains depuis plus de 30 ans et franchement, je trouve qu’un certain nombre de personnes qui mettent en ligne des topos ne se rendent plus compte du danger des terrains qu’ils arpentent ainsi que du niveau de la majorité des gens qui lisent ces topos.
    J’avoue franchement que jamais je n’emmènerai ma famille au Signal de l’Iseran, car mon objectif n’est assurément pas de leur faire courir le moindre danger ni de les écoeurer à vie de la montagne. Pour moi, au meilleur de la saison (juillet-octobre), c’est au moins du F sup., et c’est toujours en solo que je l’effectue. Je ne vous raconte pas lorsque les pentes sont encore en neige/glace, c’est de la roulette russe à fuir !

    Quand j’emmène des personnes, je préfère qu’ils s’éclatent sur la Pointe de Bézin ou des Fours plutôt que de les choquer à vie sur des pentes à 40°. Ce n’est franchement pas malin, voire même carrément dangereux quand il s’agit de redescendre des personnes qui ne peuvent plus avancer car elles sont prises par le vide.
    Et puis on ne peut qu’inciter les plus expérimentés d’entre-nous à la vigilance car, statistiquement, ce sont bien eux qui constituent la grande majorité des accidents en montagne. Mieux vaut donc faire une course à son niveau et surtout ne pas hésiter à faire demi-tour que courir le moindre risque pour une simple course de quelques heures. Donc grand bravo à celles et ceux qui savent faire demi-tour et ainsi préserver leur vie.

    De tout coeur avec toi Johny !

    Fred

  • par Le 28 février à 17h56

    Le signal de l’Iseran en F + ?
    Ben voyons !
    Pour mémo, la voie normale du pic Coolidge (3775m) est cotée F !
    Pas F + !
    F tout court !

  • par AndréLe 28 février à 18h18

    Le but du site est justement de proposer des idées de rando qui sont d’un niveau supérieur à celui de la Pointe des Fours (répertoriée dans le guide michelin par ailleurs), l’idée c’est de présenter les sommets qui nécessitent un peu d’effort et de techn,ique sans être de l’alpinisme. C’est tout l’intérêt et la richesse du site. Ceux qui mettent en ligne ces topos avec beaucoup de talent (et de travail) comme Alain, Agarock et bien d’autres sont là pour partager leur amour de la montagne et proposer des idées de balades superbes et souvent accessibles avec un peu d’effort et de courage.
    C’est grâce à des topos précis qu’on peut justement sortir des sentiers battus et progresser. Dire qu’une personne ne pourra jamais faire le Signal de l’Iseran est ridicule car cela ne nécessite en aucun cas d’être alpiniste.
    Après la montagne reste par essence dangereuse, à chacun de voir en fonction de ses capacités du moment, de la météo etc.
    De toute façon, un topo est présenté en conditions optimales en terme de terrain et de météo.
    Concernant les accidents, ce sont ceux qui pratiquent le plus qui y sont le plus exposés, c’est une loi statistique.
    Mais je pense que la grande majorité des accidents ont lieu sur les itinéraires d’alpinisme vrai et de plus même sur des sentiers faciles ou fréquentés le risque n’est jamais nul.

  • par Le 28 février à 18h52

    Le problème là dedans, c’est la différence entre DIFFICULTÉ et EXPOSITION !
    Exemple : un grimpeur dans une falaise en 6 assuré béton sera moins exposé à une chute mortelle qu’un randonneur qui marche sur vire ténue, sans aucune difficulté technique, mais déversante sur une grande barre rocheuse...

    Une pente à 40° est exposée mais pas difficile techniquement.

  • par Le 28 février à 19h04

    Surtout que le 40° pifométrique est loin des 40...
    C’est comme chez moi quand je mesure 20cm de neige dans le jardin et que dans le village ON parle de 30, voire plus...

  • par FredLe 28 février à 20h03

    Attention les gars, ceci n’est pas un site d’escalade pour initiés (encore moins un forum privé entre vous), mais un site grand public qui est également visité par des familles qui cherchent des objectifs quand elles visitent le Col de l’Iseran.
    Pour ma part, je préfère maintenir que cette course est de niveau F sup. (voire PD inf. si ça peut sauver ne serait-ce qu’une vie) car je ne veux avoir aucune responsabilités si jamais un incident survient l’année prochaine. Je n’oublie pas qu’il y a un an, une jeune fille est morte avec son père à 400 mètres de là, par imprudence et malchance.
    Eu égard à ce drame auquel je pense très régulièrement lorsque je passe dans le secteur, peut-être pourriez-vous adopter une attitude moins badine et plus responsable ? Est-ce un tel esprit de la montagne que vous souhaitez véhiculer sur ce site ?

  • par Le 28 février à 20h21

    PD inf maintenant .... où va-t-on s’arrêter ?
    Ce que nous aimerions sur le site, c’est éviter le ridicule en donnant des cotations d’alpinisme à des ascensions qui n’en sont pas.

  • par Le 28 février à 21h06

    À vous lire c’est même du ABO (mifreux).

    "voire PD inf. si ça peut sauver ne serait-ce qu’une vie) car je ne veux avoir aucune responsabilités si jamais un incident survient l’année prochaine".
    C’est ridicule : ce n’est pas en mentant sur la réalité que tu surprotégeras de potentielles victimes.
    Imaginons un novice assez à l’aise pour effectuer du T4/F/PD sans beaucoup d’expérience, il va faire 2-3 randos grâce aux topos surcotés, ça sera "à vaches" pour lui. Et ensuite il fera plus dur, en lisant par hasard des topos réalistes, mais sans recul par rapport à eux, genre T5/PD+ ou pire et là il se plantera.

    "peut-être pourriez-vous adopter une attitude moins badine et plus responsable"
    Plus responsable par rapport à tes états d’âmes ? Ou par rapport à des topos mensongers vs réalistes ?
    Quant à la badinerie, je pense en donner un aperçu juste en-dessous.

    Pas besoin d’aller dans le dur pour se tuer, un trottoir suffit. Ceux qui meurent durant leurs loisirs, c’est triste pour leurs proches (et uniquement eux), mais ça reste quand même bien de la faute des victimes. Quant à souffrir d’une pseudo empathie pour 2 randonneurs tués dans l’année, qu’est-ce que ça doit être pour les centaines voire milliers d’enfants qui meurent littéralement de faim en Afrique chaque mois, des familles dramatisées pas milliers au Moyen-Orient (assassinats, viols, séparations...) par les guerres éternelles. Etc.
    Mais c’est plus loin, ça compte moins, alors on s’en fout. Puis en plus ils ne viennent pas polluer nos montagnes avec leurs cadavres, et même mieux, ils ne viennent pas gâcher l’idée que l’on se fait de notre jeu et de notre terrain de jeu. Il y a bien quelques migrants dans le sud pour nous émouvoir et entretenir notre bonne conscience quand on nous en parle, un peu comme le sdf du journal télévisé la veille de Noël.

Chargement en cours Chargement en cours...
Veuillez patienter ...
Nouveau commentaire
Nous vous conseillons de vous connecter !

Astuce : Si votre commentaire est long, aérez-le en créant des paragraphes. Pour cela, il suffit de laissez une ligne vide entre ceux-ci !